Page:Voltaire - Œuvres complètes Garnier tome26.djvu/134

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


124 LES HONNÊTETÉS

Dieu: c'est l'abbé Desfontaines \ cîiassé pour ses mœurs de cette Société de Jésus,'chassée de France pour ses intrigues. Il met en vers des psaumes, et on ne lit point ses vers; il meurt de faim, et il décliirc pour vivre tous ceux qui se font lire, et il le déclare; il est enfermé à Bicêtre, et il fait des feuilles à Bicêtre ; enfin il a un successeur aussi-. Ce successeur est l'Elisée decetÉlie, chassé comme lui des jésuites, mis à Bicêtre comme lui, passant de Bicêtre au For-1'Évêque et au Cliâtelet, couvert d'opprobres publics et secrets, osant écrire et n'osant se montrer. Le nom de Fréron est devenu une injure ; et cependant il aura aussi un successeur ^ dont les sots liront les feuilles en province pour se former l'esprit et le cœur.

CINQUIÈME HONNÊTETÉ,

L'abbé de Caveyrac, dans sa belle apologie de la révocation de l'édit de Nantes, et dans celle de la Saint-Bartliélemy, traite comme des coquins environ douze cent mille personnes qui vivent paisiblement en France sous le nom de nouveaux conver- tis. Il tombe ensuite sur les av ocats ; il décbire les gens de lettres; il calomnie le ministère. Il se ferait beaucoup d'amis s'il n'avait pas trop peu de lecteurs.

SIXIÈME HONNÊTETÉ.

Un bomme de province ^ sollicite une place dans un corps respectalile d'une capitale, et l'obtient ; et pour tout remercie- ment, il dit à ses confrères qu'eux et tous ceux qui aspirent à l'être sont des extravagants, des ennemis de l'État et de la reli- gion, et même des gens sans goût, qui ne lisent point ses can- tiques.

Mon correspondant ne me dit point dans quel pays s'est passée cette aventure. Je soupçonne que c'est en Amérique. Il ajoute que ce discours du récipiendaire produisit quelques mauvaises

��1. Voyez tome XXH, page 380; XXIH, 25,31, 34.

2. Fréron; voyez tome XXIV, page 181.

3. Voltaire a été prophète; Fréron a eu un successeur dans l'abbé Geoffroy (Julien-Louis), né à Rennes en 1743, mort en 1814; à la mort de Fréron, il le remjilaça dans la rédaction de V Année littéraire. De 1800 à 1814, il a donné, dans le Journal des Débats, un grand nombre d'articles où il se montra toujours acharné contre V'oltaire. (B.)

4. Voyez la note 1, tome IX, page 138.

5. J.-J. Lefranc de Pompignan ; voyez tome XXIV, page Hl.

��I

�� �