Poésies (Marie de France)/Fable XVI

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Poésies de Marie de France, II, Texte établi par B. de Roquefort, Chasseriau (p. 112-115).

FABLE XVI.

D’un riche Hume qui nurrisseit un Chiennet [1].

Dun Hum riche truvuns escrit
Qu’il nurrisseit un Chien petit ;
Suventes feis od li jua
E uns siens Asnes l’esgarda.
En sun curaige entendeit bien [2]
Ke tuit li autre aiment le Kien
[a]Pur le Segnur ki tant l’ameit,
E avoec lui s’esbanoieit [3].

Souz son mantel le fist mucier [4]
Sel’ fist les autres abaier ;10
Dunc s’est li Asnes purpenseiz
Ke melx dou Chien vaut-il asseiz
E de biauté è de grandor ;
Melx saureit-il à son Sengnor
Joer ke li Chienés petiz,
E melx sereit oïs ses criz ;
Miex le saureit des piez férir [5]
E miauz saureit sus li sailir [6].
Pur fol se tient k’à lui ne vet
E k’à sa voiz ne crie è bret20
Cum feit li Chiens seur son Seignur.
Ensi avint ke par un jur
S’aleit li Sires déduisant [7],
[b]E au petit Chiennet juant ;
Nel’ pot li Asnes plus sufrir,
Vers Sun Seingnur prist à venir,
Seur lui commance à rechaner [8]
Ke tut le fet espoenter,
Des piez le fiert, suz lui sailli

Si k’à la terre l’abati,30
[c]Par un petit ne l’eu grevei [9]
Se li Sires n’éust criei,
Harou, harou [10], hé aidiez moi !
Si humme i saillent à desroi [11].
Chascun tient u mace u bastun,
L’Asne fièrent [12] tuit envirun
A grant martire è à dolur,
Polrent rescorre lor seignur.
[d]Deci que l’Asnes unt tant batu
Que il l’unt laissié tuit estendu40
A grant peine vint en s’estable.

MORALITÉ.

Saveir devuns par ceste fable
La ménière de meinte gent,
[e]Mult le puet-on veoir suvent
K’il tant se voelent enhaucier [13]

Et en tel liu appareillier
Ke n’afiert pas [14] à lur curage,
En-seur-que-tut à lur parage [15]
K’à mains [16] en est si avenu
Cum à l’Asne qui fu batu.50



  1. La Fontaine, l’Ane et le petit Chien, liv. IV, f. 5.
    AEsop, f. 216.
    Phaedr. append. Burm., fab. X.
    Romul. Nil., lib., f. 15. Asinus Domino blandiens.
    Anon. Nil., fab. 17.
    Vincent. Bellovac.
  2. Dans sa pensée il voyoit bien que tout le monde caressoit le petit chien par l’amitié que lui portoit le maître de la maison.
  3. S’amusoit, se réjouissoit.
  4. Cacher, couvrir, amicire, et le fit aboyer aux autres.
  5. Frapper, ferire !
  6. Sauter, monter, salire.
  7. S’amusant, se promenant.
  8. Braire.
  9. Peu s’en fallut qu’il ne le blessât.
  10. Au secours, au secours.
  11. Confusément, en désordre, à la hâte.
  12. Frappent, battent, du verbe ferir.
  13. Élever.
  14. Qui ne convient pas.
  15. Et sur-tout à leur éducation, leur manière de vivre.
  16. Plusieurs.
Variantes.
  1. Pur lur, segnur qu’il nurrisseit,
    Et qui o lui se deduiseit.

  2. Tint le Chienet, s’ala juant.

  3. Pur poi que il ne la tuei.

  4. Ausi ont li asnes tant batu.

  5. Moult bien poeiz veoir sovent.