Poésies (Marie de France)/Fable VIII

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Poésies de Marie de France, II, Texte établi par B. de Roquefort, Chasseriau (p. 86-89).

FABLE VIII.

D’une Lisse qui vuleit chaaler [1].

Dune Leisse vus veil cunter
Qui preste esteit à chaéler [2] ;
Mès ne sot ù gésir el deust,
È ù ses Chaiaus [3] aveir peust.
A une autre Lisse requist
[a]K’en sun ostisel [4] la sufrist
Tant k’ele éust chaellei,
[b]Mult l’en sareit, ce dist, bon grei ;

Tant l’en ad requise è proiée,
[c]Ke od li l’ad dunc herbregiée [5]10
Puiz kant ot éu ses chéiauz [6]
E espeudriz les ot è biauz [7],
Cele à kui li ostiex [8] esteit
Suvent par ax demage aveit,
[d]De sa maisun les rueve issir [9]
Ne les vuleit mès cunsentir.
L’autre se prist à démenter [10],
E dist qu’el ne seit ù aler ;
[e]Yvers esteit pur la freidur
Murreit de freit à grant dolur ;20
Dunc li requist par caritéi

[f]Q’el herbrejast jusqu’en estéi,
E cel ot de li grant pitié
Otréia li par amistié [11].
Qant le bel tens vit revenir [12]
[g]Adunc les rueve forz issir,
L’autre cumença à jurer
Que se jamès l’en ot parler,
[h]Que si Chaiel la detrairunt [13]
È forz de l’uis [14] l’a bouterunt ;30
La force est lor en la maisun,
[i]Fors l’en unt mise sanz raisun.

MORALITÉ.

Cest essemple poez savoir,

È par meint Preudomes [15] vooir,
Ke par bunté de sun curage
[j]Est chaciez de sun hiretage ;
Ki felun Hume od li aquieut [16]
Ne s’en ist mie qant il vieut.

  1. La Font., la Lice et sa Compagne, liv. II, fab. VII.
    Phædr., lib. I, fab. 19. Canis parturiens, ex Justino lib., 43, cap. 4.
    Rom. Nil., lib. I, f. 9.
    Anon. Nilant., f. 54.
    Justinus, liber XLIII.
  2. Mettre bas.
  3. Petits chiens.
  4. La permission d’occuper sa petite retraite jusqu’à ce qu’elle fût rétablie.
  5. Que l’autre chienne prit sa compagne avec elle.
  6. Petits chiens.
  7. Les eut élevés et qu’ils furent grands.
  8. Maison, demeure, habitation, hospitium.
  9. Elle les prie de vouloir bien chercher un autre logis, parce qu’elle ne les pouvoit plus garder.
  10. Gémir, pleurer, dementire.
  11. Le lui accorda avec bonté.
  12. Quand le doux fut revenu, la lisse va trouver la compagne qu’elle avait obligée si généreusement, et la prie de vouloir bien lui rendre son logement.
  13. Qu’elle et ses chiens lui feront un mauvais parti, et la mettront à la porte.
  14. Porte, entrée, ostium.
  15. Homme sage et instruit.
  16. Lorsqu’il accueille avec lui un méchant, il n’est pas maître de le renvoyer quand il en a l’envie.
Variantes.
  1. Ke l’en son hostelet soufrist.

  2. Kar moult l’en par sauroit bon gré.

  3. Que cele o li la habergée.
    Puis qant ce furent cil chaels
    Et acreu furent et biels.

  4. De sa meson l’estuet issir
    Nès vieult maiz plus consentir.

  5. Yverz estoit pour la froidure
    Morroit là hors à grant lèdure.

  6. Que la heberc duc’à esté ;
    Cele ont de li monlt grant pitié
    Si li a einsi ostroié

  7. Donc les en rova fors issir.

  8. Que sil chael estrangleroie
    Et fors à l’us les bouteroîe.

  9. Sanz avoir une nule acheson.

  10. Est for-boutez son hiretaige.