Page:Verne - Le volcan d'or.pdf/517

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



XVII

UN RÈGLEMENT DE COMPTES.


Après un court séjour au nouveau claim 129, les deux cousins et les deux cousines avaient regagné Dawson City, en laissant Lorique à la tête de l’exploitation. Tout était convenu avec lui. Il dirigerait le claim, jusqu’à son épuisement que rien ne faisait prévoir, et il enverrait les comptes chaque semaine à Montréal où Summy Skim et Ben Raddle allaient se hâter de revenir.

Le contre-maître, cela va de soi, serait intéressé dans les bénéfices réalisés. À cet égard, il s’en était remis à ses maîtres dont il connaissait la droiture et l’équité. Le jour encore lointain où les gisements du Forty Miles Creek seraient épuisés, Lorique serait donc riche lui aussi, et capable, soit d’entreprendre une exploitation pour son compte, soit d’aller chercher un repos bien gagné sous un ciel plus clément.

Assurément, les quatre voyageurs avaient été quelque peu tassés dans la voiture qui les emmenait, mais personne n’avait songé à s’en plaindre. Les nerfs encore secoués par cette série d’émotions heureuses, tous s’étaient montrés fort gais. Edith, elle-même, s’était départie de son calme un peu froid.

Les deux cousins s’étant en cours de route enquis des projets des jeunes filles, chacune d’elles avait énoncé les siens. Ils étaient bien simples. Puisque le sort n’avait pas favorisé les efforts de Jane, rien ne serait changé dans leur situation. Celle-ci continuerait à prospecter, tandis que sa cousine retournerait à ses malades.

Ben Raddle et Summy, sans s’indigner autrement, s’étaient bornés à demander aux jeunes filles si elles les prenaient pour des monstres d’ingratitude, et la conversation en était restée là.