Poésies (Marie de France)/Fable LXII

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

FABLE LXII.

La compengnie dou Leu et dou Hirechon [1].

Dun Leu dist è d’un Hireçun
Ki jadis furent cumpengnun.
Li Hireçons deveit ester [2]
Devant les Kiens è desturber [3],
A lui les deveit fère entendre [4]
Quant li Lox ireit proie prendre ;
E li Leus deveit lui aidier
Kant il en veireit le mestier [5].
Un Aigniel prist le Lous un jur,
Si l’escrièrent li Pastur,10
Li Ciens après li vunt braiant [6]
Et il s’en vet au bos fuiant.
Le Hireçuns laist entrepris,
Qant il l’apèle et dit : amis,

Par l’amur Diu, viens mei aidier,
Tu ne me deis mie lessier [7] ;
Li Lous respunt, ajwe tei
[a]Car nul conssell n’atans par mei.
Li Hérichunz li a rové [8]
Or me bèsiez en carité ;20
A mes anfanz purras parler,
[b]E par essangnes remembrer [9],
Qu’il sunt or povre et orfenin ;
Ke seul me lessaz el kemin
Là où g’estoie entrepris,
Entre mes mortex anemis.
[c]Li Leus besa le Hireçon
E cil s’ahert à sun grenon [10],

A ses lafres s’est atakiez,
Et od ses brokes afichiez30
U il volsist, ù il dengnast ;
Au Leu covint qu’il l’enportast [11].
Qant el bos fu od li venuz
Le Hireçons s’est descenduz,
[d]Sor un grant caisne s’est muntéz,
Adunc s’est li Loz racordéz [12]
Si li pria qu’il descendist,
Devant les Chiens sel’ deffendist.
Li Hirechons respunt à-tant [13],
Amis, fait-il, va t’en avant40
Si t’esgoïs de tun Aingnel,
La char en araz è la pel
Se tu te pués des Kiens garir,
E jeo ni mis nient partir [14] ;
[e]Seul m’éusses orains laissié

Mes je t’ai hui bien seurvezié [15].

MORALITÉ.

Ci puet-on véoir dou félun
Qui velt trichier sun conpaingnun ;
Il méismes est encunbrez
Là ù li autre est délivrez.50


  1. Le Graud d’Aussy. tom. IV, p. 211.
  2. Rester, demeurer, stare.
  3. Détourner, empêcher, égarer, disturbare.
  4. Et les attirer à lui.
  5. Quand il en verroit le besoin, l’occasion ;
  6. Le suivent en aboyant.
  7. Tu ne dois pas m’abandonner.
  8. Prié, supplié, de rogare.
  9. Montrer par des marques certaines.
  10. Celni-ci se saisit du poil de ses moustaches, s’attache à ses lèvres, et le pique avec les épines dont son corps est enveloppé, par-tout où il le touche.
  11. Le Loup fut bien obligé de l’emporter
  12. Le Loup s’arrêta pour reprendre haleine et pour réfléchir.
  13. Sur-le-champ, aussitôt.
  14. Et je ne veux point avoir ma part.
  15. Mais je t’ai bien attrapé aujourd’hui.
Variantes.
  1. Que jà n’aras conseil de moi.

  2. Et par messaiges raconter.

  3. Li Leus aert par le menton
    Et li le prent par le grenon
    A ses leuvres s’est ens fichiés.

  4. Deseur un chesne en est montez
    Et quant li Leus s’est esgardez.

  5. Seul me vosis laissier orains
    Mais Diu merci ge sui toz sains.