Poésies (Marie de France)/Fable LXXXVII

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Poésies de Marie de France, II, Texte établi par B. de Roquefort, Chasseriau (p. 358-359).

FABLE LXXXVII.

D’un Escouffles è dou Jais.

Uns Escuffles jut en sun lit [1],
Malades fu si cum il dit.
Un Gais ot sun ni près de lui
A cui ot fait suvent anui.
Li Escofles se purpensa [2],
Que sa mère i envoira ;
Si le fera requeire pardun
E que pur lui face orisun.
Mère, fet-il, car i alez,
Q’il prie pur mei li requerez [3].10
Geo, fet-ele, cument irai,
Ne sai cument li preierai.
Mainte foiz as soillié sun ni
E de ses Oiseax as melti [4].

MORALITÉ.

Ensi va de la fole gent
Là ù il unt méffait suvent,
[a]Woelent aler merci crier,
Ainz qu’il le voeillent amender.


  1. Un Milan étoit couché dans son aire pour cause de maladie.
  2. Réfléchit.
  3. Invitez-le à prier pour moi.
  4. Tués, châtiés, de multare.
Variantes.
  1. Ne voelent pas merci crier.
    Ne ne le degnent amander.