Page:Voltaire - Œuvres complètes Garnier tome42.djvu/204

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de Toulouse odieux. Il le sera assez quand on aura démontré l’innocence de la famille.

Bénissons Dieu des démarches indignes et absurdes qu’on fait faire aux filles de M. Calas. On leur dicte des lettres pour engager leur mère à trahir son devoir et la mémoire de son mari. On veut l’intimider. Il est bien clair que les juges qui ont rendu l’horrible arrêt sont intimidés eux-mêmes. Remercions-les des armes qu’ils donnent contre eux.

J’ai toujours pensé que M. de Saint-Florentin ne rendrait les filles à la mère qu’après le jugement en révision.

Il faudrait tâcher de calmer l’esprit de la mère sur cet article. Elle parle dans toutes ses lettres du couvent où ses filles sont bien traitées et bien nourries. Elle ne prononce jamais le nom de son mari ; jamais elle ne rappelle son horrible mort, l’iniquité affreuse des juges, leur fanatisme, son innocence. Il me semble que si on avait roué mon père, je crierais un peu plus fort[1].

Voici une lettre de M. le procureur général de Bretagne, concernant MM. Cathala et La Serre. Elle pourra vous amuser. Renvoyez-la-moi, je vous prie, dès que M. Cathala l’aura lue sans en prendre copie. Ce point est essentiel. Dieu vous conserve la santé, et que votre belle et bonne âme habite longtemps son étui.


4990. — À MADAME LA DUCHESSE DE SAXE-GOTHA[2].
2 auguste 1762, aux Délices, par Genève.

Madame, Dieu préserve Votre Altesse sérénissime de faire jamais élever un des princes vos enfants par ce fou de Jean-Jacques Rousseau. Il faut commencer par avoir reçu une bonne éducation pour en donner une. Ce livre d’Émile est méprisé généralement. Mais il y a une cinquantaine de pages au troisième

  1. La vivacité passionnée de Voltaire le rend injuste. Plus tard il connut mieux le noble caractère de Mme Calas, et il regretta de ne pas trouver chez Sirven la même présence d’esprit, la même force et les mêmes ressources qu’on admirait dans Mme Calas. (Lettre à Élie de Beaumont, 20 mars 1767.)

    Il n’y a rien que de très-naturel à ce que la pauvre mère se préoccupât encore plus vivement du sort de ses deux filles captives que de la réhabilitation de son mari mort. Elle était plus inquiète de sauver ce qui restait de sa famille que de venger ce qu’elle avait perdu. Toute autre mère eût senti de même. MmeCalas n’était pas un esprit distingué, mais elle était très-tendre pour les siens et sut montrer un noble courage. (Note du premier éditeur.)

  2. Éditeurs, Bavoux et François.