Page:Villiers de L'Isle-Adam - L’Ève future, 1909.djvu/26

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.



― Tenez, ce soir, je serai prête ! Une étincelle, et Hadaly apparaîtra !… dit la voix, de l’accent d’une personne qui s’endort.

Il y eut un moment de mystérieux silence après cette aussi étrange qu’incompréhensible conversation.

― En vérité, l’habitude même d’un phénomène pareil ne préserve pas tout à fait d’on ne sait quel vertige !… murmura, comme à lui-même, Edison. Et, décidément, au lieu de l’approfondir, ― je préfère encore songer à toutes ces paroles… inouïes… dont l’Humanité ne pourra jamais contrôler les accents, faute d’avoir imaginé, avant moi, le Phonographe.


Que pouvait signifier la subite légèreté d’esprit avec laquelle le grand ingénieur paraissait traiter, maintenant, le secret ― si singulier ! ― dont il venait d’être question ?

Ah ! les êtres de génie sont ainsi faits : souvent l’on croirait qu’ils cherchent à s’étourdir eux-mêmes sur leur véritable pensée : ce n’est qu’au moment où, comme un flamboiement, celle-ci se dévoile qu’on s’aperçoit… s’ils avaient leurs motifs pour sembler distraits, fût-ce dans la solitude.


V


Résumé du soliloque


« Tu te tairas, ô voix sinistre des vivants ! »
Leconte de Lisle.


C’est surtout dans le Monde-mystique, ― reprit-il bientôt, ― que les occasions perdues semblent irréparables !… ― Oh ! les vibrations initiales de