Page:Voltaire - Œuvres complètes Garnier tome22.djvu/118

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
100
LETTRE VII.

serait à craindre ; s’il n’y en avait que deux, elles se couperaient la gorge ; mais il y en a trente, et elles vivent en paix et heureuses.


LETTRE VII[1].

sur les sociniens, ou ariens, ou anti-trinitaires.

Il y a[2] en Angleterre une petite secte composée d’ecclésiastiques et de quelques séculiers très-savants qui ne prennent ni le nom d’ariens ni celui de sociniens, mais qui ne sont point du tout de l’avis de saint Athanase sur le chapitre de la Trinité, et qui vous disent nettement que le Père est plus grand que le Fils.

Vous souvenez-vous d’un certain évêque orthodoxe qui, pour convaincre un empereur de la consubstantialité[3] s’avisa de prendre le fils de l’empereur sous le menton, et de lui tirer le nez en présence de Sa sacrée Majesté ? L’empereur allait[4] faire jeter l’évêque par les fenêtres, quand le bonhomme lui dit ces belles et convaincantes paroles : « Seigneur, si Votre Majesté[5] est si fâchée que l’on manque de respect à son fils, comment pensez-vous que Dieu le Père traitera ceux qui refusent à Jésus-Christ les titres qui lui sont dus ? » Les gens dont je vous parle disent que le saint évêque était fort malavisé, que son argument n’était rien moins que concluant, et que l’empereur devait lui répondre : « Apprenez qu’il y a deux façons de me manquer de respect : la première, de ne rendre pas assez d’honneur à mon fils ; et la seconde, de lui en rendre autant qu’à moi. »

Quoi qu’il en soit, le parti d’Arius commence à revivre en Angleterre aussi bien qu’en Hollande et en Pologne. Le grand Newton[6] faisait à cette opinion l’honneur de la favoriser. Ce philosophe pensait que les unitaires raisonnaient plus géométriquement que nous. Mais le plus ferme patron de la doctrine arienne est l’illustre docteur Clarke[7]. Cet homme est d’une vertu rigide et d’un caractère doux, plus amateur de ses opinions que passionné pour faire des prosélytes, uniquement occupé de calculs

  1. Cette lettre formait l’article Sociniens, dans le Dictionnaire philosophique, édition Kehl.
  2. 1734. « Il y a ici une petite secte. »
  3. 1734. « Consubstantiation. »
  4. 1734. « Allait se fâcher contre l’évêque quand. »
  5. 1734. « Est offensée de ce que l’on manque. »
  6. 1734. « Le grand monsieur Newton. »
  7. Voltaire le pratiqua beaucoup en Angleterre.