Page:Viard - Grandes chroniques de France - Tome 7.djvu/118

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tost en diversses prisons. Endementres qu’il furent pris, le pape morut chargié et empressié de granz tribulations ; et demoura le siege vague par l’espace de xxii mois[1]. Et les prelaz demorerent en la prison l’empereor, ne ne trouverent qui les requeist.


XXV.
Comment la tempeste chai à Cremonne[2].

Assez tost après que les prelaz furent emprisonnez, chai une tempeste à Cremonne, de grelle merveilleusement grosse, en laquelle fu trovée une pierre plus grosse que nule des autres, qui chai en l’eglise Saint Gabriel, en laquelle il avoit une croiz et l’ymage Nostre Seigneur si comme il fu crucefié ; et environ cele pierre, avoit escript des lettres d’or, Jhesus Nazarenus, rex Judeorum. i moine de celle eglise la print et la mist en i henap. Si comme elle commença à fondre et à devenir eve, il en prist et en lava les iex d’un

  1. Dans le ms. de la bibliothèque Sainte-Geneviève on avait d’abord mis xxxii mois. On barra ensuite le premier x. Dans la Vie de saint Louis et dans la Chronique latine de Guillaume de Nangis on a : « per viginti et duos menses vacavit ». Le Saint-Siège fut en effet vacant pendant vingt-deux mois, soit du 22 août 1241, date de la mort de Grégoire IX, au 25 juin 1243, date de l’élection d’Innocent IV. Célestin IV, élu à la fin d’octobre 1241, mourut le 17 ou 18 novembre suivant, avant d’avoir été sacré. Le ms. fr. 2813 de la Bibl. nat. a répété l’erreur de xxxii.
  2. Guillaume de Nangis, Vie de saint Louis, dans Rec. des Hist. des Gaules et de la France, t. XX, p. 332-333 ; Chronique latine, t. I, p. 193. Cf. Vincent de Beauvais et Gérard d’Auvergne, dans Rec. des Hist. des Gaules, t. XXI, p. 74 et 215.