100%.png

Poésies complètes de Jules Laforgue/Complainte de la fin des Journées

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche

Léon Vanier, libraire-éditeur (p. 43-44).

COMPLAINTE
de la fin de journée


Vous qui passez, oyez donc un pauvre être,
Chassé des Simples qu’on peut reconnaître
Soignant, las, quelque œillet à leur fenêtre !
Passants, hâtifs passants,
Oh ! qui veut visiter les palais de mes sens ?

Maints ciboires
De déboires.
Un encor !

Ah ! L'enfant qui vit de ce nom, poète !
Il se rêvait, seul, pansant Philoctète
Aux nuits de Lemnos ; ou, loin, grêle ascète.
Et des vers aux moineaux,
Par le lycée en vacances, sous les préaux !

Offertoire,
En mémoire
D'un consort.

Mon Dieu, que tout fait signe de se taire !
Mon Dieu, qu’on est follement solitaire !
Où sont tes yeux, premier dieu de la Terre
Qui ravala ce cri :
« Têtue Éternité ! je m’en vais incompris... » ?

Pauvre histoire !
Transitoire
Passeport ?

J’ai dit : mon Dieu. La terre est orpheline
Aux ciels, parmi les séminaires des Routines
Va, suis quelque robe de mousseline...

— Inconsciente Loi,
Faites que ce crachoir s’éloigne un peu de moi !

Vomitoire
De la Foire,
C’est la mort.