Page:Vie, travaux et doctrine scientifique d'Étienne Geoffroy Saint-Hilaire.djvu/441

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


non-seulement sur la classification des Mammifères, mais sur l'application des principes de la méthode naturelle à la zoologie. Voyez les Chap. II, p. 68, et X, p. 328.

Mémoire sur les DENTS ANTÉRIEURES DES RONGEURS, dans lequel l'on se propose d'établir que ces dents, dites jusqu'ici et déterminées INCISIVES, sont les analogues des dents CANINES.
Mém. de l'Acad. des sc., XII, 181 ; 1833 ; extrait partiel, Gaz. médic., II, 261 ; 1831.
Dans ce Mémoire, lu à l'Académie en juillet 1831, l'auteur traite de la détermination zoologique des dents antérieures, non-seulement chez les Rongeurs, sujet principal du Mémoire, mais aussi chez le Tarsier et l'Aye-aye, chez les Cheiroptères, chez les Insectivores et chez quelques Pachydermes.

a. Primates.

Extrait d'un Mémoire sur un nouveau genre de Quadrupèdes (l'AYE-AYE).
Décade philosophique, IV, 193 ; 1795.
Malgré ce titre, ce n'est pas un extrait, mais le Mémoire lui-même, moins le préambule qui a été supprimé à l'impression, et est resté inédit. Nous avons retrouvé ce préambule, qui offre un véritable intérêt et par son sujet (voy. p. 42 et 131), et parce que le Mémoire sur l'Aye-aye est le début de l'auteur dans la science.

Observations sur une petite espèce de MAKI.
Bulletin des sciences par la société philomathique, 1re partie, 89 ; 1795.

Mémoire sur les rapports naturels du TARSIER.
En commun avec CUVIER.
Mag. encycl., 1re année, III, 147 ; 1795.

Histoire naturelle des Orangs-Outangs. — Des CARACTÈRES QUI PEUVENT SERVIR A DIVISER LES SlNGES.
En commun avec CUVIER.
Ibid., 451 ; 1795 ; et Journal de physique, XLVI, 185 ; 1798.
Voyez p. 70. — Ce travail tout entier est relatif à la classification des Singes, et non à l'histoire naturelle des Orangs, à laquelle devait être consacrée la seconde partie du Mémoire. Cette seconde partie n'a jamais paru, du moins sous cette forme.
La classification des Singes, adoptée par Cuvier et Geoffroy Saint-Hilaire dans ce Mémoire, est principalement fondée sur la considération de l'angle facial.