Page:Victor Brochard - Les Sceptiques grecs.djvu/169

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


posées f on peut coocevoir qae le souverain bien ou le devoir soit ou bien de les posséder, ou seulement de les poursuivre «  dût-on ne pas les atteindre. Seulement les stoïciens sont les seuls qui aient considéré la poursuite des premiers avantages naturels comme bonne en elle-même, qu’elle aboutisse ou non à un heureux résultat; jamais on n’a dit que ce fût un bien de poursuivre le plaisir ou l’absence de douleur, même sans y parvenir. Il reste donc, en fin de compte, quatre systèmes de morale possibles; tous ceux qui ont été soutenus s’y ramènent, soit directement, soit indirectement, lorsqu’ils essaient de réunir plusieurs des principes indiqués.

Carnéade a-t-il pris parti pour une des théories morales qu’il a si nettement formulées ? Nous avons sur ce point des renseignements contradictoires.

Cicéron nous dit que Carnéade défendait l’opinion de Calliphon (^) avec tant d’ardeur qu’il semblait l’avoir faite sienne. Or, l’opinion de Calliphon (2) était que le bonbeur exige deux conditions : le plaisir et l’honnête. Mais, dans d’autres pas- sages plus nombreux, le même Cicéron oppose Carnéade à Calliphon ^^^; il va même jusqu’à le rapprocher d’Ëpicure ^^l

Une autre doctrine positive est encore attribuée è Carnéade par Cicéron. Le seul vrai bien aurait été de rechercher les* avantages naturds sans se préoccuper de l’honnêteté ^^\ Un témoignage de Varron^^), dont il ne faudrait pas exagérer l’importance, concorde avec cette assertion.

Mais, en même temps qu’il attribue cette doctrine à Car«*

(*) Ac, II, XL?, i39 : ft Ut Calliphontem sequar, cujus quidem aententiam Camesdes ita studiose defensitabat, ut eam probare etiam videretur. n

W Cic, Fin., V, Tin, ai ; V, ix?, 78; Tuic., V, xxx, 85.

W Fin,, n, XI, 35.

w Tiiic., V, «XI, 87.

W Ac, II, XLii, i3i; Fin., II, xi, 35 et 38; Tuse., V, xxx, 85.

<*) BêUq., Sesquedixes, fr. XXIV, fin, 18, édiL Riese, p. ai 4, Leipxîg, i865: «rCnam viam Zenona inceasisse, duce virlute, hanc esse nobilem, aiteram Carneadem desnbulasae, bona corporis secutum. n XXV, vu, 19 : «Aiteram viam deformaBae Carneadem. n H »’agit seulement ici , on I0 voit , do ia polémique de Carnéade contre le stoïcisme.