Page:Verne - Les Tribulations d’un Chinois en Chine.djvu/100

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
88
les tribulations d’un chinois en chine

Une interminable avenue. (Page 83.)


ques de la célèbre tour de porcelaine, dont les Taï-ping avaient jonché le sol.

Kin-Fo, sur qui la fatigue ne semblait pas avoir prise, allait toujours. Entraînant ses deux acolytes, qui ne faiblissaient pas, distançant l’infortuné Soun, peu accoutumé à ce genre d’exercice, il sortit par la porte de l’Est et s’aventura dans la campagne déserte.

Une interminable avenue, bordée d’énormes animaux de granit, s’ouvrait là, à quelque distance du mur d’enceinte.

Kin-Fo suivit cette avenue d’un pas plus rapide encore.

Un petit temple en fermait l’extrémité. Derrière, s’élevait un « tumulus »,