Page:Verne - Voyages et aventures du capitaine Hatteras.djvu/408

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



— Ils ont trouvé des traces d’animaux, répondit Hatteras.

— Cela ne peut être, dit le docteur.

— Pourquoi ?

— Parce que Duk aboierait.

— Ce sont pourtant bien des empreintes qu’ils observent.

— Marchons, fit Hatteras ; nous saurons bientôt à quoi nous en tenir. »

Johnson excita les chiens d’attelage, qui prirent une allure plus rapide.

Au bout de vingt minutes, les cinq voyageurs étaient réunis, et Hatteras, le docteur, Johnson, partageaient la surprise de Bell et d’Altamont.

En effet, des traces d’hommes, visibles, incontestables et fraîches comme si elles eussent été faites la veille, se montraient éparses sur la neige.


'The Field of Ice' by Riou and Montaut 097.jpg


« Ce sont des Esquimaux, dit Hatteras.

— En effet, répondit le docteur, voilà les empreintes de leurs raquettes.

— Vous croyez ? dit Altamont.

— Cela est certain !

— Eh bien, et ce pas ? reprit Altamont en montrant une autre trace plusieurs fois répétée.

— Ce pas ?

— Prétendez-vous qu’il appartienne à un Esquimau ? »

Le docteur regarda attentivement et fut stupéfait ; la marque d’un soulier européen, avec ses clous, sa semelle et son talon, était profondément creusée dans la neige ; il n’y avait pas à en douter, un homme, un étranger, avait passé là.