Poésies (Marie de France)/Fable XCIX

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Poésies de Marie de France, II, Texte établi par B. de Roquefort, Chasseriau (p. 390-391).

FABLE XCIX.

D’un Lous è d’un Coulon

Uns Lox esgarda un Culun [1]
Ki queilleit desoz un buissun
Rainsiax dunt voleit sun nis fère ;
Li Leus parla, ne se pot tère.
Mult te voi, fet-il, traveillier
[a]Maint rain cuillir è purchacier [2]
Jà n’en iert mieudre ta mesuns ;
Dunt li respundi le Couluns :
[b]Suvent te voi Brebis cueillir
Aingniax è Mutons retenir ;10
Se n’en iez néent avanciez,

Ne plus rices, ne plus prisiez.

MORALITÉ.

Ainsi vet-il des Robéeurs,
Des Lairons è des Trichéeurs,
Qant il emblent autrui avoir ;
Moult en puet-om surent véoir
Qui n’en sunt guires amandé
Touz-jours vivent en povreté.


  1. Un renard regarda un pigeon qui, près d’un buisson, ramassoit des petites branches pour faire son nid.
  2. Maint rameau cueillir et chercher ; mais pour cela ton habitation n’en sera pas plus agréable.
Variantes.
  1. Cueillir meirain et porchassier.

  2. Et je te voi, fet-il, cueillir.