Page:Viollet-le-Duc - Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle, 1854-1868, tome 2.djvu/100

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
[bal]
— 97 —

les renflements des colonnettes ainsi galbées furent décorés de sculptures ; celles-ci prirent dès lors le nom de balustres qui leur est resté. Peu à peu ces balustres s’alourdirent et arrivèrent à ce profil bizarre qui rappelle la forme d’un flacon avec son goulot, et dont la réunion, comprise entre des pilastres et de lourds appuis, couronne assez désagréablement depuis le XVIIe siècle la plupart de nos édifices.

Balustrade.hotel.Tremoille.Paris.png

Il faut croire que ces morceaux de pierre tournés parurent être la dernière expression du goût, car, une fois adoptés, les architectes ne se mirent plus en frais d’imagination pour composer des balustrades en harmonie avec leur architecture ; que celle-ci fut simple ou riche, plate ou accusant de fortes saillies, basse ou élevée, religieuse ou civile, la balustrade fut toujours la même ou peu s’en faut, bien que les architectes du XVIIe siècle aient prétendu la diviser en balustrade toscane, ionique, corinthienne, etc. On ne se contenta pas d’en placer là où le besoin demandait une barrière à hauteur d’appui, on s’en servit comme d’un motif de décoration. Rien cependant n’autorisait, dans l’architecture romaine antique que l’on voulait imiter, un pareil abus de la balustrade, ni comme emploi ni comme forme. Il faut dire même que la corniche saillante de l’entablement romain porte mal ces rangées de morceaux de pierre tournés, posés à l’aplomb de la frise, et qui, par leur retraite, n’indiquent pas la présence du chéneau. La balustrade de l’architecture du moyen âge, posée sur l’arête supérieure du glacis du larmier portant le chéneau, est non-seulement un garde-corps pour ceux qui passent dans ces chéneaux, mais elle arrête la chute des tuiles ou des ardoises, et est une