Page:Verne - Le volcan d'or.pdf/481

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



XV

OÙ JANE EDGERTON, SUMMY SKIN ET BEN RADDLE N’Y COMPRENNENT PLUS RIEN.


Oui, cet or si âprement poursuivi par Hunter, le destin implacable ne le lui donnait qu’avec la mort. Quelle n’avait pas été sa soif du précieux et malfaisant métal ! Que de crimes commis, combien plus encore projetés pour arriver à en posséder des parcelles ! Et, par un ironique retour du sort, c’était l’or même qui broyait ce cerveau où s’étaient formés tant de rêves criminels !

Ben Raddle avait machinalement mesuré de l’œil l’étonnant projectile qui venait de le débarrasser de son ennemi, et il n’en estimait pas la valeur à moins d’une centaine de mille francs. Cette masse, devenue son incontestable propriété, suffirait donc amplement à couvrir les frais de l’expédition, et permettrait même d’allouer une modeste prime à chacun des audacieux mais malheureux explorateurs.

Quel dénouement à côté de celui sur lequel tous avaient compté ! Des incalculables trésors du volcan, on n’emporterait que cet unique échantillon !

Sans doute, l’hostilité des Texiens avait contrarié les plans de Ben Raddle. Pour la défense de sa caravane, il avait dû précipiter le dénouement. Mais, en somme, quand même il eût été libre de choisir son jour et son heure, l’or que renfermait le cratère n’en aurait pas moins été perdu pour lui, puisque c’était du côté de la mer que le Golden Mount projetait ses matières éruptives.

« Tout le malheur, conclut le Scout, quand les esprits se furent un peu calmés, c’est que le cratère du volcan ait été inabordable quand nous sommes arrivés.