Poèmes et Paysages/L’Arbre à gomme

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

List2.svg Pour les autres éditions de ce texte, voir L’Arbre à gomme.

Poèmes et PaysagesAlphonse Lemerre, éditeurPoésies d’Auguste Lacaussade, tome 2 (p. 263).


LXXI

L’ARBRE À GOMME


 
Déchiré par le fer, arbre au noble feuillage,
A l’homme dont la main te mutile et t’outrage,
Tu n’en verses pas moins ton ombre et ton trésor :
Le flanc tout sillonné de profondes morsures,
Par la lèvre béante où saignent tes blessures,
          Ta sève coule en larmes d’or.

Poète, fais ainsi : sur la tourbe stupide
Dont l’aveugle fureur t’insulte et te lapide,
Te vengeant en bienfaits du lâche et du pervers,
Dans l’angoisse ineffable où ton cœur se déchire,
Laisse, ô consolateur, laisse dans ton martyre
          Couler le baume de tes vers !