Page:Villiers de L'Isle-Adam - L’Ève future, 1909.djvu/281

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


beaucoup plus d’importance que vous n’en donnez aux millions d’étincelles qui pétillent et retombent dans l’âtre d’un paysan.

Lord Ewald regarda l’Andréïde, sans prononcer une parole.

― Vous le voyez, dit Edison en revenant vers lui : Hadaly paraît aussi bien comprendre certaines notions que vous et moi ; mais elle ne les traduit que par l’impression toute singulière, pour ainsi dire, que ses paroles en laissent dans l’esprit à l’aide d’images.

Après un moment :

― Je renonce à deviner le mot de ce qui se passe autour de moi, mon cher sorcier, dit lord Ewald, et m’en remets complètement à vous.

― Voici donc les Yeux ! dit l’électricien en pressant un ressort du coffret.


XIII


Les Yeux physiques


« Tes yeux de saphyrs fendus en amandes. »
Les Poètes.


L’intérieur de cette boîte énigmatique sembla jeter mille regards sur le jeune Anglais.

― Voici, certes, des yeux que jalouseraient bien des gazelles de la vallée de Nourmajad, continuait Edison. Ce sont des joyaux doués d’une sclérotique si pure, d’une prunelle si noyée, qu’ils en sont inquiétants, n’est-ce pas ? L’art des grands ocula-