Page:Verne - Histoire des grands voyages et des grands voyageurs, Hetzel, 1870, tome 1.djvu/181

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Cependant, le baron de Béthencourt avait quitté Rome de son côté. Il passa par Florence, et il arriva à Paris, puis à Béthencourt, où un grand nombre de gentilshommes vinrent visiter en sa personne le roi de Canare. Il ne faut pas demander si l’on fit grande chère ; et, s’il était venu force gens de bien au premier retour du baron, cette fois il en vint plus encore.

Le baron de Béthencourt, « déjà ancien, » s’installa à Grainville avec sa femme, encore belle et jeune dame. Il avait fréquemment des nouvelles de ses chères îles, de son neveu Maciot, et il espérait bien retourner en son royaume de Canare ; mais Dieu ne lui donna pas cette joie.

Un jour, en l’année 1425, le baron tomba malade en son château, et l’on vit bien qu’il se mourait. Il fit donc son testament, reçut les sacrements de l’Église « et, dit la relation en terminant, il est allé de ce siècle en l’autre. Dieu lui veuille pardonner ses méfaits. Il est enterré à Grainville-la-Teinturière, dans l’église de ladite ville, tout devant le grand autel de ladite église, et trépassa en l’an mil quatre cent vingt-cinq. »