Page:Villiers de L'Isle-Adam - L’Ève future, 1909.djvu/23

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


graphes avait l’air d’être, en effet, celle de la Conscience parlant avec la pratique de Polichinelle ; mais l’on pouvait attendre, que diable ! avant de se prononcer si lestement, que le Progrès les eût rendus ce qu’aux premières plaques de Nicéphore Niepce ou de Daguerre, sont les épreuves photochromiques ou héliotypiques actuelles.

― Eh bien, puisque la monomanie du doute est inguérissable à notre égard, je tiendrai secret, jusqu’à nouvel ordre, le surprenant, l’absolu perfectionnement que j’ai découvert !… ― et qui est là, sous terre ! ― ajouta Edison en frappant légèrement du pied. ― J’écoulerai, de la sorte, pour cinq ou six millions de vieux phonographes ― et puisque l’on veut rire… je rirai le dernier.

Il s’arrêta, songea quelques secondes, puis :

― Bah ! conclut-il avec un mouvement d’épaules : en résumé, il y a toujours du bon dans la folie humaine. ― Laissons là de vaines plaisanteries.

Tout à coup, un chuchotement clair, la voix d’une jeune femme parlant tout bas, murmura près de lui :

― Edison ?


IV


Sowana


Comment s’étonner de quelque chose.
Les Stoïciens


Cependant, pas même une ombre n’était là.

Il tressaillit.

― Vous, Sowana ? demanda-t-il à haute voix.

― Oui. ― Ce soir, j’avais soif du beau sommeil ! J’ai pris l’anneau : je l’ai au doigt. Ce n’est pas la