Page:Young - Voyages en France en 1787, 1788 et 1789.djvu/10

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


AVERTISSEMENT
DE LA PRÉSENTE ÉDITION






Cette traduction qui, tout d’abord, ne semblait devoir intéresser qu’un certain nombre de personnes, a fini par se répandre au delà de ce que l’on avait espéré. Les économistes, les agronomes, les historiens y ont trouvé d’utiles indications pour leurs travaux, et le témoignage d’A. Young employé couramment au sein des Académies et des Sociétés savantes a plusieurs fois déjà été invoqué à la tribune de notre Parlement. L’éditeur a pensé qu’il devenait nécessaire de la publier de nouveau et dans un format plus commode pour les hommes d’étude. Heureux d’avoir si bien réussi eu suivant le conseil de mes illustres amis, je me suis appliqué à réviser l’ouvrage sur le texte, veillant surtout à l’exactitude des chiffres qui tous sont ramenés à notre temps et à notre usage. Mon collègue, M. Huguenin, m’a