Page:Verne - Les Tribulations d’un Chinois en Chine.djvu/192

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
176
les tribulations d’un chinois en chine

« Vous faites du feu avec de l’eau ? » (Page 173.)

des provisions pour un jour, et rien n’indiquait que le temps menaçât de devenir mauvais !

« À la pagaie ! » dit Kin-Fo.

Ce fut le signal du départ, et, tantôt sur le dos, tantôt sur le ventre, les scaphandres reprirent la route de l’ouest.

On n’allait pas vite. Cette manœuvre de la pagaie fatiguait promptement des bras qui n’en avaient pas l’habitude. Il fallait souvent s’arrêter et attendre Soun, qui restait en arrière et recommençait ses jérémiades. Son maître l’interpellait, le malmenait, le menaçait ; mais Soun, ne craignant rien pour son