Page:Villiers de L'Isle-Adam - Contes cruels.djvu/130

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


Je vous vis, de loin, descendre vers l’endroit où était dressée la machine… et, — à moins que je ne sois trompé par une ressemblance ?…

— Vous ne vous êtes pas trompé, cher monsieur, c’était bien moi, répondit-il.

À cette parole, je sentis que la conversation était devenue glaciale et que, par conséquent, je manquais, peut-être, de la stricte politesse qu’un bourreau de si étrange acabit était en droit d’exiger de nous. Je cherchais donc une banalité pour changer le cours des pensées qui nous enveloppaient tous les deux, lorsque la belle Antonie se détourna du piano, en disant avec un air de nonchalance :

— À propos, mesdames et messieurs, vous savez qu’il y a, ce matin, une exécution ?

— Ah !… m’écriai-je, remué d’une manière insolite par ces quelques mots.

— C’est ce pauvre docteur de la P***, continua tristement Antonie ; il m’avait soignée autrefois. Pour ma part, je ne le blâme que de s’être défendu devant les juges ; je lui croyais plus d’estomac. Lorsque le sort est fixé d’avance, on doit rire, tout au plus, il me semble, au nez de ces robins. M. de la P*** s’est oublié.

— Quoi ! c’est aujourd’hui ? définitivement ? demandai-je en m’efforçant de prendre une voix indifférente.

— À six heures, l’heure fatale, messieurs et mesdames !… répondit Antonie. — Ossian, le bel avocat, la coqueluche du faubourg Saint-Germain, est venu me