Poétique (trad. Ruelle)/Chapitre 12

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Traduction par Charles-Émile Ruelle.
(p. 26-27).
◄  XI.
XIII.  ►


CHAPITRE XII


Divisions de la tragédie.


I. Pour ce qui est de la qualité des formes que doivent employer les parties de la tragédie[1], nous en avons parlé précédemment. Maintenant, en ce qui concerne leur quantité et leurs divisions spéciales, on distingue les suivantes : le prologue, l’épisode, le dénouement, la partie chorique et, dans cette partie, l’entrée (πάροδος) et la station.

II. Ces éléments sont communs à toutes (les tragédies). Les éléments particuliers sont ceux qui dépendent de la scène[2] et les lamentations (κομμοί)[3].

III. Le prologue est une partie complète en elle-même de la tragédie, qui se place avant l’entrée du chœur.

IV. L’épisode est une partie complète en elle-même de la tragédie, placée entre les chants complets du chœur.

V. Le dénouement est une partie complète en elle-même après laquelle il n’y a plus de chant du chœur.

VI. Dans la partie chorique, l’entrée est ce qui est dit en premier par le chœur entier ; et la station, le chant du chœur, exécuté sans anapeste et sans trochée.

VII. Le commos est une lamentation commune au chœur et aux acteurs en scène.

VIII. Nous avons parlé précédemment des parties de la tragédie qu’il faut employer, et nous venons de les considérer sous le rapport de leur quantité et de leurs divisions[4].

  1. Voir, sur tout ce chapitre, le commentaire de G. Hermann.
  2. C’est-à-dire des acteurs en scène. Le chœur occupait l’orchestre.
  3. Les manuscrits et les éditions d’Aristote accentuent le plus souvent κόμμοι. Voir le Trésor de Henri Estienne, éd. Didot, voce κομμός.
  4. Ce dernier paragraphe pourrait bien être une répétition altérée de la phrase qui ouvre le chapitre.