Page:Villiers de L'Isle-Adam - Contes cruels.djvu/140

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


lequel vous avez eu l’heur de frayer cette nuit. J’ajouterai que, sorti de sa démence et dans ses rapports avec la société, c’est un homme du monde vraiment irréprochable et le causeur le plus entraînant, le plus enjoué, le plus…

— Assez, docteur ! — par grâce ! s’écrièrent Antonie et Clio la Cendrée, que le badinage strident et sardonique de Florian avait impressionnées extraordinairement.

— Mais c’est le sigisbée de la Guillotine ! murmura Susannah : c’est le dilettante de la Torture !

— Vraiment, si je ne vous connaissais pas, docteur… balbutia C***.

— Vous ne croiriez pas ? interrompit Les Eglisottes. Je ne l’ai pas cru, moi-même, pendant longtemps ; mais, si vous voulez, nous allons aller là-bas. J’ai justement ma carte ; nous pourrons parvenir jusqu’à lui, malgré la haie de cavalerie. Je ne vous demanderai que d’observer son visage, voilà tout, pendant l’accomplissement de la sentence. Après quoi, vous ne douterez plus.

— Grand merci de l’invitation ! s’écria C*** ; je préfère vous croire, malgré l’absurdité vraiment mystérieuse du fait.

— Ah ! c’est un type que votre baron !… continua le docteur en attaquant un buisson d’écrevisses resté vierge miraculeusement.

Puis, nous voyant tous devenus moroses :

— Il ne faut pas vous étonner ni vous affecter outre mesure de mes confidences à ce sujet ! dit-il. Ce