Page:Voltaire - Œuvres complètes Garnier tome26.djvu/228

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Jérémie, qui prophétisait en faveur de Nabuchodonosor, tyran des Juifs, s’était mis des cordes au cou[1] et un bât ou un joug sur le dos, car c’était un type ; et il devait envoyer ce type aux petits roitelets voisins, pour les inviter à se soumettre à Nabuchodonosor. Le prophète Hananias, qui regardait Jérémie comme un traître, lui arrache ses cordes[2], les rompt, et jette son bât à terre.

Ici, c’est Osée à qui Dieu ordonne de prendre une p….. et d’avoir des fils de p…..[3] : Vade, sume tibi uxorem fornicationem, et fac tibi filios fornicationum, dit la Vulgate. Osée obéit ponctuellement ; il prend Gomer, fille d’Ébalaïm ; il en a trois enfants : ainsi cette prophétie et ce putanisme durèrent au moins trois années. Cela ne suffit pas au Dieu des Juifs ; il veut qu’Osée[4] couche avec une femme qui ait fait déjà son mari cocu. Il n’en coûte au prophète que quinze drachmes et un boisseau et demi d’orge : c’est assez bon marché pour un adultère[5]. Il en avait coûté encore moins au patriarche Juda pour son inceste avec sa bru Thamar.

Là, c’est Ézéchiel[6] qui, après avoir reçu de Dieu l’ordre de dormir trois cent nonante jours sur le côté gauche, et quarante sur le côté droit, d’avaler un livre de parchemin, de manger un sir reverend[7] sur son pain, introduit Dieu lui-même, le créateur du monde, parlant ainsi à la jeune Oolla : « Tu es devenue grande, tes tétons ont paru, ton petit poil a commencé à croître ; je t’ai couverte, mais tu t’es bâti un mauvais lieu ; tu as ouvert tes cuisses à tous les passants….. Ta sœur Ooliba s’est prostituée avec plus d’emportement[8] ; elle a recherché ceux qui ont le membre d’un âne, et qui déchargent comme des chevaux. »

Notre ami le général Withers, à qui on lisait un jour ces

  1. Jérémie, xxvii, 2.
  2. Ibid., xxviii, 10.
  3. Osée, chapitre i. (Note de Voltaire.)
  4. Ibid., chapitre iii. (Id.)
  5. Remarquez que le prophète se sert du mot propre fodi eam : je la f…. Ô abomination ! Et on met ces livres infâmes entre les mains des jeunes garçons et des jeunes filles, et des séducteurs entraînent ces jeunes victimes dans des couvents ! (Id., 1771.)
  6. Ézéch., chapitre iv. (Id.)
  7. Un sir reverend, en anglais, est un étron. (Id., 1767.) Quoi ! Dieu aurait ordonné de sa bouche à un prophète de manger de la merde pendant trois cent quatre-vingt-dix jours, couché sur le côté gauche ! Quel fou de Bedlam, couché dans son ordure, pourrait imaginer ces dégoûtantes horreurs ? Et on les débite chez un peuple qui a calculé la gravitation et l’aberration de la lumière des étoiles fixes ! (Id., 1776.)
  8. Ézéch., chapitre xxiii. (Id.)