Poésies de Marie de France (Roquefort)/Lai du Bisclavaret

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

List2.svg Pour les autres éditions de ce texte, voir Lai de Bisclavret.

Poésies de Marie de France, Texte établi par B. de RoquefortChasseriauEd. Roquefort, tome 1. (p. 178-201).

LAI DU BISCLAVERET.



Quant de Lais faire m’entremet
Ne voil ublier Bisclaveret ;
Bisclaveret ad nun en Brelan,
Garwall l’apelent li Norman.
Jadis le poët-hum oïr,
E souvent suleit avenir,
Humes plusurs Garwall devindrent
E es boscages meisun tindrent.
Garwall si est beste salvage ;
Tant cum il est en cele rage,
Humes dévure, grant mal fait,
Es granz forest converse è vait.
Cest afère les ore ester
Del’ Bisclaveret voil cunter.
En Bretaine maneit un Ber
Merveille l’ai oï loer ;
Beau chevaliers è bon esteit
E noblement se cunteneit.
De sun Seinur esteit privez
E de tuz ses veisinz amez.
Femme ot espusé mut vailant
E qui mut feseit beau semblant.

Il amot li è ele lui ;
Mès d’une chose ert grant envi
Qu’ en la semeine le deperdeit
Treis jurs entiers qu’ ele ne saveit.
U deveneit, ne ù alout ;
Ne nul des soenz nient ne sout.
Une feiz esteit repeirez
A sa meisun joius è liez ;
Demandé li ad è enquiz,
Sire, fait-el, beau duz amiz,
Une chose vus demandasse
Mut volentiers si jeo osasse :
Mès jeo creim tant vostre curuz
Que nule rien tant ne redut.
Quant il l’oï si l’acola,
Vers li la traist, si la beisa,
Dame, si fait-il, demandez ;
Jà cele chose ne me direz
Si jeo la sai, ne la vus die.
Par fei, fet-ele, ore sui garie :
Sire, jeo sui en tel effrei,
Les jurs quant vus partez de mei ;
El lever en ai grant dolour
E de vus perdre tele pour,
Si jeo n’en ai hastit cunfort,
Bien-tost en puis avoir la mort.
Kar me distes ù vus alez,
U vus estes, ù conversez.

Mun escient, qui vus amez,
E si si est vus meserrez.
Dame, fet-il, pur Deu merci,
Mal m’en vendra si jol’ vus di :
Kar de m’amur vus partirai
E me-mesmes en perderai.
Quant la Dame l’od entendu,
Nel’ ad nient en gas tenu
Suvente feiz li demanda,
Tant le blandi, è losenga,
Que s’aventure li cunta,
Nule chose ne li céla.
Dame jeo deviens Bisclaveret,
En cele grant forest me met,
Al plus espès de la gaudine,
Si vif de preie è de racine.
Quant il li aveit tut cunté,
Enquis li ad è demaundé
S’il se despuille u vet vestu.
Dame, fet-il, jeo vois tut nu.
Di mei, par Deu, ù sunt voz dras ?
Dame, ceo ne dirai vus pas
Kar si jeo les eusse perduz
E de ceo feusse aparcéuz,
Bisclaveret sereie à tuz-jurs ;
Jamès n’avereie mes sucurs,
De ci k’il me fussent rendu :
Por ceo ne voil k’il seit séu.

Sire, la Dame li respunt,
Jeo vus eim plus que tut le mund ;
Nel’ me devez nient céler,
Ne de nule rien duter :
Ne semblereit pas amisté.
Qu’ai-jeo forfait, por quel péché
Me dutez vus de nule rien ?
Dites mei et si ferez bien.
Tant l’angoussa, tant le surprist,
Ne pout-il faire, si le dist :
Dame, fet-il, delez cel bois,
Lez le chemin, par un troivois,
Une vielz chapele i esteit,
Ke meintefeiz grant bien me feit ;
Là est la pierre cruose è lée,
Suz un bussun, dedanz cavée ;
Mes draz i met suz le buissun
Tant que jeo revine à meisun.
La Dame oï cele merveille,
De päour fu tute vermeille,
De l’aventure s’éffréa,
E maint endreit se purpensa
Cume ele s’en puist partir ;
Ne voleit mès lez-lui gesir.
Un Chevalier de la cuntrée
Qui lungement l’aveit amée
E mut préié è mut requise,
E mut durré en sun servise

Ele ne l’aveit unkes amé,
Ne de s’amur aséuré,
Celui manda par sun message
Si li descouvri sun curage ;
Amis, fet-ele, séez lez,
Ceo dunt vus estes traveillez
Vus otri-jeo sanz nul respit ;
Jà m’averez nul cuntredit ;
M’amur è mun cors vus otrei :
Vostre drue feites de mei.
Cil l’en mercie bonement
E la fiance de li firent ;
E ele le met par serement ;
Puis li cunta cum-faitement,
Ses Sires ala, è k’il devint ;
Tute la veie ke il tint.
Vers la forest l’enséïgna,
Pur sa despuille l’envéia.
Issi fu Bisclaveret trahiz
E par sa femme maubailiz.
Pur ceo qu’hum le perdeit sovent,
Quidouent tuz comunalment.
Quant dunc s’en fust del’ tut alez,
Asez fu quis è demandez :
Mès nel’ porent mie trover ;
S’il lur estuit lesser ester.
La Dame ad cil dunc espusée
Qui lungement l’aveit amée ;

Issi remist un an entier,
Tant que li Reis ala chacier :
A la forest ala tut dreit,
La ù li Bisclaveret esteit.
Quant li chiens furent descuplé,
Li Bisclaveret unt encuntré ;
A lui currurent tute jur,
E li chiens è li venéur
Tant que par poi nel’ eurent pris,
E tut déciré è mau-mis.
Desi qu’il ad le Rei choisi ;
Vers li curut querre merci.
Il l’aveit pris par l’estrié,
La jambe li baise è le pié.
Li Reis le vit grant poür ad ;
Ses cumpainuns tuz apelad.
Seignurs, fet-il, avant venez,
Ceste merveille esgardez ;
Cum ceste beste se humilie :
Ele ad sen de hum, merci crie
Chacez mei tuz ces chiens arère,
Si gardez que hum ne la fière.
Ceste beste ad entente è sen,
Espleitez vos ; alum nus en.
A la beste durrai ma pès
Kar ici ne chacerrai huimès.
Li Reis s’en est turné à-tant.
Le Bisclaveret li vet siwant ;

Mut se tint près, n’en vout partir,
Il n’ad cure de li guerpir.
Li Reis l’enmeine en sun chastel,
Mut en fu liez, mut li est bel,
Ke unke mès tel n’ot véu.
A grant merveille l’ot tenu,
E mut le tient à grant chierté,
A tuz les siens ad comaundé
Que sur s'amur le gardent bien
E ne li meffacent de rien,
Ne par nul d’eus ne seit feruz,
Bien seit abevreiz è péuz.
Cil le gardèrent volenters.
Tuz-jurs entre les Chevalers,
E près del’ Rei s’alout cuchier.
Ni ad celui qui nel’ ad chier,
Tant esteit franc è déboneire :
Unc ne volt à rien meffaire.
U ke li Reis déust errer
Il n’out cure de desevrer ;
Ensemble od li tuz-jurs alout,
Bien s’apareit que il l’amout.
Oez après cument avint

A une Curt ke li Rei tint,
Tuz li Baruns aveit mandez,
Ceus ki furent de li chacez,
Pur aider sa feste à tenir,
E lui plus beal faire servir.

Ne fu puis guères lungement,
Ceo m’est avis, si cum j’entent,
Qu’à la forest ala li Reis,
Qui tant fu sages è curteis,
U li Bisclaveret fu trovez ;
E il i est od li alez.
La nuit, quant il s’en repeira,
En la cuntrée héberga ;
La femme Bisclaveret le sot ;
Avenantment s’appareilot,
Al demain vait al Rei parler,
Riche présent li fait porter.
Quant Bisclaveret la veit venir
Nul hum nel’ poeit retenir,
Vers li curut cum enragiez,
Oiez cum il est bien vengiez.
Le neis li esracha del’ vis ;
Quei li péust-il faire pis ?
De tute parz l’unt manacié
Jà le eussent tut dépescié,
Quant un sages Hum dist al Rei :
Sire, fet-il, entent à mei ;
Ceste Beste ad esté od vus,
Ni ad ore celui de nus,
Qui nel’ eit véu lungement,
E près de li alé sovent.
Unke mès hume ne tucha,
Ne félunie ne mustra,

Fors à la Dame qu’ici vei,
Par cele fei que jeo vus dei :
Aukun curuz ad il vers li
E vers sun Seignur autresi.
Ceo est la femme al Chevaler
Qui taunt par suliez aveir cher,
Qui lung-tens ad esté perduz,
Ne sumes ù est devenuz.
Kar metez la Dame en destreit,
S’aucune chose vus direit ;
Pur quei ceste Beste la heit,
Fètes li dire s’el le seit.
Meinte merveille avum véu,
Que en Bretaigne est avenu.
Li Reis ad sun cunseil créu,
Le Chevaler ad retenu,
Del’ autre part ad la Dame prise,
E en mut grant destresce mise ;
Tant par destresce è par poür,
Tut li cunta de sun Seignur,
Coment ele l'aveit trahi,
E sa despoille li toli.
L’aventure qu’il li cunta
E que devint è ù ala,
Puis que ses dras li ot toluz,
Ne fud en sun païz véuz,
Très bien quidat è bien créeit,
Que la beste Bisclaveret seit.

Le Reis demande la despoille :
U bel li seit u pas nel’ voille ;
Arière la fet aporter,
Al Bisclaveret la fist doner.
Quant les urent devant li mise
Ne se prist garde en nule guise ;
Li Prudum le Rei apela,
Cil li primes le cunseilla :
Sires, ne fètes mie bien
Cist nel’ fereit pur nule rien,
Que devant vus ses dras reveste,
Ne muet semblance de beste.
Ne savez mie que ceo munte
Mut durement en ad grant hunte :
En tes chambres le fai mener,
E la despoille od li porter ;
Une grant pièce l’i laisrums,
S’il devient hum bien le verums.
Li Reis méïsmes le mena,
E tus les hus sur li ferma ;
Al chief de pièce i est alez,
Deus Baruns ad od li menez,
En la chambre entrent tut trei
Sur le demeine lit al Rei
Trova dormant le Chevalier.
Li Reis le curut enbracier,
Plus de cent feiz l’acole è baise,
Si tost cum il pot aver aise.

Tute sa tere li rendi,
Plus li duna ke jeo ne di.
La feme ad del’ païs ostée,
E chacié hors de la cuntrée.
Cil s’en alat ensemble od li
Par ki sun Seignur od trahi,
Enfanz en ad asez éuz,
Puis unt esté bien cunéuz,
Del’ semblant è de le visage :
Plusurs femmes de cel lignage,
C’est vérité, senz nés sunt néies,
E si sovienent esnaséies.
L’aventure k’avez oïe
Veraïe fu, n’en dutez mie ;
De Bisclaveret fu feit li Lais,
Pur remembrance à tut-dis-mais.

LAI DU BISCLAVARET.


Puisque je m’occupe à traduire des Lais, je ne veux pas oublier celui du Bisclavaret, ainsi nommé par les Bretons, et que les Normands appellent Garwal[1]. Il est très-certain et cela arrivoit souvent dans les temps anciens, que les hommes étoient transformés en loups-garous. C’est une bête farouche, qui habite les forêts ; sa rage est si grande que dans sa férocité, cette bête dévore les humains, cause les plus grands ravages : Mais laissons cela, et veuillez écouter le Bisclavaret, que je désire vous raconter.

Parmi les seigneurs de la Bretagne, il en étoit un qui méritoit les plus grands éloges ; brave chevalier, il vivoit d’autant plus noblement qu’il étoit le favori du prince, aussi étoit-il chéri de tous ses voisins. Il avoit épousé une demoiselle de bonne famille, qu’il aimoit tendrement, et dont il étoit tendrement aimé. Néanmoins, une chose affectoit la dame. Toutes les semaines son mari s’absentoit pendant trois jours entiers, et ni elle ni personne ne savoit où il alloit, ni ce qu’il devenoit pendant ce temps. Notre chevalier rentre un jour chez lui fort gai et fort joyeux ; après les premières caresses, sa dame prenant la parole, lui parle en ces termes : Sire, mon beau doux ami, si je l’osois, je me hasarderois à vous faire une question. Mais je crains de vous fâcher, et je ne redoute rien plus au monde que votre courroux. Le mari presse sa femme entre ses bras et l’embrasse. Chère dame, demandez-moi tout ce que vous voudrez, je n’ai point de secrets pour ma femme, et si je sais la chose dont vous desirez être instruite, je me ferai un plaisir de vous l’apprendre. Eh bien, sire, me voilà rassurée, mais vous ne pouvez vous faire une idée de l’inquiétude que j’éprouve les jours que vous vous éloignez de moi. Le matin je me lève, le soir je me couche avec la crainte de vous perdre, et si vous ne calmez mes justes alarmes, il ne me reste qu’à mourir.


De grace, veuillez m’instruire du lieu où vous vous rendez, de ce que vous faites et de ce que vous devenez. Chère amie, par la miséricorde de Dieu, je crains qu’il ne m’arrive malheur si je vous apprends mon secret ; peut-être cela m’empêcheroit-il de vous aimer, et m’exposeroit peut-être encore à vous perdre. La dame fut bien étonnée de ce discours, qui n’étoit rien moins que plaisant. Elle ne perdit pas courage, elle flatta et caressa si tendrement le chevalier, que celui-ci lui découvrit entièrement son secret.

Sachez donc que pendant mon absence je deviens loup-garou ; j’entre dans la grande foret, et vais me cacher dans le plus épais du bois, et là, je vis de proie et de racines. — Mais, bon ami, veuillez me dire si vous vous dépouillez de vos habits, ou bien si vous les gardez ? — Madame, je vais tout nu. — De grâce enseignez-moi où vous déposez vos vêtements. — Cela m’est impossible, car non-seulement si je venois à les perdre, mais encore à être aperçu, quand je les quitte, je resterois loup-garou toute la vie, et je ne pourrois reprendre ma forme ordinaire qu’à l’instant où ils me seroient rendus ; d’après cela vous ne devez pas être surprise de mon silence à cet égard. Sire, vous savez que je vous aime au-delà, de toute expression, dès lors vous n’avez rien à craindre de ma part et ne devez rien me cacher. La confiance naît de l’amitié, et vous me feriez croire que je ne possède ni l’une ni l’autre chez mon époux ; je vous le demande, ai-je rien fait pour cesser de les mériter ? dites-le-moi, je vous prie. Enfin la dame redoublant de caresses et d’instances, obtint l’aveu qu’elle desiroit tant. — Dans la forêt, près d’un carrefour, et sur le bord du chemin est une vieille chapelle, qui souvent me devient fort nécessaire. Là, sous un buisson se trouve une grande pierre creuse où je cache mes habits jusqu’au moment où je dois les reprendre pour revenir à la maison.

La femme fut tellement effrayée de la révélation de son mari, qu’elle pensa dès-lors aux moyens de le quitter, et ne voulut plus coucher avec lui. Dans le voisinage étoit un chevalier qui lui avoit long-temps fait la cour ; elle ne lui avoit jamais rien accordé, pas même une promesse. Par un message la dame l’engagea à revenir auprès d’elle. Réjouissez-vous, bel ami, lui dit-elle en le voyant, les maux que vous avez soufferts vont cesser ; je vous offre aujourd’hui tout ce que vous m’avez demandé, je vous donne mon cœur, mon amour, et faites de moi votre amie. Le chevalier charmé d’apprendre une nouvelle aussi agréable, remercie la dame. Ils promettent par serment de s’aimer toujours. Dès que l’intimité fut établie, la dame instruisit son amant de tout ce que faisoit son mari ; elle lui enjoignit d’aller prendre ses vêtements dans l’endroit où ils étoient déposés. Ainsi le Bisclavaret fut trahi par sa femme, qui le rendit bien malheureux, puisqu’on ignoroit entièrement l’époque où il reparoîtroit. Ses amis et ses parents inquiets de ne plus le voir, venoient souvent à sa maison pour s’informer de ses nouvelles. Plusieurs même partirent pour aller à sa recherche ; l’inutilité de leurs démarches les engagea à n’en plus faire. La dame épousa bientôt le chevalier, dont elle étoit aimée depuis long-temps.

Il s’étoit bien passé un an depuis que le roi n’avoit été à la chasse. Le prince eut envie de prendre cet exercice et se rendit à cet effet dans le bois habité par le Bisclavaret que les chiens rencontrèrent dès l’instant, où ils furent découplés. Il fut poursuivi tout le jour, avoit reçu plusieurs blessures par des chasseurs qui étoient près de le prendre, lorsque voyant venir le roi, il alla à sa rencontre pour demander grace. Le Bisclavaret saisit l’étrier du monarque, lui baise le pied et la jambe. Le roi eut d’abord peur, mais aussitôt revenu de son effroi, il appelle à lui ses compagnons. Venez, seigneurs, venez considérer cette merveille ; regardez comme cet animal s’humilie ; il a l’intelligence de l’homme, puisqu’il crie miséricorde. Faites retenir les chiens et veillez à ce que personne ne le blesse. Allons, apprêtez-vous, retournons au château, car je ne veux pas chasser davantage, et suis trop satisfait de ma découverte. Le prince se met en marche avec le Bisclavaret qui suit ses pas, et qui ne veut pas l’abandonner. Le roi joyeux de sa capture qu’il regarde comme une chose surprenante l’emmène au château. Ayant pris le Bisclavaret en affection, le monarque ordonne aux gens de sa cour, sous peine d’être privés de ses bonnes graces, non-seulement de ne point battre ou toucher à son loup, mais encore d’en avoir le plus grand soin. Pendant le jour, le Bisclavaret restoit près des chevaliers, et passoit les nuits dans la chambre du roi. Tout le monde l’aimoit parce qu’il ne faisoit de mal à personne, et que par-tout où il suivoit le roi, jamais on n’avoit eu à s’en plaindre, mais au contraire à s’en louer.

Or écoutez ce qui arriva plus tard à une cour plénière tenue par le roi, et à laquelle pour la rendre plus belle, il avoit invité tous ses barons et ses vassaux. Le chevalier époux de la femme du Bisclavaret s’y rendit avec sa dame, qui ne savoit pas se rencontrer avec son premier mari. Dès que le Bisclavaret aperçoit le chevalier qui entroit au palais, il court à sa rencontre, s’élance, le saisit, le mord et lui fait une large blessure. Le traître eût sans doute perdu la vie si le roi n’eût rappellé le Bisclavaret, et ne l’eût menacé d’une baguette. Deux autres fois il voulut encore se jeter sur son ennemi ; chacun fut étonné de la colère de cet animal qui, jusques-là, avoit été d’une douceur extrême. Dans tout le palais, il n’étoit d’autre bruit que le Bisclavaret ne l’avoit sans doute pas fait sans raison et sans doute aussi qu’il avoit à venger un méfait. Pendant la durée de la fête, il fut toujours le même. Lorsqu’elle fut achevée, les barons prirent congé pour retourner chez eux. Le chevalier que le Bisclavaret avoit assailli avec tant de raison, fut un des premiers qui s’en alla.

Il arriva peu de temps après que le roi voulut aller chasser dans la forêt où le Bisclavaret avoit été trouvé. Il suivit le prince qui séjourna dans la contrée où demeuroit son infidèle épouse ; instruite du passage du monarque, la dame s’apprête richement et demande audience pour lui faire un présent. Le prince l’octroie, et comme elle entroit dans la chambre, le Bisclavaret l’aperçoit, sans que personne puisse l’arrêter, il court sur elle, lui saute à la figure, et pour assouvir sa vengeance, il lui arrache le nez. Les courtisans le menacent et il alloit être mis en pièces, lorsqu’un philosophe prenant la parole, dit au roi : Sire, daignez m’écouter : cet animal vous accompagne sans cesse, il n’est aucun de nous qui ne le connoisse parfaitement, et qui plusieurs fois n’ait été placé près de lui ; jamais il n’a fait de mal à personne, si ce n’est à cette dame qui vous a été présentée. Par la foi que je vous dois, il faut absolument qu’il ait à se plaindre tant de cette femme que de son mari. Elle avoit d’abord épousé ce chevalier dont vous estimiez tant les vertus et le courage, et dont on n’a point de nouvelles depuis long-temps. On ne sait pas ce qu’il est devenu. Faites renfermer cette dame, sire, ordonnez qu’elle soit mise à la gêne ; par ce moyen vous lui ferez dire pourquoi cette bête la hait. Car vous savez que nous avons vu mainte aventure extraordinaire qui ont eu lieu dans la Bretagne.

Le roi suivit le conseil qui venoit de lui être donné, il fit arrêter le chevalier et sa femme qui furent conduits en prison. Bientôt la dame effrayée des mesures qu’on prenoit avoua comment elle avoit trahi son premier époux, en indiquant l’endroit où il cachoit ses vêtements. Elle ne savoit ce qu’il étoit devenu depuis cette époque, puisqu’il n’étoit point retourné chez lui. Au surplus la dame pensoit et croyoit que le Bisclavaret pouvoit être son premier mari. Le roi ordonna sur le champ d’apporter les habits, que cela lui fut agréable ou non. Sitôt qu’ils sont arrivés, on les étala devant le Bisclavaret, qui sembla d’abord n’y pas faire grande attention, parce qu’il y avoit trop de monde devant lui. Le philosophe fit appeler le roi pour lui donner un nouveau conseil. Sire, permettez-moi de vous dire que votre loup ne veut pas mettre ses vêtements en public, puisqu’il doit redevenir homme. Il craint et a peur d’être aperçu dans sa métamorphose. Faites-le conduire dans vos appartements avec ses dépouilles, nous le laisserons reposer à son aise, puis on verra bien s’il devient homme. Le roi conduisit lui-même le Bisclavaret, et revint en fermant toutes les portes sur lui. Au bout de quelque temps d’attente, le prince, suivi de deux barons, entra dans la chambre, où il aperçut le chevalier qui dormoit dans son lit. Aussitôt le roi courut l’embrasser, puis le serra dans ses bras. Dès qu’ils eurent causé, il lui rendit sa terre et lui fit des dons magnifiques. La dame infidèle fut chassée du pays ainsi que son époux, pour une trahison aussi noire. Ils eurent parsuite plusieurs enfants qui étoient fort aisés à reconnoître. Toutes les filles vinrent au monde sans nez. Ceci est de la plus exacte vérité, c’est pourquoi elles furent surnommées énasées.

N’en doutez pas, l’aventure que vous venez d’entendre est très-vraie. Les Bretons qui en conserveront toujours le souvenir, en ont fait le Lai du Bisclavaret.

  1. Garwal est une corruption du Wer-Wolf des Teutons ou Were-wolf des Anglois, le même que le λυχανθρωπος des Grecs, homme-loup, loup-garou, homme qui a le pouvoir de se transformer en loup. Il ne paroît pas que ce mot de Garwal se soit conservé en Normandie jusqu’à nos jours. Bisclavaret que Ritson (Loc. eit., tom. III, p. 331) prétend être la corruption et même l’altération faite à dessein de Bleiz-Garv, loup-méchant, ne se trouve pas davantage chez les Bretons qui disent encore Den-bleis (homme-loup), ce qui est absolument la même chose que Were-Wolf ou Garwal. Ces deux mots se trouvent encore dans le françois loup-garou, c’est-à-dire, mot-à-mot, homme-loup. On devroit dire Garou tout court. Voy. Rostrenen au mot garou, et le Pelletier au mot garw.