Qu’est-ce que la propriété ?

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher

Qu’est-ce que la propriété ? (1840)
Garnier frères.

TABLE DES MATIÈRES.


Pages.
 v
CHAPITRE PREMIER. — Méthode suivie dans cet ouvrage. Idée d’une révolution 
 1
CHAPITRE II. — De la propriété considérée comme droit naturel. De l’occupation et de la loi civile comme cause efficiente du domaine de propriété. Définitions 
 29
§ 1. — De la propriété comme droit naturel 
 31
§ 2. — De l’occupation comme fondement de la propriété 
 39
§ 3. — De la loi civile comme fondement de la propriété 
 55
CHAPITRE III. — Du travail comme cause efficiente du domaine de propriété 
 68
§ 1. — La terre ne peut être appropriée 
 71
§ 2. — Le consentement universel ne justifie pas la propriété 
 76
§ 3. — La prescription ne peut jamais être acquise à la propriété 
 77
§ 4. — Du Travail. Que le travail n’a par lui-même, sur les choses de la nature, aucune puissance d’appropriation 
 86
§ 5. — Que le travail conduit à l’égalité des propriétés 
 91
§ 6. — Que dans la société tous les salaires sont égaux 
 101
§ 7. — Que l’inégalité des facultés est la condition nécessaire de l’égalité des fortunes 
 108
§ 8. — Que dans l’ordre de la justice le travail détruit la propriété 
 125
CHAPITRE IV. — Que la propriété est impossible 
 129
Démonstration. — Axiome 
 131
Première proposition. La propriété est impossible parce que de rien elle exige quelque chose 
 136
2e Proposition. — La propriété est impossible parce que là où elle admise, la production coûte plus qu’elle ne vaut 
 144
3e Proposition. — La propriété est impossible, parce que, sur un capital donné, la production est en raison du travail, non en raison de la propriété 
 148
4e Proposition. — La propriété est impossible, parce qu’elle est homicide 
 159
5e Proposition. — La propriété est impossible, parce qu’avec elle la société se dévore 
 157
Appendice à la cinquième proposition : sur l’organisation du travail, l’inégalité des salaires et le paupérisme 
 168
6e Proposition. — La propriété est impossible, parce qu’elle est mère de tyrannie 
 178
7e Proposition. — La propriété est impossible, parce qu’en consommant ce qu’elle reçoit elle le perd, qu’en l’épargnant elle l’annule, qu’en le capitalisant elle le tourne contre la production 
 180
8e Proposition. — La propriété est impossible, parce que sa puissance d’accumulation est infinie, et qu’elle ne s’exerce que sur des quantités infinies 
 186
9e Proposition. — La propriété est impossible, parce qu’elle est impuissante contre la propriété 
 188
10e Proposition. — La propriété est impossible, parce qu’elle est la négation de l’égalité 
 192
CHAPITRE V. — Exposition psychologique de l’idée de juste et d’injuste, et détermination du principe du gouvernement et du droit 
 194
1re Partie. — § 1. Du sens moral dans l’homme et dans les animaux 
 194
§ 2. Du premier et du second degré de sociabilité 
 199
§ 3. Du troisième degré de sociabilité 
 207
2e Partie. § 1. Des causes de nos erreurs ; origine de la propriété 
 218
§ 2. Caractères de la communauté et de la propriété 
 216
§ 3. Détermination de la forme de la société : conclusion 
 245