Page:Voltaire - Œuvres complètes Garnier tome16.djvu/29

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


dans celui de sa mère. Concini, ne s’étant pas présenté ce jour-là au Louvre, ne prolongea sa vie que d’un jour. Il fut tué à coups de pistolet le lendemain[1] en entrant dans la cour du château. Vitry et quelques gardes du corps furent les meurtriers. Vitry eut le bâton de maréchal de France pour récompense. Marie de Médicis fut emprisonnée dans son appartement, dont on mura les portes qui donnaient sur le jardin, et bientôt après on l’envoya prisonnière à Blois, dont le duc d’Épernon la tira trois ans après, comme on l’a déjà dit[2].

Éléonore Galigaï, maréchale d’Ancre, dame d’atours de la reine, fut incontinent saisie, dépouillée de tout, conduite à la Bastille, et de là transférée à la Conciergerie.

Le favori de Luines, qui dévorait déjà en espérance les grands biens du mari et de la femme, fit donner ordre au parlement d’instruire le procès du maréchal assassiné, et de sa malheureuse veuve. Pour le maréchal, son corps ne pouvait pas se retrouver : le peuple en fureur l’avait déterré ; on l’avait mis en pièces, on avait même mangé son cœur : excès de barbarie digne du peuple qui avait exécuté les massacres de la Saint-Barthélemy, et inconcevable dans une nation qui passe aujourd’hui pour si frivole et si douce. Il était difficile de trouver de quoi juger à mort la maréchale. C’était une Italienne de qualité, venue en France avec la reine ; comblée à la vérité de ses bienfaits, insolente dans sa fortune, et bizarre dans son humeur : défauts pour lesquels on n’a jamais fait couper la tête à personne.

On fut obligé de lui faire un crime d’avoir écrit quelques lettres de compliments à Madrid et à Bruxelles ; mais ce forfait ne suffisant pas, on imagina de la faire déclarer sorcière. On croyait alors aux sortiléges et à la magie comme à un point de religion. Cette superstition est la plus ancienne de toutes, et la plus universelle. Elle passa des païens et des Juifs chez les premiers chrétiens, et s’est conservée jusqu’au temps où un peu de philosophie a commencé à ouvrir les yeux des hommes aveuglés par tant de siècles.

La maréchale d’Ancre avait fait venir d’Italie un médecin juif nommé Montalto ; elle avait même eu la scrupuleuse attention d’en demander la permission au pape. Les médecins de Paris n’étaient pas alors en grande réputation dans l’Europe. Les Italiens étaient en possession de tous les arts. On prétendit que le

  1. 24 avril 1617. (Note de Voltaire.)
  2. Voyez tome XII, page 577.