25%.png

Poésies de Marie de France (Roquefort)/Lai d’Ywenec

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Poésies de Marie de France, Texte établi par publié par B. de RoquefortChasseriautome 1 (p. 272-312).

LAI D’YWENEC.


----


Puisque du Lai ai coumencié,
Jà n’iert par nul travail laissié ;
Les aventures que jeo sai
Tut prime vus les cunterai.
En pensé ai et en talant
Que d’Ywenec vus cunte avant ;
Dunt il fu nez, è de sun père,
Cum il vint primes à sa mère.
Icil qui gendra Ywenec
Il ot à nun Eudemarec.10
En Bretaigne aveit jadis
Uns riches Huns vielz et ancis ;
De Caerwent fu avoez,
E du païs Sire clamez.
La cité si est sor Duglas,
Jadis i ot deul è trespas ;
Mut fu trespassez en aage.
Pur ce k’il ot bon héritage,
Fame prist pur enfans aveir
Qui après lui fussent si heir :
De haute gent fu la Pucele
Sage et curteise et forment bele,

Ki à riche humme fu dounée
Pur sa biauté fu mult amée.
Purqu’en fereie autre parole,
Ne n’ot sun per desc’ à Incole ; [1]
Ne très-que Yllande de là, [2]
Grant péchié fist qui li duna,
Purce qu’ele ert et bele et gente ;
En li garder turna s’entente,30
Dedens sa tur l’a enserrée,
En une grant chambre pavée.
Il ot une soë serur ;
Viele ert è vueve sanz seignur :
Ensemble od la Dame l’a mise,
Pur lui tenir plus en justise ;
Autres fames i ot ce croi,
En une autre chambre par soi.
Mès jà la Dame ne parlast,
Se sa Vieille nel’ commandast ;40
Einsi la tint plus de set ans,
Unques entre eulz n’orent enfanz ;
Ne fors de celle tur n’issi,
Ne pur parent ne pur ami.
Quant el vuleit aler cuchier,
Ni ot Chamberlenc ne uissier,

Ki en la chambre osast entrer,
Ne devant lui cierge alumer.
Mut ert la Dame en grant tristurs,
A lermes, à suspirs, à plurs :50
Sa biauté pert en tel mesure,
Ce est ele qui n’en prent cure,
De soi méismes melz vousist,
Que au jurs hastiue la preist :
Ce fu el mois d’avril entrant,
Quant cil oisel lievent lur chant ;
Li Sires fu matin levez,
D’aler en bois s’est aprestez :
La Vieille a fait lever sus,
Et après lui fermer les us.60
Cele a sun coumandement fet,
En une autre chambre s’en vet ;
En sa main porteit un sautier,
Où ele voleit verseillier.
La Dame plore en esveil,
Choisi la clarté du souleil :
De la Vielle est apercéue,
Qui de la chambre esteit issue ;
Mult se plaigneit è suspireit.
Et en plurant se démenteit.70
Lasse, fet-ele, mar fui née,
Mout est dure ma destinée,
En ceste tor suis en prisun,
Jà n’en istrai se morte nun.

Cist vielz jalous de quoi se tient,
Ki en si grant prisun me tient ?
Mut par est fols et esbahiz,
Il crient estre tus-jurs trahiz.
Ge ne puis au mustier venir,
Ne le Servise-Dieu oïr ;80
Se je poisse à gent parler,
Et en déduit o lui aler,
Ge li moustrasse biau semblant,
Jà ne n’éusse-jeo talent !
Malooit seient mi parent,
E li autre communement,
Qui à cest jalus me donèrent,
E de sun cors me marièrent.
A forte corde trait è tir,
Il ne porra jamès morir ?90
Quant il dut estre baptisiez,
Si fu el flun d’Enfer plungiez.
Durs sont li nerf, dures les vaines,
Qui de vif sanc sunt tutes plaines ;
Mut ai oï suvent cunter,
Que um souleit jadis truver,
D’avantures en cest païs,
Qui esrachoient les pensis.
Chevaliers truvoient Puceles
A lor talent, gentes è beles :100
E Dames truvoient des Amans,

Biax è curteis, preux è vaillans,
Si que blasmées n’en estoient,
Nés nus fors elles nes’ veoient,
Se ce puet estre ne ce fu,
Onques a nul est avenu ;
Diex ki de tout a poosté,
Il en face ma volenté.
Quant Elle ot fait sa plainte issi,
L’umbre d’un grant Oisel choisi,110
Parmi une estreite fenestre,
Ele ne set que ce puet estre :
En la chambre volant entra,
Giez ot espiez, Ostoir sembla,[3]
Deci ne mues fu où désis,
Il s’est devant la Dame assis :
Quant il i ot un poi esté,
Et ele l’ot bien esgardé,
Chevaliers biaus è gens devient ;
La Dame à merveille le tient,120
Li sans li remut è frémi,
Grant poor eut, son chief covri.
Mut fu curteis li Chevaliers,
Il l’a arésouna premiers :
Dame, fet-il, n’aiez poor,
Gentilz oisel a en Ostor :

Se li segré vus sunt oscur
Gardez que séiez asséur.
Si faites de moi vostre ami,
Pur ce su-geo venus ici ?130
Jeo vus ai longement amée,
E en mun cuer mult désirée !
Unques fors vus fame n’amai,
Ne jamès autre ne ferai.
Mès ne pooie à vus venir,
Ne fors de mun païs issir,
Se vus ne m’éussiez requis,
Or puis bien estre vostre amis.
La Dame se raséura,
Sun chief descuvri, si parla :140
Le Chevalier a respundu
E dit qu’elle en fera son Dru,
S’en Dieu créust et ainsi fust.
Que lor amor estre péust :
Car mut par a de grant biauté ;
Unques un jour en sun aé,
Si beau Chevalier n’esgarda,
Ne si bel jamès ne verra.
Dame, fet-il, vus dites bien
Ne voudreie pur nule rien,150
Que de moi i ait acheson,
Mescréance, ne souspeçon :
Ge croi très bien le Criatour,
Qui vus geta de la tristour,

Où Adans nus mist nostre père,
Par le mors de la pome amère ;
Il est, et fu et ert tuz-jors
Vie et lumière as péchéors.
Se vus de ce ne me créez,
Vostre Chapelain demandez :160
Dites que mals vus asoupisse,
Si volez aveir le Servise,
Que Diex a el munt establi,
Dont li péchéor sunt gari :
La semblance de vus prendrai,
Le corps Dame-Dieu recevrai.
Ma créance vus dirai tute,
Ja ne serez de ce en dute.
Elle respunt que bien a dit,
Delez li s’est couchiez el lit,170
Mès il ne voust à lui touchier,
Ne d’acoler ne de bésier.
A-tant la Vielle est reperiée,
La Dame truva esveilliée,
Dist li que tans est de lever,
Ses dras li voleit aporter :
La Dame dist qu’elle est malade,
Du Chapelain se praigne garde,
Car grant poor a de mourir.
........................ [4]180

La Vielle dist : or soufferrez
Mes Sires est el bois alez,
Nus ne vendra çaiens fors moi ;
Mult est la Dame en grand effroi.
Semblant fist qu’ele se pasma,
Cele la vit, mut s’esmaïa,
L’uis de la chambre a deffermé,
Si a le Prestre demandé ;
E cil i vint plus tost qu’il pot,
CORPUS DOMINI aportot.190
Li Chevaliers l’a récéu
Le vin du calice a béu :
Li Chapelain s’en est alez,
E la Vielle a les huis fermez.
La Dame gist lez sun ami,
Ains mes si biau couple ne vi ;
Quant unt assez ris è joé,
E de leur priveté cunté,
Li Chevaliers cungié a pris,
R’aler s’en vet en sun païs.200
Elle le prie ducement
Que il la revoie suvent.
Dame, fet-il, quant vus plera
Jà heure ne trespassera ;
Mès tel mesure en esgardez,
Que nul de nus seit encumbrez :
Ceste Vielle nus traïra,
E nuit è jur nus guetera ;

Elle apercevra notre amur,
Sel’ cuntera à sun Seignur.210
Si nus avient cum jeo vus di,
E nus soumes issi traï,
Ne m’en puis mie départir,
Que moi n’en estuet ce morir.
Li Chevalier à-tant s’en vet
En grant joïr sa Dame let ;
El demain liève tute saine,
Mut fu hétiée la semaine :
Sun cors teneit en grant chierté,
Tute recuvre sa biauté.220
Or li plest plus à séjurner,
Qu’en nul autre déduit aler ;
Sun ami puet suvent véoir,
E sa joie puet de lui avoir
Dès que ses Sires s’en despart,
E nuit et jor et tost et tart,
Elle l’a tut à sun plésir,
Or l’en doinst Diex longues joïr.
Pur la grant joïe où elle fu.
Que suvent puet voir son Dru,230
Estoit tuz ses semblant changiez ;
Ses Sires fu mut vesiez,
En son curage, s’aperceit,
C’autrement ert qu’il ne soleit.
Mescréance a vers sa serur,
Si l’a mist à resun un jur :

Dist li que mult a grant merveille,
Que sa Dame si s’apareille ;
Demanda lui que ce devot,
Sa Vielle dist qu’el’ ne savot,240
Car nus ne puet parler à li.
N’ele ne voit dru ne ami,
Fors tant que sole remaneit,
Plus volentiers qu’el ne soleit,
De ce s’estoit apercéue.
Dont l’a li Sires respondue :
Par foi, fet-il, ce croi-geo bien,
Or nus estuet fère une rien.
Au matin quant g’ière levez,
E vus aurez les us fermez,250
Fêtes semblant dehors issir,
Si la lessiez sule gésir ;
En un secré leu vus estez,
E si voiez et esgardez,
Ce que puet estre et dunt ce vient,
Qui en si grant joïe la tient.
De ce cunseil sunt départi
Alas ! cum ièrent mal-bailli
De ce que hum les vet guetier,
Pur eulz traïr et engrégier.260
Tiers jurs après ice cunter,
Fet li Sires semblant d’esrer :
A sa fame a dist è cunté,
Que li Rois l’a par brief mandé,

Mès hastivement revendra :
De la chambre ist, l’uis referma,
Dunt esteit la Vielle levée
Derrier la curtine est alée,
Bien purra oïr è véoir.
Ce qu’elle covoite savoir.270
La Dame jut, pas ne dormi
Car mut desirre sun ami :
Venus i est, pas ne demure
Ne trespasse terme ne hure ;
Ensemble funt joïe mult grant,
E par parole et par semblant,
Desi que tans fu de lever,
Ça dunt l’en estovoit aler.
Ele le vit et esgarda,
Coument il vint è il ala,280
Mès de ce ot ele poor,
Comme meuit è puis ostor.
Quant li Sires fu repairiez,
Qui n’esteit guères esloigniez,
La Vielle li a tut mustré,
Du Chevalier la vérité.
Mut en est dolens è pensis,
E mut de l’enging fu hastis,
A ocirre le Chevalier ;
Quatre broches ad fait forgier,290
D’acier mut agües devant,
Soz ciel n’ot rasoir plus tranchant ;

Quant il les ot appareilliées,
Et ès chiés devant estochier,
Sor la fenestre les ad mises,
Bien serrées è bien assises,
Par ù li Chevaliers passeit,
Quant à la Dame repereit.
Hé ! Diex, qu’il ne le set ou voit,
É la traïsun n’aperçoit.300

El demain à la matinée,
Li Sires liève à l’ajurnée,
E dit qu’il veut aler chacier ;
La Vielle le vet cunvoier.
Puis se recuche pur dormir,
Car ne pooit le jur choisir.
La Dame veille, si atent
Celui qu’elle aime loyaument.
Et dit c’or porroit bien venir
Et estre od lui tut à lésir.310
Si tost cum el l’ot demandé
N’i a puis guères demuré ;
En la fenestre vint volant,
Mès les broches furent devant.
L’une le fiert parmi le cors,
Li sans vermalz en sailli fors ;
Quant il se seust à mort navrez,
Desore sor euls est entrez,
Devant la Dame el lit descent,

Que tut li drap en sunt sanglent ;320
El voit le sanc è la plaïe
Mut angoissement s’esmaïe.
Il li a dit : Ma duce amie,
Pur vus pert-jeo ainsi la vie :
Bien le vus dit qu’il avendreit,
Vostre semblans vus occireit,
Quant ele l’oï, si chiet pasmée, [5]
Tute fu morte une liuée ;
Il la cunforte ducement,
E dit que deulz ni vaut néent330
Que de li est grosse d’enfant.
Un filz aura preus è vaillant,
Icil la recunfortera,
Iwenec noumer le fera :
Cil vengera et el et li,
Il ocira son anemi ;
Il n’i poït demurer mès,
Car la plaïe sainnoit adès :
A grant dolur s’en est partis,
Ele le seust à mult haus cris,340
Par une fenestre s’en ist,
Cest à merveil qu’el ne s’ocist,
Car bien avoit vint piez de haut,
D’Ilec ù el a pris son saut.
Ele estoit nue en sa chemise ;
En la trace du sanc s’est mise,
Qui du Chevalier dégutot,

Sur le chemin ù il alot.
Icel sentier erra et tint,
Desi k’à une hoge vint ;350
En cele hoge ot une entrée, [6]
De ce sanc fut tute arosée,
Ne pot avant nient véoir,
Dunt cuidoit-elle bien savoir,
Que ses amis entrez i seit ;
Dedens se met à grant espleit,
El n’i truva nule clarté ;
Tant a le dreit chemin erré,
Que fors de la hoge est issue,
Et en un mult biau pré venue :360
Du sanc truva l’herbe moilliée,
Dunt s’est-ele mult esmaiée,
La trace en fu parmi le pré,
Assez près vit une cité ;
De murs fu close tut entur,
Ni ot méson, sale, ne tur,
Qui n’aparut tute d’argent
Mut sunt riches les Mandevent. [7]
Devers le Burc sont li mareis,
E la forest è li destreis ;370
De l’autre part vers le donjun,
Cort une eve tut envirun.
Iluec arrivoient les nés
Plus i aveit de trois cens trés,
La porte à-val fu deffermée,

La Dame est en la ville entrée.
Tuz-jurs après le sanc nuvel,
Parmi le Burc dusc’ au Chastel,
Unques nulz à lui ne parla,
N’ome, ne fame, ni trova.380
El palès vint, l’épuiement [8]
De sanc le truva tut sanglant :
En une basse chambre entra,
Un Chevalier dormant truva ;
Nel’ conut pas, si va avant
En une altre chambre plus grant ;
Un lit i truve, nient plus,
Où uns Chevaliers gisoit sus ;
Elle s’en est outre passée
En la tierce chambre est entrée,390
Le lit sun Ami a truvé.
Li pécol sunt d’or esméré ;
Ne sai mie les dras prisier,
Les cierges è li chandelier,
Qui nuit è jur sunt alumé ;
Valent tut l’or d’une cité.
Si tost cum ele est là venue,
Li Chevaliers l’a conéue,
Avant ala tute effrée, [9]
E deseur lui chaï pasmée.400
Cil la reçoit qui forment l’aime,
Maleuérox suvent se claime ;
Quant del’ pasmer fu trespassée

Il l’a ducement cunfortée.
Bele amie, pur Diu vus pri,
Alez vus-ent, tolez de-ci,
S’enprès murrai enmi le jur,
Çaiens aura si grant dolur
Se vus i estiez truvée,
Tutes en seriez turmentée.410
Bien ert entre ma gent séu
K’il m’unt par vostre amur perdu,
Pur vus sui dolant è pensis.
La Dame li a dit, Amis,
Je veuil ensenble od vus murir,
Sus mun Segnur paine suffrir,
S’à lui revois il m’ocira ;
Le Cevalier l’a rasseura,
Un anel d’or li a baillié ;
Si li a dit et ensengnié,420
Jà tant com el le gardera,
A sun segnor ne membrera.
Se rien nule que faire doit
Ne ne le tenra en destroit ;
S’espée li coumande et rent,
Après le conjuire et deffent,
Que jamais hum n’en soit saisis,
Mais bien le gart aveuc sen Fis.
Quant il sera créus è grans
E Chevaliers preus è vaillans,430
A une feste ù Ele ira

E sun Segnor od lui menra.
En une abéie venrunt
Pur une tumbe quil verrunt ; [10]
Orunt nuveles de la mort,
E cum il i fu mis à cort.
Ileuc li baillerez l’espée,
L’Aventure li seit cuntée
Cum il fu nés, qui l’engendra,
Assez verrunt qu’il en fera.440
Quant tut li ot dit è mustré,
Un cier bliaut li a duné ;
Si li cumanda à vestir,
Puis l’ad faite de lui partir ;
Ele s’en va, l’anel enpourte,
E l’espée qui la confourte.
A l’isséue de la cité
Si n’eut pas demie liue alé,
Quant ele oï les sains soner,
E le doel el castel lever,
Pur lur Segnur qui dévioit ;
Cele set bien que mors estoit.
De la dolur que ele en a
Quatre foués si se pasma ;
E quant de pasmeisun revint,
Vers la hoge sa voïe tint :
Dedens entra, oltre est passée,
Si s’en reva en sa cuntrée ;
Ele revint dedens sa tor [11]

E puis jà demoure maint jor,460
Ainc de cel fait ne l’arêta,
Ne ne destrut, ne ne gueta.
Ses Fix fu nés è bien nurris
E bien gardés è bien servis :
Iwenec le feisoient numer,
Ens el Regne n’avoit sun per, [12]
Si bel, si prou, ne si vaillant,
Si large, ne si despendant.
Quant il fu venus en aé,
A Chevalier l’unt adoubé,470
En l’an méïsme que çou fu
Oiiez cum lur est avenu.
A la feste saint Aaron [13]
K’um célébroit à Carlion,
E en plusurs autres cités,
Li Sires avoit esté mandés,
Qu’il i ala od ses amis,
A la custume du païs.
Sa femme è sun fil i menast
E ricement s’aparellast.480
Ensi i vint, alé i sunt,
Mais il ne sevent ù il vunt.
Ensamble od eus ot un Mescin

Ques’ a menés le dreit cemin,
Tant qu’il vindrent à un castel,
En tut le siècle n’ot si bel :
Une abéïe aveit dedens
De mult religieuses gens ;
Li Vallés les i herbega,
Ki à la feste les mena.490
En la chambre que fu l’Abé,
Sunt bien servi et abévré ;
El demain vunt la messe oïr,
Puis s’en voleient départir.
Li Abés va vers aus parler,
Mut les prie demourer ;
Si lur musterra sun dortoir,
Sun capitle et sun refroitoir,
E cum il fut bien herbégié,
Li Sires li a otroié.500
Si tot quant il eurent disné
As offécines sunt alé,
El capitre en entrent avant :
Une tumbe i truvèrent grant,
Cuverte d’un cuer paile roé,
D’un rice orfroi parmi bandé,
Au cief, as piés è as costés
Aveit vint cierges alumés :
D’or fin èrent li candelier,510
D’émétiste li encensier,
Dunt il encensèrent le jur,

Icele tumbe à grant honur.
Cil unt demandé et enquis,
A ceus qui èrent du païs,
De le tombe cui ele esteit,
E quel hum fu qui i gisseit.
Cil coumencièrent à plurer,
Et en plurant à racunter,
Que c’ert li mieudres Chevaliés,
Li plus fors è li plus proisiés,520
Li plus biax è li plus amés,
Ki jamès soit è n’ière nés ;
De cel tere ot esté Reis,
Unques ne fu nus si curteis.
A Caerwent fu entrepris
Pur l’amur d’une Dame ocis ;
Unques puis n’éust mès signur,
Ains avuns atendu maint jur,
Un filz qu’en la Dame engenra,
Si cum il dist è cummanda.530
Quant la Dame oït la nuvele,
A haute vois sun fil apele :
Biax Fils, fait-ele, avez oï
Que Dix nus ad amenés ci ;
C’est vostre Père qui ci gist,
Que cil Viellars à tort ocist.
A-tant li baille et tent l’espée
Que elle aveit lunc-tans gardée ;
E quant il ot çou counéu

E dit de veir que ses Fius fu,
E cum cil vint parler à li, [14]
E cum li Jalox le traï,
E eut l’aventure cuntée, [15]
Sur la tumbe çhaï pasmée.
Voiant eus trestous dévia, [16]
Unques puis un mot ne parla.
Quant voit ses Fix que morte fu
Au Viellart a le cief tolu ;
A l’eur venga la mort sun père, [17]
A un seul cop è de sa mère ;550
Luès que ce fu avenu,
E par la cité fu conu,
A honur la Dame unt porté,
El sarcu posée et mussé,
Délés le cors de sun ami ;
Dix lor face bone merci.
Lur Segnur unt fait d’Iwenec,
Ainz que il départist d’illec : [18]
Cist qui cest aventure oïrent,
Lunc-tens après un Lai en firent.560
De la plainte et de la doulur
Que cist suffrirent pur amur.562


LAI D’YWENEC[19].


----


Puisque j’ai commencé des Lais, je veux achever mon travail. Les aventures que je sais, je vous les conterai tout d’abord. Mon projet est avant tout de vous faire connoître le Lai d’Ywenec, fils du chevalier Eudemarec, les amours de son père et de sa mère, et sa naissance.

Il y avoit jadis en Bretagne un vieil homme fort riche, lequel étoit seigneur de Caerwent[20]. Cette ville, célèbre par les événements malheureux qui s’y sont passés, est bâtie sur les bords de la rivière de Duglas[21]. Notre vieux et riche personnage se maria dans le dessein d’avoir des enfants, auxquels ils transmettroit son immense héritage. La nouvelle épouse issue d’une grande famille, étoit aimable, sage et très-belle. Enfin elle avoit tant de bonnes qualités qu’on n’auroit pu trouver sa pareille depuis son pays jusqu’à Lincoln, et même en Irlande. Les parents commirent une grande faute en sacrifiant ainsi leur fille. Notre vieil homme qui étoit fort jaloux, mit tous ses soins à garder sa jeune femme ; pour cela il l’enferma dans une tour, et lui donna pour la surveiller davantage, moins que pour lui tenir compagnie, une vieille sœur qui étoit veuve depuis long-temps. Il y avoit bien d’autres femmes pour faire le service, mais elles se tenoient dans une autre chambre. La pauvre petite dame ne pouvoit ouvrir la bouche et dire un mot sans le consentement de son antique gardienne. Plus de sept ans s’écoulèrent sans que le mari eût des enfants, sans que la dame sortît de la tour, et sans voir ses parents ou ses amis. Lorsqu’elle alloit se coucher, aucun chambellan ou domestique n’entroit dans sa chambre pour allumer les flambeaux. La pauvre femme devient si triste de sa position qu’elle passe des journées entières dans les soupirs et dans les larmes. Ne prenant aucun soin de sa personne, elle perd presque toute sa beauté et maudit ses attraits qui ont causé son malheur.

Au commencement d’avril, saison où les oiseaux font entendre leurs doux chants, le seigneur s’apprêta de grand matin pour aller à la chasse. Avant de partir il ordonne à la vieille de se lever pour fermer les portes sur lui. Après avoir obéi, la vieille prend son livre de prières et se met à lire. La dame se réveille, et déjà des pleurs inondent son visage ; elle est aperçue de la vieille qui n’y fait pas attention. Elle se plaignoit et soupiroit. Dieu ! que je suis malheureuse d’être au monde ! Ma destinée est de vivre dans cette prison, d’où je ne sortirai qu’après ma mort. Je ne sais ce que peut avoir ce vieux jaloux pour me retenir en esclavage ; quelle folie et quelle sottise de toujours craindre d’être trahi ! Je ne puis aller à l’église ni entendre les offices. Si je pouvois du moins causer avec quelqu’un et me promener, j’oublierois les torts de mon époux dans les moments mêmes où j’en aurois le moins d’envie. Maudits soient mes parents et tous ceux qui m’ont fait contracter une pareille alliance ! Le mien est si vigoureusement constitué que je ne puis espérer sa mort. Sans doute qu’à son baptême il fut plongé dans le fleuve d’enfer[22] ; car ses veines pleines de sang, la force de ses muscles, appartiennent à un homme robuste.

J’ai souvent entendu raconter que dans les temps anciens, il arrivoit souvent aux affligés d’avoir des aventures qui mettoient un terme à leurs chagrins. Les chevaliers trouvoient des maîtresses charmantes, et les dames n’étoient jamais blâmées pour faire choix d’un amant jeune, beau, vaillant et libéral. D’ailleurs personne, à l’exception d’elles, ne voyoit leurs amants. Je m’abuse peut-être, et peut-être aussi ne vit-on jamais aventure pareille. Ah ! Dieu qui a tout pouvoir puissie-t-il combler mon desir !

Après avoir donné un libre cours à ses plaintes, la dame aperçoit près de sa fenêtre l’ombre d’un grand oiseau de proie, et ne peut deviner ce que ce peut être. Il entre dans la chambre en volant, et vient se placer auprès d’elle. Après s’être arrêté un instant, et pendant que la dame l’examinoit, l’oiseau prend la forme d’un jeune et beau chevalier. La dame surprise change de couleur, et se couvre le visage pour la grande frayeur qu’elle ressent. Le chevalier, qui étoit fort courtois, lui parla en ces termes : Madame, daignez vous calmer ; j’ai pris la forme d’un autour, qui est un oiseau bien élevé ; mon discours, peut vous paroître peu clair, mais attendez, et vous serez instruite des motifs de ma démarche. Je suis venu en ces lieux pour solliciter la faveur d’être votre ami ; depuis long-temps je vous aime et mon cœur vous desire. Je n’ai jamais aimé et n’aimerai jamais d’autre femme que vous ; et je vous l’avouerai, je ne serois point venu en ces lieux, je ne serois pas même sorti de mon pays, si vous ne m’aviez, vous même, fait le plaisir de me demander pour être votre amant. La dame qui avoit repris courage découvrit sa figure, et répondit au chevalier. Seigneur, je consens à vous accepter pour être mon ami ; mais au préalable je veux être certaine que vous croyez en Dieu. Le chevalier avoit tout ce qu’il falloit pour captiver une femme ; il étoit dans la fleur de l’âge, beau et bien fait. Dame, vous avez parfaitement raison, je ne voudrois pour nulle chose au monde que vous ayez quelque soupçon sur ma foi. Je crois fermement au créateur qui mourut pour nous racheter du péché de notre père Adam, causé par le manger d’une pomme bien amère. Il a été, il est, il sera éternellement la vie et le refuge des pécheurs. Au surplus, si vous conceviez quelque doute, mandez votre chapelain ; dites-lui que très-malade, vous desirez entendre le service établi par Dieu lui-même, pour effacer les fautes des humains. Je prendrai votre figure et vos traits pour recevoir le corps du Seigneur, je réciterai mes prières, et j’ose espérer que vous serez entièrement convaincue de mes sentiments religieux[23]. J’y consens, reprit la dame. En attendant le chevalier lui propose de se coucher sur le même lit. On cause, mais il se garde bien d’embrasser sa belle ou de faire ce que sa position semble pouvoir autoriser.

Revenue dans la chambre, la vieille trouve la dame réveillée, et lui fait observer qu’il est temps de se lever ; elle lui propose même de lui apporter ses vêtements. La dame répond qu’elle est fortement indisposée, et que, bien loin de songer à s’habiller, par les douleurs qu’elle éprouve, elle a plutôt besoin des secours du chapelain. Souffrez en paix, madame, lui dit la vieille, votre mari étant allé à la chasse, personne, excepté moi, n’entrera céans. Je laisse à penser quel fut le désespoir de la dame. Pour en venir à ses desirs, elle feint de se trouver mal. La vieille effrayée de ce qu’elle voit, ouvre la porte, et court aussitôt chercher le prêtre. Celui-ci fait diligence, part, arrive et apporte avec lui l’eucharistie qui lui avoit été demandée. Le chevalier qui avoit pris la semblance de la dame, reçoit le pain et le vin du calice ; le chapelain sort, et la vieille court fermer les portes après lui.

La dame se repose près du chevalier, et jamais vous n’avez vu un aussi beau couple. Après avoir assez ri, assez joué, et après qu’ils furent convenus de tous leurs faits, le chevalier prit congé pour retourner dans son pays. La dame le prie avec tendresse de revenir souvent. Belle amie, je vous verrai toutes les fois que vous le desirerez, à toutes les heures du jour si cela peut vous plaire. Mais je vous en conjure, prenez garde à ne commettre aucune indiscrétion qui puisse faire connoître notre intelligence. Méfiez-vous particulièrement de cette vieille, laquelle vous guettant nuit et jour finira par nous surprendre. Apercevant notre amour, elle en fera part à votre époux, et si jamais le malheur arrive que nous soyons découverts, je suis forcé de vous avouer que je ne puis m’en défendre et qu’il me faudra mourir.

En partant le chevalier laisse son amie dans la plus grande joie ; le lendemain elle se lève avec plaisir, et pendant toute la semaine, elle fut d’une gaieté charmante. Pour plaire à son amant, elle soigne davantage sali toilette. Son esprit plus tranquille lui laisse reprendre ses attraits, et bientôt elle a recouvré toute sa beauté. La tour qu’elle habitoit et qui, naguère lui déplaisoit tant, devient pour elle un séjour agréable ; elle le préfère à tout autre, puisqu’elle peut voir son amant aussi souvent qu’elle le desire. Sitôt que son mari est absent, le jour, la nuit elle peut converser avec le chevalier aussi long-temps qu’elle le desire. Que Dieu prolonge le temps heureux où elle peut jouir du bonheur d’être aimée !

Le vieux mari remarqua, non sans surprise, le grand changement qui s’étoit opéré dans le caractère et dans la conduite de sa femme. Il soupçonna que ses ordres étoient mal exécutés par sa sœur, c’est pourquoi la prenant un jour à part, il lui demanda la raison pourquoi sa moitié qui naguère étoit si triste, apportoit maintenant le plus grand soin à se bien vêtir. La vieille lui répondit qu’elle l’ignoroit absolument. Il est impossible de pouvoir parler à votre femme, elle ne peut avoir ni amant, ni ami ; j’ai cependant observé comme vous qu’elle aime mieux sa solitude que par le passé. Je vous crois parfaitement, ma sœur, mais il faut agir de ruse pour éclaircir le mystère. Écoutez, le matin lorsque je serai levé et que vous aurez fermé les portes sur moi, vous ferez semblant de sortir et de laisser ma femme toute seule dans son lit. Cachez-vous dans quelque coin d’où vous puissiez tout voir, tout entendre, et faites en sorte de découvrir le motif de son contentement. Ils s’arrêtent à ce conseil. Hélas ! quel malheur pour ces amants dont on conjure la perte !

Trois jours après cette détermination, le mari prétexte un voyage ; il prévient sa femme que le roi, par une lettre, l’a mandé à sa cour, mais qu’il reviendra bientôt. Il sort de la chambre en fermant la porte après lui. La vieille se lève et va se cacher derrière un lit d’où elle pourra s’instruire de tout ce qu’elle desire savoir. La dame étoit couchée, mais elle ne dormoit pas. Se croyant seule, elle desire la présence de son amant. Il arrive bientôt pour passer quelques instants avec elle, ils se réjouissent ensemble, et dès qu’il est heure de se lever, le chevalier s’en va. La vieille remarqua la manière dont l’amant entroit et s’introduisoit auprès de sa belle, et comment il la quittoit. Elle ne pouvoit cependant se rendre compte de cette métamorphose d’oiseau en homme et d’homme en oiseau. Dès que le mari, qui ne s’étoit guère écarté, fut de retour, la vieille lui raconta tout ce dont elle avoit été témoin. Dans sa colère il jure de se venger. Pour cela il fait sur-le-champ construire un piége qui doit donner la mort au chevalier. Ce piége consistoit en quatre broches d’acier fort pointues qui se replioient l’une sur l’autre en se fermant, et qui étoient plus tranchantes que le meilleur rasoir. Sitôt que cet objet de vengeance fut achevé, le mari le fait poser sur le bord de la fenêtre par où entroit le chevalier quand il venoit visiter sa dame. Ah Dieu ! pourquoi faut-il qu’il ne soit pas instruit du sort affreux qu’on lui prépare !

Le mari se leva le lendemain matin avant le jour ; il dit qu’il part pour aller chasser. La vieille sort du lit pour l’accompagner, puis elle revient se coucher parce que l’aurore paroissoit à peine. La dame s’étoit réveillée et savoit qu’elle étoit seule. Pensant à son ami, elle veut le voir, lui parler, et son desir est aussitôt accompli. Il vient en volant contre la fenêtre, et sitôt qu’il s’appuie dessus, les broches se referment et le blessent dangereusement ; l’une lui entre dans le corps, et son sang coule de tous côtés. Lorsque le chevalier s’aperçoit qu’il est blessé à mort, il entre malgré le piége, et va contre le lit de la dame qu’il inonde de son sang. Elle considère les plaies de son ami, et ne peut revenir de sa surprise et de sa douleur. Tendre amie, c’est pour vous que je meurs. Je vous avois bien prévenue du sort qui m’étoit réservé. En écoutant, son ami, la dame perdit connoissance et fut long-temps évanouie. Lorsqu’elle fut revenue, le chevalier la console ; il la supplie de ne pas trop s’affliger, parce qu’elle est enceinte d’un fils qui fera sa consolation. Vous le nommerez Ywenec. Preux et vaillant, il sera le vengeur de ses parents, et tuera le détestable auteur de tous nos maux. Le sang qui ruisseloit de ses blessures ne permet pas au chevalier de pouvoir rester plus long-temps. Il fait ses adieux à son amante et part désolé. La dame le suit précipitamment en remplissant l’air de ses cris. Elle s’élance d’une croisée dans la campagne, tombe de plus de vingt pieds de haut, et par une espèce de miracle, elle ne se fait aucun mal. Sortant de son lit, la dame n’étoit vêtue que d’une simple chemise ; les marques de sang qui sortoient des blessures d’Eudemarec aident la dame à marcher sur ses traces. Elle entra dans une petite cabane où son amant avoit pris quelque repos. Cette cabane dont le plancher étoit arrosé de sang, n’avoit qu’une seule entrée. Elle le cherche dans l’obscurité et ne le trouvant pas, elle sort de la cabane, poursuit sa course, traverse une belle prairie dont, à son grand étonnement, l’herbe étoit couverte de sang, et laissoit néanmoins apercevoir la route qu’avoit suivie le chevalier. La dame arrive près d’une ville fermée de murs. Il n’y avoit aucune maison, aucune tour qui ne fût supérieurement construite, parce que les habitants étoient fort riches. Près de la ville se trouve le marais pour pêcher, la forêt pour la chasse et le port pour les vaisseaux. De l’autre côté, vers le donjon, étoit la rivière qui étoit fort rapide. C’est là qu’arrivoient les vaisseaux dont le nombre s’élevoit à plus de trois cents. La dame entra dans la ville par la porte d’en bas qui étoit ouverte, elle traverse la rue principale, et la trace de sang l’aide à trouver le château où elle ne rencontre personne. L’escalier étoit tout taché de sang. Elle traverse successivement deux pièces, l’une petite, l’autre plus grande ; elles étoient occupées chacune par un chevalier qui dormoit, mais à la troisième, elle trouve le lit de son amant. Les soutiens sont en or émaillé, et l’on ne pourroit estimer la valeur des couvertures, des chandeliers et des cierges qui brûlent nuit et jour, parce qu’ils valent tout l’argent d’un royaume. Sitôt qu’elle fut entrée la dame reconnoît son amant ; toute effrayée du spectacle qu’elle aperçoit elle perd l’usage des sens. Le chevalier qui l’aime tendrement lui prodigue des secours malgré la douleur qu’il éprouve de ses blessures. Sitôt qu’elle fut revenue, le chevalier cherche à la consoler, et lui dit : Belle amie, au nom de Dieu, je vous en conjure, sortez d’ici, car je mourrai vers le milieu de la journée. Le chagrin qu’éprouveront mes gens sera si grand que si vous étiez trouvée ici vous pourriez être insultée. Mes chevaliers n’ignorent pas qu’ils me perdent par suite de notre amour, et j’éprouve pour vous beaucoup d’inquiétude. Là dame lui répondit : je veux mourir avec vous, cher amant, puisqu’en retournant chez mon mari, je suis certaine qu’il me tuera. Rassurez-vous, belle dame, prenez cet anneau d’or ; tant que vous le garderez, votre mari ne pensera point à vous et ne vous fera plus souffrir. Le chevalier prend son épée, la donne à la dame en lui recommandant de ne la remettre à personne, et de la garder soigneusement pour leur fils lorsqu’il sera en état d’en faire usage, et qu’il aura été armé chevalier. Vous vous rendrez alors à une fête, accompagnée de votre mari. Vous serez reçus dans une abbaye où vous verrez un grand tombeau, et on vous parlera de la fin du chevalier qu’il renferme, vous remettrez alors mon épée à votre fils ; vous lui raconterez l’histoire de sa naissance, de nos malheurs, de ma mort, et l’on verra l’effet de sa vengeance.

Après avoir terminé ses instructions, Eudemarec donne à son amie un bliaut d’une étoffe précieuse, l’en fait revêtir, et la prie de le laisser seul. La dame désolée s’en va emportant avec elle l’anneau et l’épée qui doit un jour la venger. Elle n’étoit pas éloignée d’une demi-lieue de la ville, qu’elle entendit sonner les cloches et s’élever des cris perçants jetés par les gens du château, qui venoient de perdre leur seigneur. Par la douleur qu’elle éprouve en apprenant la mort de son ami, la dame tomba quatre fois pâmée ; et lorsque les sens lui furent revenus, elle se repose un moment dans la cabane qu’elle avoit visitée le matin ; continuant à marcher elle arriva au château de son époux, qui la laissa depuis parfaitement tranquille.

La dame accoucha d’un fils qu’elle nourrit et qu’elle nomma Ywenec. Dans le royaume on n’auroit pas trouvé son pareil en beauté, en prouesse, en courage et en générosité. Lorsqu’il eut atteint l’âge exigé, il reçut la chevalerie. Or, écoutez ce qui lui arriva dans la même année.

On célébroit à Carlion et en plusieurs autres villes la fête, de saint Aaron. Selon la coutume du pays, le mari, outre plusieurs de ses amis, s’y rendit avec une suite nombreuse, sa femme et le jeune Ywenec. Connoissant peu la route qu’ils devoient tenir, ils avoient avec eux un jeune homme qui dirigeoit leur marche, et qui les conduisit dans une ville superbe qu’ils ne connoissoient pas. On y distinguoit une riche abbaye où le jeune homme qui les guidoit les fit loger. La société fut reçue et traitée dans la chambre même de l’abbé. Les voyageurs préviennent qu’il partiront le lendemain à l’issue de la messe. L’abbé les conjure de vouloir lui accorder la journée. Il veut leur montrer les salles du chapitre, le réfectoire, les appartements ; et, en raison de ce qu’ils avoient été parfaitement reçus, les voyageurs consentent à prolonger leur séjour.

Après le dîner, les étrangers visitant la maison, et entrent dans la salle du chapitre. On y voyoit un grand tombeau couvert d’une tapisserie précieuse richement brodée en or en haut, en bas et sur les cotés. Le tombeau étoit entouré de vingt cierges allumés, que portoient des chandeliers également en or ; les encensoirs destinés au service du défunt étoient d’améthyste. Les voyageurs prièrent leur guide de vouloir bien leur apprendre le nom et l’histoire du personnage que renfermoit le tombeau. Les religieux répandent des larmes, et racontent en pleurant que c’est le corps du plus vaillant, du plus beau et du plus aimé des chevaliers nés et à naître. Celui-ci a été notre roi, et jamais on n’en vit un plus affable. Il fut tué par suite de ses amours avec une dame de Caerwent ; et depuis cette époque, la terre est sans seigneur. Nous attendons avec impatience l’arrivée d’un fils qu’il a eu avec sa maîtresse, lequel d’après ses dernières volontés doit lui succéder.

Lorsque la dame eut entendu ce discours, elle appelle Ywenec, et lui dit : Vous savez, beau fils, pourquoi Dieu nous a conduits ici ; voici le tombeau de votre père, et voilà son meurtrier. Elle lui remet en même temps l’épée d’Eudemarec quelle portoit toujours avec elle. Ywenec connut le secret de sa naissance, l’histoire des amours de ses parents, l’assassinat de son père. Après ce discours la dame tomba morte sur le tombeau de son amant. Ywenec voyant que sa mère n’existoit plus, vient contre le vieillard, prend sa bonne épée, et lui fait voler la tête de dessus les épaules. Il vengea en un seul coup les malheurs des auteurs de ses jours.

Sitôt que la nouvelle de cet événement fut répandue dans la ville, le corps de la dame fut placé et renfermé dans le cercueil de son amant. Dieu veuille les avoir en sa miséricorde.

Le peuple reconnut Ywenec pour son roi avant qu’il ne sortît de l’église.

Les personnes qui eurent connoissance de cette aventure en firent long-temps après un lai pour rappeler les chagrins et les douleurs que supportèrent deux tendres amants.

  1. C’est sans doute la ville de Lincoln.
  2. Ce vers dont il est difficile de comprendre le sens est ainsi écrit dans le manuscrit.
  3. Les Giez étoient les liens, les courroies, les attaches pour retenir les oiseaux de proie et pour leur bander les yeux.
  4. Il manque un vers dans le manuscrit.
  5. Dans le manuscrit le vers est ainsi écrit :

    Quant elle l’oy dont elle chiet pasmée

    Le texte est évidemment corrompu.

  6. Le manuscrit porte entrer, et à la rime aroser.
  7. Quel est ce peuple ? Je l’ignore. Mes recherches à cet égard ne m’ont rien appris.
  8. Je soupçonne que ce mot épuiement qu’au surplus je trouve ici pour la première fois, signifie la rampe d’un escalier ou les premières marches d’un péristyle.
  9. Ici commence le fragment qui se trouve dans le manuscrit no 7989 ² f° 47.
  10. La mort renoveler orront
    Por la tombe d’un marbre gris
    Et que il fut à tort occis.

  11. Ensemblement o son Seignor,
    Demora maint dis è maint jor,

  12. El Regne ne pot homs trover.

  13. Voyez la note sur le 7e vers du Lai de l’Espine et la note 4 de la page 36.
  14. Com il souloit venir à lui.

  15. L’aventure li a contée.

  16. En la pasmoison dévia.

  17. De l’espée qui fu son Père
    Avoit vengié lui et sa mère.

  18. Ci faut li Lais d’Eudemarec.

  19. Ms. fonds de l’église de Paris, M, fo.241 ro col. 2 et ms. no 7989, fo 47, ancien fonds. Ce Lai est entier dans le premier ms. ; le second ne comprend qu’un fragment de 160 vers. Voy. Ellis, Specimens of Early english metrical romances, tom. I, p. 137 — 190.
  20. Caer ou Kaer, en Breton, ville, toute espèce d’habitation. Ritson, loc. cit., tom. III, p. 331, pense que Caerwent est l’ancienne Ventura Silurum ou Chepstow, ville d’Angleterre, dans le Monmouthshire, sur la Wie.
  21. Voy. Ellis, loc. cit., tom. I, p. 152 et Ritson, ibid.
  22. Imitation d’Homère où Achille est plongé dans le Styx.
  23. Dans un assez grand nombre de Romans et de Fabliaux on trouve de pareils aveux. La fée Mélior couchée avec Parthenopex de Blois, fait dans le lit sa profession de foi (Le Grand d’Aussy, Fabliaux, in-8o, tom. IV, p. 284. Notices des Manuscrits, tom. IX, 2e partie, p. 27). La dame des Belles-Cousines voulant rendre heureux le petit Jehan de Saintré, s’informe s’il pratique exactement les devoirs de la religion. Voy. Roman du Petit Jehan de Saintré, tom. I, chap. V, p. 32 et chap. IX, p. 72, voy. encore Le Grand, loc. cit., tom. I, p. 92, note (e).