Page:Voltaire - Œuvres complètes Garnier tome30.djvu/111

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Or un homme ayant ramassé du bois un jour de sabath… Dieu dit à Mosé : que cet homme meure et soit lapidé. On le mena hors du camp, il fut lapidé, et il mourut comme l’avait ordonné le seigneur… le seigneur parla aussi à Moyse, et lui dit : parle aux enfans d’Israël ; dis-leur de faire des franges aux coins de leurs manteaux, et d’y mettre des rubans couleur d’hyacinte [1]. En ce temps-là Coré fils d’Isaac, Dathan et Abiran fils d’éliab, et Hon fils de Phelet, s’éleverent contre Mosé et Aaron avec deux cents cinquante des principaux de la synagogue, et s’étant présentés devant Mosé ils lui dirent : qu’il vous suffise que ce peuple est un peuple de saints, et que le seigneur est dans eux ; pourquoi vous élevez-vous sur le peuple de Dieu ? Ce que Mosé ayant entendu, il tomba par terre ; puis il dit à Coré et à toute sa troupe : demain Dieu fera connaître ceux qui sont à lui… que chacun prenne son encensoir, toi Coré et tous tes adhérents ; et demain mettez du feu sur vos encensoirs devant le seigneur ; et celui qu’il aura choisi sera saint ; vous êtes trop insolens, enfans de Lévi. Mosé étant donc extrêmement en colere… dit à Coré : présente-toi demain avec toute ta troupe d’un côté, et Aaron se présentera de l’autre [2].

    leurs objections, auxquelles nous avons déjà répondu. Il se peut que Mosé, à l’âge de cent ans, ait été un très mauvais capitaine et un législateur ignorant. Mais s’il obéissait à Dieu, nous devons le respecter.

  1. s’il était permis de juger des loix du seigneur par les loix de nos peuples policés, on trouverait peut-être un peu de dureté à faire périr un homme pour avoir ramassé un peu de bois dont il avait probablement besoin pour faire bouillir le lait de ses enfans, ou pour préparer le dîner de sa famille ; il n’est pas dit que cet homme ramassa un fagot en dérision de la loi. Ce n’est pas à nous à interroger Dieu, et à lui demander pourquoi il fait Aaron grand pontife, immédiatement après qu’il a jetté le veau d’or en fonte, et qu’il l’a fait adorer ; et pourquoi il condamne à mort un homme qui n’a commis d’autre crime que de ramasser un petit fagot pour son usage. Dieu fait miséricorde à qui il lui plait. Plusieurs incrédules soupçonnent que ce livre fut écrit par Samuel ; et on sait que Samuel fut un homme dur ; c’est le sentiment du grand Newton. Mais quelque respect que nous ayions pour Newton, nous respectons encore plus l’église. Les critiques sont révoltés de voir un article de franges et de rubans joint immédiatement à une condamnation à mort. Cela leur paraît incohérent ; ils ne croient pas qu’un peuple, qui manquait de tout, et dont Dieu fut obligé de conserver les habits par miracle, ait mis des franges et des rubans à ses robes dans un désert. Mais si Dieu conserva leurs habits par miracle pendant quarante ans, il put aussi leur donner des franges par miracle, et sur-tout empêcher que six cents mille combattans de son peuple ne fussent battus par une troupe d’amalécites.
  2. si l’on en croit les savants hardis dont nous avons déjà tant parlé, cette histoire de Coré, Dathan, et Abiran, fut écrite après le retour des juifs de la captivité de Babylone, lorsque l’on se disputait dans Jérusalem la place de grand-prêtre