Page:Verlaine - Œuvres complètes, Vanier, II.djvu/280

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
270
parallèlement



Toi qui fus blondinette et mignarde aux yeux bleus ;
Vous mes deux brunes, l’une grasse et grande, et l’autre
Imperceptible avec, toutes deux, de doux yeux
De velours sombre, d’où coulait cette âme vôtre ;

Et ô rouquine en fleur qui mis ton rose et blanc
Incendie ès mon cœur, plutôt noir, qui s’embrase
À ton étreinte, bras très frais, souple et dur flanc,
Et l’or mystérieux du vase pour l’extase.

Et vous autres, Parisiennes à l’excès,
Toutes de musc abandonné sur ma prière
(Car je déteste les parfums et je ne sais
Rien de meilleur à respirer que l’odeur fière

Et saine de la femme seule que l’on eut
Pour le moment sur le moment), et vous, le reste
Qu’on, sinon très gentil, très moralement, eut
D’un geste franc, bon, et leste, sinon céleste.

Je vous atteste, sœurs aimables de mon corps,
Qu’on fut injuste à mon endroit, et que je souffre
À cause de cette faiblesse, fleur du corps,
Perte de l’âme, qui, paraît-il, mène au gouffre ;