Page:Voltaire - Œuvres complètes Garnier tome16.djvu/43

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



CHAPITRE LIII.

SECOURS OFFERT AU ROI PAR LE PARLEMENT DE PARIS. PLUSIEURS DE SES MEMBRES EMPRISONNÉS. COMBAT À COUPS DE POING DU PARLEMENT AVEC LA CHAMBRE DES COMPTES DANS L’ÉGLISE DE NOTRE-DAME.

Richelieu, ayant fait déclarer solennellement la guerre à toute la maison d’Autriche dans l’Allemagne et dans l’Espagne, en 1635, fut sur le point de voir le royaume ruiné l’année suivante. Les ennemis passèrent la Somme, prirent Corbie, ravagèrent toute la Picardie et la Bourgogne ; Paris fut exposé, et plusieurs citoyens en sortirent. Les troupes étaient peu nombreuses, intimidées et dispersées ; les meilleurs officiers suspects au cardinal, emprisonnés ou exilés, les finances épuisées. On ne regardait alors ce ministre que comme un tyran maladroit[1].

Dans cette crise de l’État, la ville de Paris offrit de soudoyer six mille cinq cents hommes ; le parlement résolut d’en lever deux mille cinq cents ; l’Université même promit quatre cents soldats. Le cardinal doutait si ces offres étaient faites contre les ennemis ou contre lui-même.

Le parlement voulut nommer[2] douze conseillers pour avoir soin de la garde de Paris, et pour faire contribuer à la levée des troupes que Paris devait fournir.

Le ministre sentit qu’une telle démarche était une insulte plutôt qu’un secours. La compagnie du parlement ne lui parut pas instituée pour garder les portes de la ville, et pour faire les fonctions du gouverneur et des généraux d’armée. Il savait qu’on

    désirait qu’à l’avenir elle s’assemblât chez lui. En décembre de la même année, on décerna au chancelier le titre de protecteur de l’Académie, qu’avait eu Richelieu ; et Séguier est le seul particulier qui l’ait eu, car après sa mort (1672) ce titre de protecteur fut offert à Louis XIV, et a depuis été pris par tous les rois de France. Louis XIV, dès 1672, accorda à l’Académie une des salles du Louvre pour y tenir ses séances. C’est au Louvre que siégea l’Institut, lors de sa création en 1796. Ce fut en février 1807 que l’Institut fut transféré au collége des Quatre-Nations ; et c’est là que l’Académie française, l’une des quatre classes de l’Institut, tient ses assemblées, soit particulières, soit publiques. Voyez, tome XIV, la liste des Chanceliers, en tête du Siècle de Louis XIV. (B.)

  1. On l’insultait dans tout Paris ; il monta en carrosse, alla droit à l’Hôtel de Ville, sans suite, au pas ; et cette preuve de confiance non-seulement fit taire les clameurs, mais provoqua un enthousiasme admirable. (G. A.)
  2. 11 août 1636. (Note de Voltaire.)