Page:Vivien - Dans un Coin de Violettes, 1910.djvu/82

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.



ÉTONNEMENT DEVANT LE JOUR


Mes yeux sont éblouis du jour que je revois !
L’ayant cru défier pour la dernière fois.


Mes yeux sont étonnés de revoir cette aurore,
Ainsi, moi qui souffris autant, je vis encore !