Page:Walter - Voyage autour du monde fait dans les années 1740, 1, 2, 3, 4, 1749.djvu/320

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


à une petite distance de nous, l’ébranlement causé par le coup n’endommageat nos agrés ; mais il brula toute la nuit, et à mesure que la flamme gagna les pièces de Canon, nous entendimes les décharges, Vers les six heures du matin, le Vaisseau qui se trouvoit alors environ à quatre lieu de nous, sauta en l’air. Le coup ne nous parut pas violent ; mais nous vimes une noire colomne de fumée s’élever à une hauteur considérable.

Ainsi périt le Vaisseau de guerre, le Gloucester. Les retardements, que ce Vaisseaux nous avoit causés, n’ayant plus lieu, nous espérions d’autant plus de poursuivre promptement notre voyage, que l’équipage du Gloucester nous procuroit un renfort de monde ; mais nous n’étions pas au bout de nos maux ; nonobstant tout ce que nous avions déja souffert, nous avions encore bien d’autres traverses à essuier. La dernière tempête, qui avoit été si fatale au Gloucester, nous avoit détournés de notre cours, et portés au Nord ; et le Courant, qui avoit la même direction, nous ayant outre cela encore fait avancer environ deux degrés, nous nous trouvames à dix-sept degrés et un quart de Latitude Septentrionale, au lieu de treize et demi, qui étoit le parallèle que nous devions suivre pour gagner l’Ile de Guam : et comme il y avoit eu un calme tout plat quelque jours après que l’orage eut cessé, et que nous ignorions à quelle distance nous étions du Méridien des Iles des Larrons, dont nous croyions n’être pas loin, nous craignimes que le courant nous eût porté sous le vent de ces Iles sans que nous les eussions aperçues. En ce cas, il n’y auroit eu pour nous d’autre parti à prendre, que de diriger notre cours vers quelques-unes des parties Orientales de l’Asie, où, si nous eusssionspu y arriver, nous aurions trouvé la Mousson de l’Est dans toute sa force, desorte qu’il n’auroit pas été possible au meilleur Vaisseau et le mieux pourvu du monde d’y aborder. D’ailleurs cette Côte étant à quatre ou cinq cens lieues d’où nous étions, nous serions péris du Scorbut, longtemps avant que le vent le plus favorable pût nous mener jusque là : car il ne se passoit point de jours que nous ne perdissions huit, dix, et quelquefois douze hommes, et quelques-uns de ceux, qui jusqu’alors s’étoient bien portés, furent tout-à-coup attaqués du même mal, et réduit à garder le branle. Nos Charpentiers profitèrent du calme pour découvrir la voie d’eau, qui, malgré le peu de vent qu’il faisoit, paroissoit devenir plus grande : enfin ils trouvèrent qu’elle étoit dans le Magazin des Canoniers, qui est à l’avant du Vaisseau, sous les jou-