Poésies (Marie de France)/Fable XV

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Poésies de Marie de France, II, Texte établi par B. de Roquefort, Chasseriau (p. 109-111).

FABLE XV.

D’un Lions qui malades fu [1].

Dou Léons cunte li escriz
Ki deffàiz [2] ert et enveilliz ;
Malades jut mult lungement
Del’ relever ni ot noient [3].
Tutes les Bestes s’assanblèrent,
Pur li véoir, à Curt alèrent.
Li plusur sunt pur lui dolant
[a]E à aucuns n’en chaut noiant [4],

E tiex jà i vunt pur dun [5]
A la devise dou Lïun.10
E saveir voelent li plusur
[b]S’en lui a maiz point de retur :
Li Tors [6] de ses cornes le bute,
E li Asnes qui pas nel’ dute
De sun pié le fiert seur le pis [7] ;
D’altre part i vint li Golpis [8],
As dens le mort par les oroilles.
Dist li Léons, or voi mervoilles,
Bien me suvient k’en mun aé [9]
Qant junes fu et en santé,20
Que tutes Bestes me dutoient [10]
E cume Seignur m’aoroient [11] ;

Qant ère iriez mult se crémeient [12]
Seur tute rien trop me duteient [13].
Or me veient mult affébloié,
Mult defulei et avillié,
Mult me semble gregnur vilté [14]
De cex ki furent mi privé,
A ki jeo fiz honur è bien.
Ki ne membre de nulle rien [15]30
Que des autres ki ge méfîs.
Li nun-poissanz a po d’amis.

MORALITÉ.

Par méismes ceste resun
Prenuns essanple dou Liun ;
Quicunques chiet en nun poeir [16]
[c]S’il pert se force et sun aveir
Mult le tiennent à grant vilté
Neis li plusur qui l’unt amé.


  1. La Fontaine. Le Lion devenu vieux, liv. III, fabl. XIV.
    AEsop., editio Robert. Steph., 1529, p. 48.
    Phaedr., lib. I, fab. 21. Leo senex, Aper, Taurus et Asinus.
    Romul. Nil., lib. I, f. 14. idem.
    Anon. Nil., f. 16.
    Vincent. Bellovac.
  2. Defez, defreiz, defroiz, frailes.
  3. Il n’y avoit plus d’espérance de le guérir.
  4. Mais au plus grand nombre, l’état du lion étoit fort indifférent.
  5. Tel y vient ponr obéir aux ordres du lion, mais la plupart pour s’instruire s’il y a encore espoir de le conserver.
  6. Le taureau, taurus, le frappe de ses cornes.
  7. Poitrine, estomac, pectus.
  8. Le renard, vulpes,
  9. Temps, œvum.
  10. Craignoient.
  11. M’honoroient.
  12. Dès que je paroissois avoir de la colère, elles avoient peur, elles trembloient.
  13. Me redoutoient sur toutes choses.
  14. Cest une grande honte que ceux qui furent mes compagnons.
  15. Qu’ils ne se ressouviennent d’autre chose.
  16. Celui qui perd son rang, ses dignités, sa fortune.
Variantes.
  1. As aquans n’en chalut niant,
    Et tex jà qui i vait por don.

  2. S’il a en lui mais nul retor :
    li Bués de ses cornes le boute,
    Et li Engniaus qui pas n’el doute,
    Sor son vis monte et sor son piz
    Et sor li pissa li Goupiz.

  3. Tuit le tiennent à non-chaloir.