Page:Villiers de L'Isle-Adam - Nouveaux Contes cruels.djvu/221

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


blieux de l’honneur, sentaient le sacrilège, et ceci les refrénait. Yvaine, de tempérament plus frivole, regrettait, au fond de ses idées, qu’il eût si fort celle qualité du respect ; — et même son inclination pour lui s’en attiédit un peu. Elle avait envie de rire, parfois, de ce trop grave amour — qu’elle comprenait à l’étourdie, et selon d’étroites sensations ; bref, elle eût bien préféré que Guilhem fût « plus amusant » ; mais un mari (se disait-elle), ce doit sans doute, être comme cela, d’abord.

Au moment des adieux, quand Guilhem tomba au service militaire, elle ressentait pour lui plutôt de l’amitié que de l’amour. Cependant, ils échangèrent la bague ; elle l’attendrait. Cinq ans de fidélité ! N’était-ce pas compter sur un rêve que d’y croire, l’ayant bien regardée ? Pourtant l’idée ne vint même pas à Guilhem qu’elle pût manquer à sa parole.

Le matin de son départ, au moment de