Page:William Morris - Nouvelles de Nulle Part.djvu/36

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


figure souriante, étendit ses longues jambes, et posa son bras sur le dossier de la chaise, avec le geste lent gracieux que des hommes grands et bien faits peuvent avoir sans affectation. C’était un homme à l’aube de la vie, mais il avait l’air heureux comme un enfant qui vient de recevoir un nouveau jouet. Il s’inclina vers moi avec grâce, et dit :

— Je vois clairement que vous êtes l’Hôte dont Annie vient de me parler, qui êtes arrivé de quelque pays lointain qui ne nous connaît pas, ni notre manière de vivre. Je pense donc que vous voudrez bien répondre à quelques questions ; car, voyez-vous…

Dick l’interrompit :

— Non, je vous en prie, Boffin ! assez pour le moment. Naturellement, vous voulez que l’Hôte soit heureux et confortable ; et comment le serait-il, s’il faut qu’il se dérange pour répondre à toutes sortes de questions, alors qu’il est encore déconcerté des nouvelles habitudes et des nouvelles gens qui l’entourent ? Non, non, je vais l’emmener là où il pourra lui-même poser des questions et obtenir des réponses, c’est-à-dire vers mon arrière-grand-père, à Bloomsbury : et je suis sûr que vous n’aurez rien à dire là-contre. Au lieu de l’ennuyer, vous feriez donc bien mieux d’aller chez James Allen, et de m’avoir une voiture, et je le conduirai moi-même ; et dites à Jim, vous prie, de me donner le vieux cheval gris, car je sais conduire un canot bien mieux qu’une voiture. Allons, debout, mon bon, et ne regrettez rien ;