Page:Verne - Les Frères Kip (partie 1).djvu/25

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


l’état de leur finances. Or, Adam Fry n’était pas homme à faire crédit, ne fût-ce que de quelques pences. Ils en avaient pour deux schellings, et ils paieraient les deux schellings ou les policemen interviendraient et les bloqueraient là où ils avaient été bloqués plus d’une fois pour coups, injures et méfaits de diverses sortes.

L’hôte des Three-Magpies, prévenu par le garçon, était en train de réclamer son dû, dont Sexton et Bryce n’auraient pu s’acquitter, quand on eût fouillé jusqu’au fond de leurs poches, aussi vides de monnaie qu’ils étaient pleins de wisky et de gin. Peut-être, en cette occasion, l’intervention de Vin Mod, argent en main, serait-elle efficace, et les deux matelots accepteraient-ils quelques piastres à titre d’avance sur les gages futurs ?... Il tenta le coup, et fut proprement envoyé au diable... Partagé entre le désir d’être payé et le désagrément de perdre deux clients s’ils s’embarquaient dès le lendemain sur le James-Cook, Adam Fry ne lui vint même point en aide, comme il l’espérait.

Alors, quand il vit cela, maître Balt, comprenant qu’il fallait en finir, dit à Vin Mod :

« Partons...

— Oui... répondit Vin Mod... il n’est encore que neuf heures !... Allons aux Old-Brothers