Page:Voltaire - Œuvres complètes Garnier tome16.djvu/125

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


dit-il, s’il n’était connu que par Nordberg. » Il serait à coup sûr beaucoup moins populaire, et sa renommée aurait été probablement renfermée dans les bornes étroites de son pays.

L’appréciation qui a contribué le plus à faire considérer l’ouvrage de Voltaire comme peu solide, c’est celle de Napoléon Ier. On sait que Napoléon, dans sa campagne de 1812, rejetait le Charles XII, qu’il traitait de roman, pour lire et étudier l’exact mais ennuyeux ouvrage d’Adlerfelt. « On conçoit, en effet, dit M. Villemain, que les descriptions, devinées par l’historien d’après des cartes et des livres, n’aient pas satisfait la rigueur de la géographie militaire, la plus exacte de toutes par le but décisif qu’elle se propose. Voltaire cependant eut, un des premiers, l’art de mêler l’image des lieux à celle des événements pour l’intelligence et l’effet du récit : témoin sa description si bien placée du climat de la Suède, sa vue des plaines de la Pologne et des forêts de l’Ukraine, sa route tracée vers Smolensk. Mais cette géographie de peintre avec ses brillantes perspectives ne suffit pas au général, qu’une erreur de quelques lieues peut fatalement tromper ; ce n’est pas là cette carte historique qui ressemble à un plan de bataille, cette topographie de conquérant que Napoléon voulait, et qu’il a jetée lui-même en tête du récit de sa campagne d’Italie comme le cercle magique où il enfermait sa proie. Un autre défaut de l’Histoire de Charles XII, lue surtout pendant la campagne de Russie, c’est que le récit, toujours si net et d’un coloris si pur, manque parfois de sérieux, et n’a jamais cette mâle tristesse et cette austérité qui peint et fait sentir les grandes catastrophes, même sans les déplorer. »

Peut-être aussi, ajouterons-nous, Napoléon découvrait-il dans ce récit de Voltaire, qui fait bien ressortir les moyens de défense naturels de la Russie, des sujets d’inquiétude et de funestes présages.

Ce qu’il ne faut pas supposer, c’est que Voltaire n’ait pas fait d’actives recherches pour s’éclairer ; il s’était entouré de tous les renseignements, de tous les documents qui pouvaient lui faire connaître la vérité ; il s’était adressé à tous ceux qui avaient vécu avec Charles XII ou qui avaient été mêlés à quelques-uns des événements de son histoire. Il avait écrit son livre, dit-il lui-même[1], sur les Mémoires de M. de Fabrice, qui avait été huit ans favori du roi de Suède ; sur les lettres de M. de Fierville, envoyé secret de France à Bender ; sur les rapports de M. de Croissy, ambassadeur de France. Il avait consulté M. Jeffreys, ministre d’Angleterre en Turquie, M. de Ferriol, notre ambassadeur à Constantinople, le maréchal de Saxe, fils du roi Auguste, lord Bolingbroke, le médecin Fonséca, M. Bru, drogman, le marquis de Brancas, ambassadeur en Suède, le baron de Görtz, etc.

« Il y a telle scène, nous dit M. A. Geffroy, pour laquelle il a été instruit de première main. C’est, par exemple, la duchesse de Marlborough qui lui a raconté les détails de l’entrevue entre le célèbre général anglais et le roi de Suède, et ces détails sont entièrement conformes à ce que nous donnent

  1. Voyez ci-après Préface de l’Édition de 1748, et Conseils à un journaliste dans les Mélanges.