Page:Villedieu - Fables, ou Histoires allégoriques, dédiées au Roy, 1670.pdf/27

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
11
ALLEGORIQVES.

Iour, & nuict, la nouvelle Amante
Soûpire, ſe plaint, ſe tourmente,
Sans ſçavoir ce qu’elle ſentoit,
Ny pourquoy tant ſe lamentoit,
Maiſtre Magot darde-ſagette,
Qui mieux inſtruit du mal de la Pauvrette,
S’applaudiſſoit de ſa dexterité,
Se voyant la Divinité,
Pour qui ſe preparoit l’amoureux Sacrifice,
Se tenoit fier comme un Narciſſe.
Quand la Belle par ſes ſoûpirs,
Exprimoit ſes tendres deſirs ;
Que de ſes yeux, la langueur indiſcrette,