Page:Villiers de L'Isle-Adam - L’Ève future, 1909.djvu/29

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


énigmatiques ou mystérieux auxquels je songeais tout à l’heure serait un acte d’absurdité.

Car ce n’est pas eux qui ont disparu, mais bien le caractère impressionnant dont ils étaient revêtus en et par l’ouïe des anciens ― et qui, seul, en animait l’insignifiance intrinsèque. Donc, ni jadis ni de nos jours, il ne m’eût été possible de graver exactement des bruits dont la réalité dépend de l’auditeur.

Mon Mégaphone, même, s’il peut augmenter la dimension, pour ainsi dire, des oreilles humaines (ce qui est déjà un immense progrès, scientifiquement parlant), ne saurait, toutefois, augmenter la valeur de CE qui écoute en ces mêmes oreilles.

Quand bien même j’arriverais à faire flotter au vent les pavillons auriculaires de mes semblables, l’esprit d’analyse ayant aboli, dans le tympan des existeurs modernes, le sens intime de ces rumeurs du passé, (sens qui en constituait, encore un coup, la véritable réalité), j’eusse eu beau clicher, en d’autres âges, leurs vibrations, celles-ci ne représenteraient plus aujourd’hui, sur mon appareil, que des sons morts, en un mot que des bruits autres qu’ils furent et que leurs étiquettes phonographiques les prétendraient être, puisque c’est en nous que s’est fait le silence.

C’est pendant que ces bruits étaient encore mystérieux qu’il eût été vraiment intéressant d’essayer d’en rendre le mystère transportable sur une machine en l’y fixant pour de longs siècles… ― Et encore que dis-je là ? murmura soudainement l’électricien : ― j’oublie qu’une réciprocité d’action est la condition essentielle de toute réalité ! Donc,