Premier recueil de diverses poésies tant du feu sieur de Sponde que des sieurs Du Perron, de Bertaud, de Porchères et autres, non encor imprimées, recueillies par Raphaël Du Petit Val, 1604/Les Amours/Sonnet XVI

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
, François d'Arbaud de Porchères
Premier recueil de diverses poésies tant du feu sieur de Sponde que des sieurs Du Perron, de Bertaud, de Porchères et autres, non encor imprimées, recueillies par Raphaël Du Petit ValImprimerie Du Petit Val (p. 14).

XVI.


Je prens exemple en toy, courageuse Numance,
L'un des grands fleaux de Rome, & comme toy je veux
Praticquant la valeur, apprendre à nos neveux
Qu'il faut vaincre en l'assaut, mourir en la deffence.

Durant tes quatorze ans, l'insolente arrogance
De tes longs ennemis du bonheur despourveus,
Contre tant de vertu s'arrachoit les cheveux
Et s'arrachoit plus fort encore l'esperance :

En fin on n'eust moyen propre a te surmonter
Que te laisser toy-mesme à toy-mesme dompter,
Et toy tu ne laissas que tes murs & ta cendre :

Ainsi tous ces ennuis dont je vaincs les efforts
S'ils se trouvent en fin plus rusez que plus forts,
J'aime mieux comme toy mourir que de me rendre.