Poète et boxeur

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Poète et boxeur
Arthur Cravan

Revue Maintenant n°5
(mars-avril 1915)




POETE ET BOXEUR




Houiaiaia ! Je partais dans 32 heures pour l'Amérique. De retour de Bucarest, depuis 2 jours seulement j'étais à Londres et j'avais déjà trouvé l'homme qu'il me fallait : qui me payait tous les frais de déplacement pour une tournée de 6 mois, sans garantie, par exemple ! mais ça je m'en foutais. Et puis, je n'allais pas tromper ma femme ! ! ! merde alors ! Et puis, vous ne devineriez jamais ce que je devais faire : je devais lutter sous le pseudonyme de Mysterious Sir Arthur Cravan, le poète aux cheveux les plus courts du monde, petit-fils du Chancelier de la Reine, naturellement, neveu d'Oscar Wilde, renaturellement, et petit neveu de Lord Alfred Tennyson, rerenaturellement (je deviens intelligent). Ma lutte était quelque chose de tout à fait nouveau : la lutte du Thibet, la plus scientifique connue, bien plus terrible que le jiu-jitsu : une pression sur un nerf ou un tendon quelconque et ftt ! l'adversaire [qui n'était pas acheté (rien qu'un tout petit peu)] tombait comme foudroyé ! Il y avait de quoi mourir de rire : houiaiaiaia ! sans compter que ça pouvait être de l'or en barre, puisque j'avais calculé que si l'entreprise marchait bien elle pouvait me rapporter dans les 50 000 francs, ce qui n'est pas à dédaigner. En tout cas, ça valait toujours mieux que le truc de spiritisme que j'avais commencé à monter.

J'avais 17 ans et j'étais villa et je rentrais porter la nouvelle à ma moitié qui était restée à l'hôtel, dans l'espoir d'en tirer quelque chose, avec deux cons aux viandes ennuyées, une espèce de peintre et un poète (rimons, rimu : ton nez dans mon cul) qui m'admiraient (tu parles !) et m'avaient rasé pendant près d'une heure avec des histoires sur Rimbaud, le vers libre, Cézanne, Van Gogh, oh la la la la ! je crois Renan et puis je ne sais plus quoi.

Je trouvai Madame Cravan seule et je lui dis ce qui m'était arrivé, tout en faisant mes malles, car il s'agissait de faire vite. Je pliai, en deux temps, trois mouvements, mes chaussettes de soie à 12 frs la paire qui m'égalaient à Raoul le Boucher et mes chemises où traînaient des restes d'aurore. Le matin, je donnai ma gaule diaprée à ma femme légitime, je lui remis après cinq fraîches abstractions de 100 francs chacune, puis j'allai faire mon pipi de cheval. Le soir, je jouai quelques troumlalas sur mon violon ; je baisai la biseloquette de mon bébé, et fis des câlin-câlin à mes beaux gosses. Puis, en attendant l'heure du départ, et tout en rêvant à ma collection de timbres, je foulai le plancher de mes pas d'éléphant et je balançai mon citron splendide en respirant le parfum si touchant et partout répandu des pets. 18 h 15. Fuitt ! en bas les escaliers ! Je sautai dans un taxi. C'était l'heure de l'apéritif : la lune immense comme un million présentait beaucoup d'analogie avec une pilule digérée pour les lumbagos bleus. J'avais 34 ans et j'étais cigare. J'avais plié mes 2 mètres dans l'auto où mes genoux avançaient deux mondes vitrés et j'apercevais sur les pavés qui répandaient leurs arcs-en-ciel les cartilages grenats croiser les biftecks verts ; les spécimens d'or frôler les arbres aux rayons irisés, les noyaux solaires des bipèdes arrêtés ; enfin, avec des franges rosés et des fesses aux paysages sentimentaux, les passants du sexe adoré et, de temps à autre, je voyais encore, parmi les chieurs enflammés, apparaître des phénix resplendissants.

Mon imprésario m'attendait, comme convenu, sur le quai 8 de la gare et tout de suite je retrouvai avec plaisir sa vulgarité, sa joue que j'avais déjà goûtée comme du veau aux carottes, ses cheveux qui fabriquaient du jaune et du vermillon, son intellect de coléoptère et, près de la tempe droite, un bouton d'un charme unique ainsi que ses pores rayonnants de son chronomètre en or.

Je choisis un coin dans le coupé de 1re classe où je m'installais confortablement. C'est-à-dire, j'appuyais mes assommoirs et j'allongeais les jambes le plus simplement du monde.

Et sous mon crâne de homard je remuais mes globes de Champion du Monde
Afin de voir les gens réunis, et presque au hasard, quand
J'aperçus un monsieur, pharmacien ou notaire,
Qui sentait comme un concierge ou comme un pélican.
Hun, hun ! ça me plaisait : ses sentiments
Se développaient ainsi que chez un herbivore,
Tandis que sa tête me rappelait sérieusement
Les temps où je dormais dans l'intimité de ma grosse haltère, et, ma foi, dans une espèce d'adoration très réelle et autre chose de difficile à exprimer
devant l'égoïste nacré,
Que j'embouteillais de mes yeux atlantiques,
J'admirais l'avant-bras comme un morceau sacré
Et comparais le ventre à l'attrait des boutiques.
Les billets, s'il vous plaît !

Nom d'un chien ! je suis sûr et certain que 999 personnes sur 1 000 eussent été complètement bouleversées dans leur gustation par la voix du contrôleur. J'en suis persuadé et pourtant, j'affirme en toute sincérité qu'elle ne me causa aucune gêne, mais, qu'au contraire, dans le compartiment homogène le timbre avait la douceur qu'ont les zouizouis des petits oiseaux. La beauté des banquettes en fut, si possible, augmentée, à tel point que je me demandais si je n'étais pas victime d'un commencement d'ataxie et ce, d'autant plus que je fixais toujours le sacré petit bourgeois, si tendre en son trou du cul, en me demandant ce que pouvait avoir de bien particulier l'allure du poids lourd qui en face de moi semblait roupiller profondément Je pensais : oh ! jamais moustache n'a dégagé une si intense corporalité, et surtout, nom de Dieu ! que je t'aime :

Et, tandis qu'allophage[1]
À l'amour de ton chauffage,
Nos gilets
Se câblent leurs violets,
Que, chéri et choufleur,
Je suis tes gammes
Et tes couleurs,
Et, qu'en un amalgame
De Johnson, de phoque et d'armoire
Nos merdes rallument leurs moires,
Fff ! les pistons
Du veston.
Dans la finale
Abdominale !

Tous les propriétaires sont des termites, dis-je subitement, histoire de réveiller le petit vieux, dont j'étais plein, et de le scandaliser. Puis, en le regardant dans le blanc des yeux, une seconde fois : Oui, parfaitement, Monsieur, je ne crains pas de le répéter, dusse-je me compromettre, qu'à mon corps défendant et la biqueamichère de mon ratazouin que tous les propriétaires sont des term---mites. À son air excessivement emmerdé, je voyais bien qu'il me prenait pour un fou ou un terrible voyou, mais qu'il faisait semblant de ne pas comprendre tellement il avait peur que je lui aplatisse mon poing sur la gueule.

Fallait-il quand même que je sois bête, surtout avec ma mentalité, pour n'avoir pas remarqué plus tôt une Américaine avec sa fille qui me faisait presque vis-à-vis. Il avait été nécessaire pour attirer mon attention que la mère allât aux cabinets où, du reste, je restais avec elle sentimentivement.

Songeant comme à sa bourse à ses déjections,

Et lorsqu'elle eut repris sa place j'enviais ses boucles d'oreilles et j'imaginais qu'elle est
belle avec son argent et, malgré ses rides et sa vieille carcasse :
Vraiment qu'elle a du charme
pour un cœur guidé par l'intérêt qui se fiche pas mal de tout pourvu que ça lui rapporte et je me disais rageusement :
Rrr ! pour te masturber, t'entraînant aux chiottes tiens ! je t' ferai minette, vieille salope !

Ce qu'il y a de plus amusant et ce qui est bien de moi c'est qu'en m'occupant ensuite de la plus jeune, après avoir rêvé d'extorquer par tous les moyens des fonds à sa mémère, j'en étais venu, avec ma satanée nature à souhaiter une existence bourgeoise en sa compagnie, C'est vrai et je ne pouvais m'empêcher de penser : mon vieux, quel drôle de coco tu fais. Tu sais, petite, tu pourrais orienter ma vie d'une façon toute différente. Ah ! si seulement tu voulais m'épouser. Je serai gentil avec toi et nous irons partout

achetant le bonheur

mais nous habiterons un chic hôtel à San Francisco. Mon imprésario, je m'en moque (il ne s'en doute pas, la vache !) Nous passerons des après-midi entiers à nous aimer assis sur les canapés du salon, les têtes en plongée et les ventres lucides. À tes moindres exigences nous sonnerons les bonnes. Vois-tu les tapis jetteront leurs flammes

Les tableaux de valeur, les meubles engraissants  :
Les bahuts en boule et les dressoirs centrés,
Aux plexus rougissants,
Boucheront jusqu'aux bords nos organes dorés.
Les murs paralytiques,
Éliminant les saphirs,
Exécuteront des gymnastiques
D'ibis et de tapir ;
Sur les fauteuils charmés,
Avec nos pieds palmés,
Nous reposerons nos pectoraux trop lourds,
Et savourerons
Dans les ronrons
Nos langues supérieures aux marennes
Et ferons dans le satin les vesses de velours.
Pareilles aux pâtes, les pensées banales
Nous bourreront comme des oies,
Pendant que nos estomacs liés,
Plus fort que deux souliers,
Tout en répandant la chaleur du foie,
Se baigneront dans leurs aurores intestinales.
I say, boy, here we are : Liverpool, c'était la voix de mon manager.


Allllright.




A. C.





<references>

  1. Néologisme servant à désigner celui qui déguste ou mange idéalement autrui