Catalogue de corsets de Rainal Frères

La bibliothèque libre.
(Redirigé depuis Rainal Frères)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Léon et Jules Rainal
(p. 1-90).

LÉON & JULES RAINAL FRÈRES[modifier]

23, RUE BLONDEL, 236-238, rue Saint-Denis

PARIS

Téléphone

122-77

CORSETS[modifier]

CORSET PHYSIOLOGIQUE

CORSET DE MAINTIEN

CORSET REIN MOBILE

CORSET APPENDICITE

CORSET D’ATTITUDE

CORSET SCOLIOSE

CORSET CYPHOSE

CORSET LORDOSE

MOULAGE

MAL DE POTT CERVICAL

MAL DE POTT DORSAL

MAL DE POTT LOMBAIRE

DÉFORMATION STERNALE

TORTICOLIS

LUXATION DES FÉMURS

IMMOBILISATION

MÉDAILLE D’OR : Paris 1900

FASCICULE N° 3

PARIS 1907

ESCOMPTE 25 %


ARSENAL DE CHIRURGIE


Quoique ne fabriquant pas les instruments de chirurgie, nous mettons à la disposition du corps médical notre Arsenal de chirurgie. Les instruments ne sont expédiés qu’après avoir été sérieusement vérifiés et aseptisés. Ils


Fig. 1920.


sont enfermés dans une boîte métallique scellée avant de passer à l’autoclave. Le chirurgien peut donc les utiliser en toute sécurité. Ces boîtes sont expédiées aussitôt après le reçu de la demande. Elles sont confiées à titre de prêt gracieux. Dans l’intérêt du corps médical, nous prions instamment MM. les docteurs de nous renvoyer ces instruments une fois l’opération

terminée.
CORSETS PHYSIOLOGIQUES


FORME DROITE

Pour être inoffensif, le corset doit réduire ses proportions à celles d'une large ceinture destinée surtout à supporter les pièces d'habillement ; il doit s'adapter à la forme des parties

Forme droite

Fig. 2101.

En coutil ..... 70 fr.

En batiste .... 100 fr.

En soie ...... 140 fr.

Forme droite

Fig. 2057.

En coutil ..... 70 fr.

En batiste .... 100 fr.

En soie.... .. 140 fr.

qu'il est destiné à soutenir sans les comprimer, il doit être élastique afin que les organes conservent leur libre exercice.

Les modèles (fig. 2101 et 2057) sont disposés de manière à n'exercer aucune pression sur la région épigastrique et sur l'a partie supérieure de la poitrine. Les seins viennent reposer sur les goussets sans subir aucune compression.

Ces modèles favorisent les fonctions de la digestion et de la respiration. Ils Ont l'avantage d'allonger la taille et de soutenir la partie inférieure de l'abdomen comme le ferait une ceinture. 8

ENTÉROPTOSE - AFFECTION DE L'ESTOMAC

Le corset anti-ptosique (fig. 2354) est destiné à éviter toute compression au niveau de la région épigastrique, sa partie inférieure est complètement plane. Toutes les différentes parties constituantes de ce corset ont été l'objet d'études et d'essais multiples qui ont peu à peu amené l'établissement du modèle actuel. La disposition spéciale de ce corset permet


ENTÉROPTOSE - AFFECTION DE L'ESTOMAC

Fig. 2354.

En coutil ..... 70 fr.

En batiste .... 100 fr.

En soie.... .. 140 fr.

ENTÉROPTOSE - AFFECTION DE L'ESTOMAC

Fig. 2091.

En coutil ..... 70 fr.

En batiste .... 100 fr.

En soie ...... 140 fr.

de maintenir efficacement la région hypogastrique, il est indiqué dans tous les affai­blissements de la paroi, dans l'entéroptose sous ses diverses formes. Dans les cas de rein mobile, sur les indications du Docteur il est facile d'adapter une pelote rénéiforme.

Le corset (fig. 2091) est employé chez les personnes fortes et dans certains états nerveux. Dans ce modèle, le busc est remplacé par une bande de tissu élastique large de cinq centimètres afin de donner au corset une extensibilité qu'il ne possède pas par lui-même et permettre un libre jeu aux mouvements d'inspiration et d'expiration. 9


AFFECTION CARDIAQUE - ÉQUITATION

Toute la partie antérieure gauche du corset (fig. 2092) est en tissu élastique afin de ne pas exercer de pressions qui seraient susceptibles de gêner la circulation veineuse. Sa partie élastique, tout en évitant la compression du cœur et de l'estomac, ne nuit aucunement à la forme de la taille.

Nos corsets physiologiques conviennent principalement aux personnes nerveuses,

AFFECTION CARDIAQUE - ÉQUITATION

Fig. 2092.

En coutil. ..... 80 fr.

En batiste. ... 110 fr.

En soie ....... 140 fr.

AFFECTION CARDIAQUE - ÉQUITATION

Fig. 2134.

En coutil. ..... 80 fr.

En batiste. ... 110 fr.

En soie ....... 140 fr.

prédisposées à la dilatation d'estomac, aux palpitations, aux mobilisations viscérales. Ce sont des corsets essentiellement préventifs de la dyspepsie neurasthénique, des tiraillements, ptoses, reins mobiles, estomacs biloculaires, coliques hépatiques, étouffe­ments, bouffées de chaleur, angoisses, etc.

La forme du corset (fig. 2134) est disposée de manière à ne pas gêner les hanches dans les exercices d'équitation. Il s'arrête pour ainsi dire à la taille, ne la dépassant que de quelques centimètres du côté gauche, tandis que la hanche droite est complètement emboîtée. SPORTS, TENNIS -- CORSELET

Le corset (fig. 2121) est en tissu jersey légèrement élastique, ne maintenant que la taille et laissant la poitrine libre de toute compression. Les baleines sont remplacées par des ganses destinées à donner une consistance suffisante au corset et

SPORTS, TENNIS -- CORSELET

Fig 2121.


En coutil ..... 70 fr.

En batiste .... 100 fr.

En soie ...... 140 fr.

SPORTS, TENNIS -- CORSELET

Fig. 2122.

En coutil ..... 70 fr.

En batiste .... 100 fr.

En soie.... .. 140 fr.

lui permettre de pouvoir se prêter à tous les mouvements du corps. Dans l'exercice des sports, il est essentiel que la femme ne soit comprimée ni à la taille ni à la base de la poitrine, afin de ne pas immobiliser le poumon et de laisser la respiration absolu­ment libre, sans refoulement des viscères.

Le corselet (fig. 2122) est destiné aux personnes qui ne peuvent supporter aucune pression sur la région mammaire. Il a pour but de maintenir la taille en lui permettant de s'allonger. Sa disposition permet de se livrer à tous les exercices, tout en laissant libres les mouvements de la respiration. 11

CORSETS CEINTURE

Le corset (fig. 2098) est destiné à maintenir et à relever toute la paroi abdomi­nale comme le ferait une ceinture. A la partie inférieure du corset, est disposée une sangle qui exerce une compression graduée au niveau de la région hypogastrique.

CORSETS CEINTURE

Fig. 2098

En coutil ..... 90 fr.

En batiste .... 120 fr.

En soie ...... 150 fr.

CORSETS CEINTURE

Fig. 2090.

En ruban de fil.. . .. 70 fr.

En ruban de soie.. . . 90 fr.

Cette pression peut être réglée par des pattes qui viennent se fixer sur les côtés laté­raux du corset.

Le modèle (fig. 2090) est constitué par des rubans cousus ensemble et espacés de quelques millimètres. Il prend son point d'appui sur les omoplates et est seulement destiné à maintenir la poitrine. Il se lace à la partie dorsale.

Les baleines sont très minces et ne servent qu'à donner une certaine consis­tance au tissu. 12

CORSET DE GROSSESSE - ALLAITEMENT

Dans le modèle (fig. 2099) applicable pendant la grossesse le busc rigide employé dans les corsets ordinaires est remplacé par une large bande élast.ique. Des lacets disposés sur les côtés latéraux permettent le développement pendant le cours de la grossesse. Les seins en particulier ne subissent aucune compression et sont simplement soutenus. Avec ce modèle, on n'a à redouter aucune compression de la taille ni des seins. La

CORSET DE GROSSESSE - ALLAITEMENT

Fig. 2099.

En coutil ..... 70 fr.

En batiste .... 100 fr.

En soie ...... 140 fr.

CORSET DE GROSSESSE - ALLAITEMENT

Fig. 2097.

En coutil ..... 70 fr.

En batiste .... 100 fr.

En soie.... .. 140 fr.

femme enceinte évite les sensations désagréables de douleurs dans les reins et de pesanteur dans l'abdomen. Elle est activement protégée contre la pneumatose alimen­taire et contre les variations atmosphériques.

Le corset de nourrice (fig. 2097) diftère des modèles précédents par les goussets de poitrine qui sont renforcés de baleines afin d'éviter toute pression extérieure sur le mamelon. La partie supportant les seins est fendue dans son sens vertical et réunie par des boutons afin de permettre à la nourrice de donner le sein à l'enfant, sans pour cela être obligée de dégrafer le busc. 13

COMPRESSION ÉLASTIQUE - SOUTIEN-GORGE

Le soutien-gorge (fig. 2056) est destiné aux personnes qui peuvent se dispenser de l'usage du corset. Il est également employé pour la nuit, pour les bains de mer ou dans les cas d'extrême sensibilité des seins. Il se compose d'ùn tissu à jour très léger, il est lacé à la partie dorsale et se fixe en avant par un busc très souple.

COMPRESSION ÉLASTIQUE - SOUTIEN-GORGE

Fig. 2056.

En coutil ..... 25 fr.

En batiste .... 30 fr.

En soie ...... 50 fr.

COMPRESSION ÉLASTIQUE - SOUTIEN-GORGE

Fig. 2355.

En élastique coton ..... 30 fr.

-- batiste .... 50 fr.
-- soie extra-fin 70 fr.

Les docteurs conseillent le port du soutien-gorge pendant la nuit, chez toutes les femmes qui ont à redouter l'atrophie ou la mollesse des glandes mammaires par suite de l'insuffisance des ligaments suspenseurs des seins.

Le modèle (fig. 2355) est une sorte de sangle qui supplée, pour le mieux, à la déficience de la sangle naturelle. Il est destiné à exercer une compression méthodique sur toute la surface du sein. Par cette disposition, il rend de grands services dans les cas d'hypertrophie de la mamelle. CORSETS POUR REIN MOBILE

Le corsage (fig. 2004) est destiné à comprimer et à maintenir toute la paroi abdominale. Il prend son point d'appui sur une large surface dorsale, et, par devant, il embrasse toute la partie comprise entre le creux épigastrique et le pubis. Cette ceinture, composée d'un tissu élastique très extensible, se moule exactement comme le ferait un caleçon. La compression uniforme obtenue par ce modèle permet d'éviter les ballottements des organes contenus dans l'abdomen.

Corset

de M. le Professeur Le Dentu


CorsetLeonJulesRAINAL Freres14a.png

Fig. 2004.

Tissu coutil ..... 60 fr.

-- fin .... 70 fr.
-- soie ...... 120 fr.

Corset

du Docteur Monin.

CorsetLeonJulesRAINAL Freres14b.png

Fig. 2005.

Tissu coutil ..... 60 fr.

-- fin .... 70 fr.
-- soie ...... 120 fr.

En ce qui concerne le rein mobile, le docteur Monin estime que les douloureux symp­tômes de cette affection, si communs dans le sexe féminin, sont dus surtout à la traction exercée par l'organe en ptose ou en provenance abdominale, sur les filets nerveux du plexus solaire.

Le corset-ceinture (fig. 2005), porté d'une manière assidue (on le met en place avant de sortir du lit pour le garder toute la journée) permet la cure radicale du rein mobile sans opération, à la condition d'y ajouter un régime spécial et un traitement capable de lutter contre l'amaigrissement et de restituer au rein déplacé un tissu cellulo-graisseux immo­bilisateur. 15

APPENDICITE

Lorsqu'il existe une cicatrice sur la paroi abdominale (quel qu'ait été le procédé de suture employé par le chirurgien), cette cicatrice peut céder plus ou moins complètement, dans tout ou partie de son étendue, et cette rupture, partielle ou complète, donne lieu à la variété de hernie connue depuis longtemps sous le nom de hernie des cicatrices. Il est donc, non seulement utile, mais absolument indispensable, que l'opéré dès que les panse­ments sont terminés, et qu'on lui permet la position verticale, porte un appareil destiné à soutenir et à protéger la cicatrice, pour l'empêcher de se distendre ou même de céder sous l'influence des efforts de la toux.

Le corsage (fig. 1722) est destiné à protéger la cicatrice de l'appendicite contre les efforts de toux, même quand il n'existe pas de hernie. Il est muni de baleines très flexibles

Corsage du Docteur Beurnier.

Corsage du Docteur Beurnier

Fig. 1722.

Tissu coutil ..... 60 fr.

-- fin .... 70 fr.
-- soie ...... 120 fr.

Ceinture élastique.

Ceinture élastique

Fig. 19ï6.

Tissu coutil ..... 40 fr.

-- fin .... 50 fr.
-- soie ...... 60 fr.

et se moule exactement sur la partie inférieure du thorax et de l'abdomen. A la partie inférieure est fixée une pelote correspondant exactement à la cicatrice; cette pelote est munie extérieurement d'une plaque en aluminium destinée à exercer une pression suffi­sante. Des jarretelles empêchent l'appareil de remonter.

La ceinture (fig. 1976) est en tissu élastique; un coussin ovalaire est disposé à l'en­droit correspondant à la cicatrice. Cette pelote est mollement capitonnée; pour lui donner plus de consistance, nous fixons à la partie externe de la ceinture une plaque en aluminium. Des sous-cuisses sont indispensables pour éviter tout déplacement. 16

BORBORYGMES ET PTOSES

Tout le monde connaît ce bruit de borborygme spontané, qu'on pourrait croire d'origine intestinale, mais qui, en réalité, provient de l'estomac. Au lieu de survenir d'une façon très intermittente et à l'occasion d'une inspiration trop forte, il peut prendre le caractère d'un bruit de va-et-vient continu, isochrome à chaque mouvement respira­toire, et devenir une véritable infirmité.

Corselet-sangle du Dr Vène.

Corselet-sangle du Dr Vène.

Fig. 1723.

Tissu fort. . 80 fr.

- fin . 90

- soie ..... 120

Le Dr Vène, ayant remarqué qu'une pression exercée au moyen de l'extrémité de trois doigts réunis au niveau de l'hypochondre gauche arrête Je bruit de borborygme, a essayé d'appliquer en ce point la pelote d'un bandage à ressort analogue à un bandage herniaire. Il a dû y renoncer, ce genre d'appareil étant le plus souvent mal toléré par les malades.

En effet, à condition qu'elles s'exercent simulta­nément, deux forces compressives de cette nature peuvent être relativement faibles et par conséquent très supportables sans cesser d'être efficaces pour la cessation du bruit. Il faudrait donc théoriquement avoir recours à deux bandages, ce qui, on en conviendra. ne serait pas pratique. Le modèle de corselet, que nous avons établi sur les indications du Dr Vène, les remplace fort heureusement. A l'extérieur, il est muni, comme on le voit sur la figure, de trois ressorts de Dolbeau, auxquels correspond intérieurement une grande pelote qui, s'ap­pliquant en bas au-dessus du pubis, remonte assez haut pour atteindre la partie située au-dessus et à gauche de l'ombilie. Par les ressorts inférieurs, s'augmente l'action de relèvement du ventre, déjà assuré par la façon dont l'appareil, d'ailleurs garni de sous-cuisses, emboîte le bassin, descendant très bas en avant et sur les hanches à l'instar d'une sangle pelvienne. Quant au ressort supé­rieur, il exerce la pression nécessaire dans le haut de l'ab­domen. Toutefois, c'est dans le bas que se manifeste la force de compression la plus énergique: de sorte que la résultante des forces mises en jeu agit de bas en haut et par suite soutient et relève l'intestin et l'estomac. Il y a là une application des lois de l'équilibre du ventre, établies par Glénard, et le corset mérite bien le nom de corset-sangle. C'est toujours dans l'esprit, sinon dans la forme, un appareil releveur et compresseur du ventre: une sangle pelvienne. Il peut servir pour toutes les ptoses viscérales, indistinctement: il suffira, sans toucher aux ressorts infé­rieurs, de mettre, au niveau de l'organe déplacé, le ressort supérieur avec une pelote spéciale. On remédiera, de la sorte, non seulement à la chute d'un organe considéré en lui-même, mais encore à l'entéroptose en général. LEON ET JULES RAINAL FRÈRES, RUE BLONDEL, 23. 17


CORSETS SCOLAIRES

Le corset (fig. 2093) a pour but d'effarer la saillie des omoplates, en donnant aussi plus d'amplitude à la poitrine. Sur les côtés, sont disposés deux petits ressorts très flexibles et très minces, dissimulés sous le coutil. Ils servent à recevoir les courroies des épaulières. Ces dernières, plus ou moins serrées, ramènent les omoplates dans leur position normale.

Corset scolaire.

Fillettes de 4 à 10 ans.

Corset scolaire

Fig. 2100.

Tissu coutil..... 40 fr.

Batiste..... 50 fr.

Soie .......... 70 fr.

Corset scolaire.

Jeune fille de 10 à 15 ans.

Corset scolaire

Fig. 2093.

Tissu coutil. ... 60 fr.

Batiste ....... 90 fr.

Soie .......... 120 fr.

Le corset (fig. 2100) n'est destiné qu'à servir de soutien chez les jeunes enfants. Il est légèrement baleiné et remplace avantageusement la brassière, qui n'offre aucune consistance. La partie antérieure est formée par un tissu élastique, laissant toute liberté aux mouvements de la respiration.

Il est évident que ces modèles sont insuffisants pour lutter contre la scoliose. Ce sont de simples appareils d'attitude, capables de remédier à l'insuffisance musculaire et au manque de volonté chez les jeunes sujets lymphatiques et nonchalants. 18 LÈON ET JULES RAINAL FRÈRES, RUE BLONDEL, 23


CORSETS DE MAINTIEN
INFLEXION DE L'ÉPINE DORSALE - PREMIÈRE ENFANCE

Lorsqu'il existe, chez les tout jeunes enfants, une légère inflexion de l'épine dorsale il est nécessaire de soutenir la partie supérieure du tronc dans la marche et la station assise, afin d'éviter un affaissement qui se produirait inévitablement.

Le corset applicable dans ce cas n'a d'autre but que de servir de soutien, ce n'est pas un appareil de redressement, mais il peut empêcher la déviation de prendre un plus grand développement. en attendant que l'âge de l'enfant permette d'appliquer un appareil plus

Corset de Maintien

Fig. 1855

Corset de Maintien

Fig 1851.

Prix.. 90 fr.

efficace. Le modèle de corset (fig. 1851 et 1855) est en coutil légèrement baleiné dans la partie dorsale; sur les côtés sont disposés deux tuteurs latéraux en acier très flexible terminés par deux béquillons, qu'il est facile d'élever lorsque l'enfant grandit.

Lorsqu'il existe une saillie anguleuse sur l'un des points de l'épine dorsale, on place de chaque côté, en dehors des apophyses, deux lamelles d'acier qui ont pour effet de donner -plus de consistance au corset; la partie antérieure au lieu d'être en coutil baleiné, comme la partie dorsale, est formée par un tissu élastique (fig. 1855) laissant toute liberté aux mouvements respiratoires. Cet appareil est fort léger et ne nuit en rien au développement du thorax.
SAILLIE DES OMOPLATES
ÉPAULlÈRES

Les épaulières (fig. 835) trouvent leur emploi dans les cas de laxité des ligaments suite de croissance rapide, ils ont pour but de rejeter les épaules en arrière et

SAILLIE DES OMOPLATES

Fig. 835.

Prix .•....•.. '. . 15 fr.

SAILLIE DES OMOPLATES

Fig. 1375.

Prix. ..... ' ..... 12 fr.

par conséquent de laisser un libre déve­loppement à la paroi thoracique. Elles ne sauraient être appli­quées dans le cas de dévi ation même légère. Ces épauli res ne sont applicables que fixées sur un cor­set ordinaire.

Le modèle, figure 1375, a pour effet d'effacer la saillie des omoplates et de donner plus d'amplitude à la poitrine, mais il ne saurait en rien améliorer ou modifier une prédisposition à la déviation de la colonne vertébrale C'est un petit appareil de maintien.

CORSET D'ATTITUDE POUR JEUNES FILLES

Dans la figure 470, les omoplates sont saillantes et semblent se détacher du tronc, la poitrine est rentrée, pendant la station debout ou assise: la jeune fille se tient, le rachis légè­rement courbé dans sa partie supérieure, de là une mauvaise tenue habituelle.

Le modèle de corset (fig. 4-69) a pour effet d'effacer la saillie des omoplates, en donnant aussi plus d'amplitude à la. poitrine ; sur les côtés latéraux, sont disposés deux petits res-

CORSET D'ATTITUDE POUR JEUNES FILLES

Fig.4.70.

CORSET D'ATTITUDE POUR JEUNES FILLES

Fig. 469.

Prix .. . .... 80 fr.

sorts très minces, dissimulés sous le coutil; ils servent à recevoir les courroies des épaulières. Ces dernières, plus ou moins serrées, remettent les omoplates dans leur position normale. Il est bien entendu que ce corset, qui est, en somme, un rappel à la rectitude, n'a aucune action sur les déviations, même légères, de l'épine dorsale. 20

SCOLIOSE
CORSET PRÉVENTIF POUR JEUNES FILLES

Le traitement médical rend des services incontestables pour combattre la débilité et le mauvais état général du sujet; mais, quel que soit le système de gymnastique ou de massage employé, il ne saurait suffire au redressement des déviations de la taille, il est nécessaire que, pendant l'intervalle d'une séance à une autre, le rachis soit soutenu, si l'on ne veut pas perdre le résultat obtenu par ces manipulations.

C'est au début de cette affection, laquelle, livrée à elle-même, amènerait certainement

CORSET SCOLIOSE

Fig. 863.

Prix... ... . 140 fr.

SCOLIOSE

Fig. 466.

CORSET SCOLIOSE

Fig. 862.

Prix.. ..... 160 fr.

une déviation de la taille, qu'il est nécessaire d'employer les moyens préventifs, c'est-à-dire le corset d'attitude (fig. 863). Ce modèle en coutil est muni de chaque côté de deux tuteurs minces et très flexibles terminés par des croissants axillaires. A sa partie supérieure, sont disposées deux épaulières qui, après avoir été croisées sur le dos et sous le corset, sont ramenées sur les côtés latéraux et fixées aux tuteurs. C'est un corset établi en vue de ne comprimer aucun organe important et qui permet à la jeune fille de s'habiller sans qu'on puisse soupçonner autre chose que le port d'un corset habituel.

Le modèle (fig. 862) diffère de la figure 863 par sa partie dorsale munie de tuteurs, disposés de chaque côté de la colonne vertébrale et réunis par des barrettes destinées à éviter l'inflexion du côté correspondant à la déviation. Par ce procédé, on assure une par­faite stabilité du corset. 21

SCOLIOSE ACQUISE - CORSET DISSIMULANT

Chez les scoliotiques du sexe féminin, alors que le développement du système osseux est preFlque terminé, il reste dcs déviations acquises, souvent considérables (fig. 806), dont le redressement est impossible.

CorsetLeonJulesRAINAL Freres21a.png
Fig. 806.
Le corset que nous avons construit (fig. 2135-805) est disposé de façon à dissimuler complètement ces difformités. Nous l'avons imaginé pour les raisons suivantes: les coussins de crin, employés ordinairement par les corsetières pour combler les creux, conséquences

Vue intérieure.

CorsetLeonJulesRAINAL Freres21b.png

Corset appliqué.

Fig.2135.

CorsetLeonJulesRAINAL Freres21c.png

RAINAL FFlERES

Fig. 895.

En coutil. ..•...... 140 fr.

En batiste . 150 fr.

En soie . 170 fr.

de la courbure de l'épine dorsale, nous ont paru toujours défectueux; ils font l'office de coins; ils tendent, par leur pression continue, à augmenter les déviations.

C'est pourquoi, à ce système vraiment primitif, nous avons voulu substituer un dispositif baleiné, de forme con vexe, permettant de combler les cavités sans exercer aucune pression malfaisante. Le corset, une fois appliqué, fait disparaître toute déformation, et le sujet peut s'habiller comme tout le monde, sans craindre d'attirer les regards. 22

CORSET POUR HOMME

Le corset (fig. 2124) est adopté par les officiers désirant conserver leur taille cambrée, pour permettre une adaptation parfaite du costume. Il trouve également son emploi dans les exercices de sport, dans le lumbago, les maux de rein, etc. Le tissu élastique dont il est composé laisse un libre cours à la respiration.

Le docteur Monin préconise, chez l'homme, le corselet (fig. 2124) tout en tissu élastique. Il l'applique, avec succès, dans les cas d'atonie gastro-intestinale et de dilatation, chez les

CORSET POUR HOMME

Fig. 2124.

Tissu coutil...... 90 fr.

Coutil peau.. ..... 110 fr.

Du Dr Monin en tissu élastique.... 120 fr.

CORSET POUR HOMME

Fig. 2242.

Elastique fort... 25 fr.

Elastique soie... 40 fr.

sujets maigres, à fibre lâche et molle, dont l'estomac se rétracte mal, sujets aux clapotements, aux bruits de flots, à l'intolérance pour les liquides, aux fermentations avec crampes, coliques, nausées, hoquets, pandiculations, etc ... C'est, à coup sûr, dit-il. le modèle qui convient le mieux à la neurasthénie gastrique.

Le corselet (fig. 2242) est une espèce de ceinture tout en élastique cambrée à la taille, elle a pour effet de maintenir les reins et de s'opposer en quelque sorte au développement de l'abdomen, elle est surtout recommandée aux sujets qui se livrent à l'équitation et à tous les sports en général. 23

MESURES A PRENDRE POUR LES CORSETS EN COUTIL
MESURES A PRENDRE POUR LES CORSETS EN COUTIL
Fig. 1715


1° Circonférence de la poitrine AA ;

2° Circonférence de la taille BB ;

3° Circonférence des hanches CC;

4° Hauteur totale du buse de D à F ;

5° Hauteur du buse jusqu'à la taille de D à E;

6° Hauteur totale du dessous de bras de A à C ;

7° Hauteur du dessous de bras jusqu'à la taille de A à B.

CORSETS ORTHOPÉDIQUES

SCOLIOSE - CYPHOSE

LORDOSE - MAL DE POTT

POSITIONS VICIEUSES

L’enfant étant assis l’avant-bras appuyé sur la poitrine, la table doit se trouver à deux centimètres au-dessous de l’olécrane, voir figure 2047. L’enfant, dit M. le professeur


Fig. 2046.
Fig. 2046.


Berger, doit écrire sur un pupitre placé à la distance de vision distincte sans effort d’accommodation. Le pupitre (fig. 1988) doit être disposé de telle sorte que le bord de la


Fig. 1988.
Prix. . . . . . . 90 fr.
Fig. 1987.
Prix. . . . . . . 40 fr.


tablette vienne presque au contact du corps. Le siège (fig. 1987) est pourvu d’un dossier qui soutient toute la région dorsale jusqu’aux épaules. Ce dossier présente une légère convexité correspondant à la région lombaire. Le siège présente une inclinaison légère en arrière, de telle façon que, par son poids, le dos de l’enfant repose sur le dossier et que, dans cette attitude, le corps fléchi à angle droit n’ait pas de tendance à glisser en avant. Le siège et le dossier, formant un angle droit, sont tous les deux inclinés en arrière, faisant, avec la verticale, un angle de 5° environ. Le dossier monte jusqu’aux épaules : sa largeur est de 18 centimètres. Les épaules sont maintenues contre la chaise à l’aide de


Fig. 2048.
Fig. 2049.


courroies qui viennent se fixer à la partie postérieure et externe ; la partie dorsale est pourvue d’un coussin disposé au niveau des vertèbres lombaires. Une ceinture, prenant point d’appui sur la partie antérieure de l’abdomen et venant se fixer à la partie postérieure du dossier, assure une attitude correcte de l’enfant dans les diverses positions, soit à table, pour écrire, pour dessiner ou pour l’étude du piano.

Andry, en 1747, a donné le premier les proportions que doit avoir la table à écrire.

L’enfant doit être assis sur une chaise suffisamment profonde, afin que la partie fémorale puisse y reposer jusqu’au creux poplité. Le dossier monte jusqu’au niveau de la septième vertèbre cervicale.

SAILLIE DES OMOPLATES


ÉPAULIÈRES POUR GARÇONS


La figure 1990 représente l’attitude habituelle d’un enfant pendant ses travaux scolaires ; cette position vicieuse, qu’il conserve quelques heures par jour, amène, chez certains enfants d’une constitution faible, une prédisposition aux déviations de l’épine dorsale.

Pour remédier à cette mauvaise tenue, les médecins sont tous d’accord sur les indications suivantes : donner à la poitrine le plus d’amplitude possible en maintenant les


Fig. 1990.
Fig. 1921.
Enfant. . . . . . . 20 fr.
Adulte. . . . . . . 30 fr.


omoplates effacées, soutenir les parties supérieures du tronc, obliger enfin l’enfant à se tenir droit, sans qu’il soit gêné en rien dans ses mouvements.

Dans le cas où il n’y a pas à craindre de déviation de la colonne vertébrale et lorsque les omoplates seules forment saillie, les épaulières (fig. 1921) rendent de réels services, en exerçant une pression constante sur la saillie des omoplates ; elles se croisent à la partie dorsale et viennent se fixer sur les boutons du pantalon.

SAILLIE DES OMOPLATES


CORSET À PLAQUE COMPRESSIVE


Dans la figure 175, les épaules sont à peu près sur le même niveau, quoiqu’elles ne fassent pas une égale saillie à la partie postérieure ; ceci dépend de ce que la principale courbure de l’épine consiste dans un arc court et profond dont le sinus est tourné à droite et en avant. Il s’ensuit que les trois côtes supérieures gauches ont été portées au-dessus de l’angle rentrant formé par la clavicule et l’omoplate correspondantes, et que le point d’appui de cette épaule est fourni par les côtes suivantes, moins relevées.

Fig. 134.
Prix. . . . . . . 140 fr.
Fig. 175.

L’appareil (fig. 134) est applicable dans les cas de fortes courbures à la partie supérieure de l’épine, les courbures subsidiaires se sont multipliées en procédant de haut en bas et en devenant plus étendues.

Du côté où existe la saillie de l’omoplate, nous avons fixé une plaque sur le tuteur latéral, qui a pour effet de comprimer cette saillie. La pression est obtenue au moyen d’une vis de rappel.


DÉVIATION SYMPTOMATIQUE DU RACHIS


L’appareil (fig. 42) est applicable dans les inflexions de la colonne vertébrale à la partie supérieure avec saillie des omoplates en arrière. Il se compose, d’une ceinture munie de tuteurs latéraux.

Fig. 482.
Prix. . . . . . . 90 fr.
Fig. 42.
Prix. . . . . . . 150 fr.

Ces derniers sont reliés à leur partie supérieure par une galerie à coulisse qui a pour but de maintenir l’épine dorsale à cet endroit en exerçant une légère compression sur les omoplates.

Le modèle (fig. 482) est applicable chez les jeunes enfants, lorsque la déviation est au début. La disposition de la plaque dorsale permet de supprimer les tuteurs latéraux. Ils sont remplacés par deux béquillons mobiles pouvant être allongés lors de la croissance.

DÉVIATION DE LA TAILLE


SCOLIOSE PREMIER DEGRÉ


Dans la première période (fig. 132), c’est à peine si l’on aperçoit une légère disposition en S de la série des apophyses épineuses, conséquence de la torsion des vertèbres. L’épaule est plus élevée, plus saillante ; on voit se dessiner toute la ligne des apophyses épineuses dont la convexité regarde de côté. C’est ce que les mères de famille appellent épaule forte. L’indication, en pareil cas, est de soutenir les parties supérieures du tronc, de façon à éviter que le poids de la tête et des épaules ne vienne augmenter les courbures.

L’appareil (fig. 41) est applicable dans la scoliose au début (fig. 132). Il est composé d’une ceinture en acier, embrassant le bassin ; sur ses côtés sont disposés des goussets prenant un solide point d’appui sur les crêtes iliaques. Ils ont pour effet d’empêcher la


Fig. 41.
Prix. . . . . . . 120 fr.
Fig. 132.
Fig. 1249.
Prix. . . . . . . 150 fr.


ceinture de glisser ; deux tuteurs latéraux, terminés en croissant, accompagnent les goussets et viennent prendre un point d’appui sous le creux axilliaire. Deux bretelles, fixées à une des extrémités du croissant des tuteurs, ont pour but de rejeter les épaules en arrière. Il est à remarquer que, dans cet appareil, comme dans tous ceux que nous employons pour le traitement des déviations de l’épine, aucun lien ne passe sur le devant du thorax ; outre que ce dernier n’aurait aucune action favorable, il aurait, au contraire, pour effet d’amener une constriction nuisible pour les organes respiratoires

Lorsque le modèle (fig. 41) est applicable chez les jeunes filles de quinze à dix-huit ans, nous adaptons un devant de corset (fig. 1249) destiné à soutenir la poitrine sans la comprimer. La partie dorsale restant libre, il est facile de serrer ou d’élargir le corset au moyen de lacets disposés sur les tuteurs latéraux.

SCOLIOSE AU PREMIER DEGRÉ


Le modèle (fig. 1922) est applicable dans le cas de saillie des omoplates. Il se compose d’une ceinture pelvienne entourant le bassin, au niveau des crêtes iliaques, sur lesquelles elle prend un solide point d’appui ; deux tuteurs sont disposés de chaque côté de la ceinture ; des épaulières, fixées aux tuteurs près du creux axillaire, maintiennent les épaules rejetées légèrement en arrière ; des pièces de rallonge pour les tuteurs et pour la ceinture servent à modifier cet appareil, à mesure que l’enfant grandit.

Les corsets en cuir moulé, construits sur les indications du corps médical, sont évidemment ce que l’on a fait de mieux pour arrêter les progrès de la scoliose, et les seuls que l’on devrait employer, pour obtenir un résultat sérieux.

Certaines considérations, entre autres la question du prix de ces corsets et aussi


Fig. 1923
Prix. . . . . . . 160 fr.
Fig. 1922
Prix. . . . . . . 140 fr.


l’impossibilité, à cause de l’éloignement du sujet, de faire un moulage convenable, nous ont engagé à soumettre aux médecins un modèle (fig. 1923) pour lequel le moulage n’est pas nécessaire.

Il est loin d’avoir la même efficacité que ceux en cuir moulé ; il rend néanmoins des services appréciables et on doit le préférer aux corsets en coutil, plâtrés, en celluloïd, etc. Les points d’appui sont pris sur les crêtes iliaques et le creux axillaire au moyen de tuteurs latéraux qui ont pour effet de soutenir les parties supérieures du tronc. Toutes les pièces de ce corset sont à rallonges, afin qu’il puisse servir pendant la croissance de l’enfant. Nous ferons remarquer, en outre, que la disposition de cet appareil permet d’éviter toute compression sur la poitrine. Il se présente souvent, dans la scoliose au premier degré, une certaine saillie des omoplates aussi avons-nous ajouté à la galerie qui passe sur ces régions deux plaques destinées à exercer une pression douce et continue à cet endroit.

DÉVIATION DE LA COLONNE VERTÉBRALE
RELÂCHEMENT DES LIGAMENTS


Dans la figure 180, l’omoplate, du côté convexe, subit un changement considérable dans sa position et sa situation. Au début de l’affection, l’omoplate s’élève avec l’épaule plus haut qu’elle ne devrait être placée dans l’état normal. La position du scapulum devient très inégale ; dans ce cas, il arrive presque toujours que son angle inférieur devient très saillant et proémine quelquefois beaucoup.

L’inflexion lombaire, à gauche, montre, en relief très prononcé, les muscles sacrolombaires et long dorsal gauches tendus et entraînés à droite.

Le but que doit remplir cet appareil est d’exercer sur la tête de l’humérus une pression


Fig. 180.
Fig. 45.
Prix. . . . . . . 250 fr.


assez forte, de manière à obtenir un mouvement de bascule d’avant en arrière en prenant le point d’appui sur la crête postérieure de l’omoplate.

L’appareil (fig. 45) se compose d’une ceinture en acier très flexible, bien matelassée, s’adaptant exactement aux contours du bassin. Deux tuteurs latéraux à rallonge, munis de crosses sous-axillaires terminées par des attaches formant épaulettes, viennent se fixer à des boutons placés sur les côtés de la ceinture. Une tige d’acier A, munie d’une pelote à son extrémité, est disposée sur le milieu du tuteur par un excentrique B formant pivot.

Cette pelote, légèrement concave, se place en avant de l’épaule sur la crête de l’humérus.

On augmente ou on diminue la pression au moyen d’une longue vis C traversant un barillet fixé sur le tuteur ; on serre à volonté ; au moyen d’une clef E, munie d’un curseur. Il suffit de tourner cette clef pour obtenir une pression directe sur la crête de l’humérus ; le point d’appui est pris sur la partie inférieure de l’omoplate par la pelote fixée au tuteur dorsal.

SCOLIOSE AU DEUXIÈME DEGRÉ


CORSETS À LEVIER ET À PRESSION ÉLASTIQUE


Le moyen de contention le plus sérieux et le plus efficace, dans les cas de scoliose au deuxième degré, consiste dans l’application du corset en cuir moulé. Cet appareil étant exécuté sur un moulage dont les courbures de l’épine dorsale ont été en partie redressées, assure une adaptation que l’on ne peut espérer avec les autres modèles. Mais, pour des considérations que nous avons indiquées précédemment, on est quelquefois obligé d’avoir recours à des modèles de corset plus simples : quoiqu’ils n’aient pas la même efficacité que ceux en cuir moulé, on ne peut nier cependant qu’ils ne rendent, dans bien des cas,


Fig. 181
Prix. . . . . . . 160 fr.
Fig. 182.
Fig. 46
Prix. . . . . . . 150 fr.


quelques services et leur utilité n’est pas contestable ; ils doivent, être préférés, d’ailleurs, surtout pour la scoliose au deuxième degré, à tous les corsets en coutil.

Le corset (fig. 46) se compose d’une ceinture pelvienne munie de trois tuteurs, dont un dorsal, ce dernier s’articulant sur la ceinture au moyen d’un pivot. Il est maintenu incliné du côté opposé à la convexité de la courbure ; sur cette dernière, est appliquée une partie de cuir ayant pour but d’exercer une compression qui est obtenue au moyen de quelques bandes élastiques.

Le corset (fig. 181) comme le précédent, prend ses points d’appui sur les crêtes iliaques et le creux axillaire, au moyen de deux tuteurs latéraux : un tuteur dorsal articulant sur la ceinture est muni d’une plaque compressive, destinée à appuyer sur la convexité de la courbure. Cette pression, que l’on peut graduer à volonté, est obtenue au moyen d’une vis de rappel.

SCOLIOSE AU DEUXIÈME DEGRÉ


Fig. 478.
Fig. 103.
Prix. . . . . . . 220 fr.
Le corset (fig. 103) est composé, comme les précédents, d’une ceinture pelvienne et de deux tuteurs latéraux. Il a été construit sur les indications du Prof. Panas : il a pour but d’exercer une pression latérale sur les courbures sigmoïdes de la scoliose. Au milieu de la partie postérieure de la ceinture est fixé un tuteur dorsal sur lequel s’articule un levier à deux branches, dont les extrémités supérieures et inférieures sont munies chacune d’une plaque fortement rembourrée, s’appliquant exactement au niveau des deux courbures. La traction est obtenue au moyen de deux bandes élastiques fixées à la branche inférieure et venant s’attacher par deux boutons à la ceinture pelvienne.


SCOLIOSE TYPE


APPAREIL À ENGRENAGE


Le modèle (fig. 483), construit sur le même principe que la figure 103, a une action plus énergique ; la pression que l’on peut obtenir au moyen de l’engrenage, agissant séparément


Fig. 133.
Fig. 483.
Prix. . . . . . . 240 fr.


sur chaque pelote, est très forte ; on peut, d’ailleurs, la régler suivant la sensibilité du sujet. Cet appareil se compose d’une ceinture pelvienne entourant le bassin. Deux tuteurs latéraux soutiennent les parties supérieures du tronc.

CYPHOSE IDIOPATHIQUE


Dans la figure 137, tout le dos décrit de haut en bas une convexité régulière ; le cou est tendu obliquement en avant, le menton légèrement abaissé sur le sternum ; les épaules sont saillantes et tendent à se rapprocher. Le tronc se rejette en arrière tout en inclinant


Fig. 137.
Fig. 138.
Prix. . . . . . . 140 fr.


sa partie supérieure en avant. À cette voussure du dos correspondent en arrière une ensellure lombaire très prononcée et la saillie de l’abdomen en avant.

Le corset (fig. 138) est muni d’une plaque dorsale embrassant les omoplates et pouvant monter ou descendre à volonté.

Cet appareil a pour but :

1° De ramener les épaules et le haut du corps en arrière ;

2° De repousser la voussure dorsale en avant ;

3° De soutenir, à l’aide de deux tuteurs latéraux, les parties supérieures du tronc.


LORDOSE LOMBAIRE


Fig. 139.
Fig. 2356.
Prix. . . . . . . 160 fr.

Dans la figure 139, on remarque une concavité très prononcée en arrière de la portion lombaire du rachis, parfois même de la partie inférieure du dos correspondant à une convexité ou courbure en avant. Le bassin tout entier change de direction, la partie postérieure de la ceinture pelvienne s’élève en arrière, tandis que la région pubienne s’abaisse, le ventre bombe en avant, pendant que les fesses fortement portées en arrière se relèvent en forme de croupe. Par l’emploi du corset (fig. 2356) la bande de cuir disposée sur la face antérieure exerce une pression constante sur l’abdomen et corrige ainsi l’ensellure.

MAL DE POTT, GIBBOSITÉ DORSALE


PARTIE SUPÉRIEURE


Fig. 179.
Prix. . . . . . . 140 fr.
Fig. 178.

Dans la figure 178, une seule apophyse épineuse soulève les téguments sous la forme d’une pointe plus ou moins saillante. Ce cas se rapporte à la période de déformation.

Quand l’enfant se tient droit, on ne voit qu’une légère arcure de la région dorsale ; mais, en faisant courber le dos et en ramenant les épaules en avant, on aperçoit une petite saillie formé parles apophyses.

L’appareil (fig. 179) est destiné à agir comme celui de la figure 177, page 39. Les points d’appui sont les mêmes ; toutefois, lorsque le bassin est dévié et que la saillie des crêtes iliaques est presque effacée, les points l’appareil deviennent insuffisants ; il faut avoir recours à l’appareil en cuir moulé.


MAL DE POTT, PÉRIODE INFLAMMATOIRE


Fig. 479.
Fig. 484.
Prix. . . . . . . 150 fr.

L’appareil (fig. 484) est applicable dans une certaine période inflammatoire du mal de Pott, quand une ou plusieurs vertèbres commencent à former une pointe ou saillie anguleuse qu’il est indispensable de ne pas comprimer.

Il se compose d’une ceinture et de deux tuteurs latéraux. À la partie postérieure sont fixés deux tuteurs dorsaux s’appliquant le long des gouttières vertébrales.

Un cercle métallique rejoint les deux tuteurs et empêche tout écartement. Les parties supérieures du tronc, ainsi soutenues, n’exercent aucune pression sur la colonne vertébrale. La carie osseuse peut se modifier avantageusement, les parties malades n’étant plus en contact.

MAL DE POTT DORSAL — CARIE DES VERTÈBRES


Le corset (fig. 135) est employé dans le mal de Pott lorsque la saillie anguleuse est limitée sur un point de la colonne vertébrale et n’offre qu’un petit volume, et que la


Fig. 135.
Prix. . . . . . . 140 fr.
Fig. 136.
Fig. 1230.
Prix. . . . . . . 130 fr.


période inflammatoire est passée ; dans ces cas, la saillie des crêtes iliaques permet presque toujours de prendre un point d’appui suffisant.

Le tuteur dorsal se divise à sa partie moyenne et entoure la gibbosité sans exercer aucune pression à cet endroit.

L’enfant se trouve suspendu par les tuteurs qui prennent leur point d’appui sur le creux axillaire et le bassin, les apophyses malades n’ayant plus à supporter le poids des parties supérieures, le malade éprouve un soulagement immédiat.

Lorsque l’on a à redouter des excoriations au niveau des vertèbres, nous remplaçons le tuteur dorsal métallique (fig. 135) par une bande de cuir (fig. 1230).

MAL DE POTT LOMBAIRE


L’appareil (fig. 177) est composé d’une ceinture pelvienne en acier, munie de goussets sur les côtés, destinés à prendre un point d’appui sur les crêtes iliaques.


Fig. 177.
Prix. . . . . . . 140 fr.
Fig. 176.
Fig. 480.
Prix. . . . . . . 60 fr.


Les deux tuteurs latéraux soulèvent les deux parties supérieures du tronc. À la partie lombaire est fixée une bandelette d’acier supportant un cercle mollement rembourré, qui évite toute pression sur les apophyses épineuses.

Le modèle (fig. 480) est applicable chez les nouveaux-nés dans les cas de Mal de Pott ou de scoliose. Ce corset est en coutil renforcé de baleines ; sur les côtés latéraux sont disposés deux tuteurs légers à crosses axillaires, pouvant être allongés au fur et à mesure de la croissance de l’enfant. Deux lamelles minces en acier sont fixées sur la partie dorsale. La colonne vertébrale sans être comprimée, se trouve ainsi maintenue entre les deux tuteurs dorsaux. Cet appareil est extrêmement léger, et ne gêne en rien le développement des parties thoraciques et abdominales.

DÉFORMATION DU STERNUM — GIBBOSITÉ COSTALE


APPAREIL MODÈLE RAINAL FRÈRES


Dans la figure 184, le sternum est bombé en avant et forme le point culminant de la gibbosité. La circonférence du thorax ne décrit plus une courbe régulière ; elle est déprimée aux deux extrémités. On remarque au-dessus et au dessous de la gibbosité un soulèvement des côtes ou des vertèbres lombaires, qui en forme la plus grande partie. L’appareil figure 185


Fig. 184.
Fig. 185.
Prix. . . . . . . 200 fr.


est composé d’un cercle pelvien, prenant son point d’appui sur les crêtes iliaques et de deux tuteurs sous-axillaires ; il a pour but de soutenir les parties supérieures du tronc. Sur le devant du thorax est adaptée une partie de cuir moulé fixée à l’extrémité supérieure des tuteurs et disposée de façon à comprimer légèrement la partie saillante du sternum. Un cercle entourant les omoplates et relié aux tuteurs latéraux, sert de point d’appui à la partie sternale. Dans les cas de légère proéminence du sternum, la plaque en cuir moulé est remplacée par une simple bande de cuir.

MESURES À PRENDRE POUR LES CORSETS ORTHOPÉDIQUES


Les corsets orthopédiques s’appliquent par-dessus la chemise. Les tuteurs doivent être le plus rapprochés possible des côtés latéraux du tronc et légèrement cambrés à la taille. L’appareil étant appliqué et reposant bien sur les crêtes iliaques, les épaules ne doivent pas être élevées outre mesure afin d’éviter les fourmillement des mains.


Fig. 188.


1° Circonférence du bassin, en passant sur les crètes iliaques, A ; 2° hauteur des crêtes iliaques A à l’aisselle B. — Dans les cas de gibbosité, indiquer les vertèbres formant saillie ; dans les cas de scoliose, indiquer si la convexité existe à droite ou à gauche.

La ceinture pelvienne doit s’appliquer sur le bassin. Les goussets emboîtent exactement

les crêtes iliaques et les aisselles doivent reposer sur les crosses axillaires.
III



CORSETS EN CUIR MOULÉ






MOULAGE — SCOLIOSE


CYPHOSE — LORDOSE


MAL DE POTT

SCOLIOSE AU PREMIER DEGRÉ


L’appareil que nous préconisons pour la scoliose au début permet aux enfants de se livrer à tous les exercices de leur âge, sans que la poitrine soit comprimée comme cela a lieu avec les corsets plâtrés ; il se compose d’une ceinture en cuir moulé (fig. 1908-1909) embrassant le bassin. Sur les côtés du corset sont disposés deux tuteurs. Leur partie inférieure suffisamment coudée repose sur les crêtes iliaques, qui offrent le meilleur point


Fig. 1907.
Prix. . . . . . . 260 fr.
Fig. 132.
Fig. 1909.
Prix. . . . . . . 260 fr.


d’appui. Les béquillons, placés à l’extrémité des tuteurs, que l’on peut monter ou baisser à volonté, servent de second point d’appui ; ils ont pour but, non de soulever les omoplates, mais de servir de repos à la tête et aux épaules, soulageant ainsi la colonne vertébrale du poids des parties supérieures du corps.

Le moulage qui doit servir à la confection de cet appareil doit être fait avec le plus grand soin. Il ne s’agit pas d’appliquer un corset servant uniquement à cacher la déviation ; car, dans ces conditions, il ne rendrait aucun service. Le point essentiel, pour la scoliose au premier et au deuxième degré, est de placer le sujet, avant le moulage, dans l’attitude se rapprochant le plus de la position normale et de mouler ensuite de façon à ce qu’il se redresse en partie de lui-même en entrant dans son corset ; on parvient ainsi à confectionner un appareil fort léger qui, tout en se dissimulant bien sous les vêtements, rend aux scoliotiques les plus réels services.

APPAREIL CONTRE LA SCOLIOSE AU PREMIER DEGRÉ


Dans la première période de la scoliose (fig. 132, page 54), c’est à peine si l’on aperçoit une légère disposition en S de la série des apophyses épineuses, conséquence de la torsion des vertèbres. L’épaule est plus élevée, plus saillante ; on voit se dessiner la ligne des apophyses dont la convexité regarde de côté : c’est ce que les mères de famille appellent épaule forte. L’indication, en pareil cas, est de soutenir les parties supérieures du tronc, de façon à éviter que le poids de la tête et des épaules ne vienne augmenter les courbures.

Le début de cette affection paraît peu de chose et l’on est généralement porté à croire qu’un petit corset en coutil, plus ou moins baleiné, aura raison de cette courbure et en arrêtera bien vite les progrès. C’est là une profonde illusion ; nous pouvons dire par trente ans


Fig. 1772.
Prix. . . . . . . 260 fr.
Fig. 1776.
Avec devant coutil. . . . . . . 290 fr.


d’expérience, que ce n’est qu’en traitant une scoliose au début, par un corset bien fait, que l’on peut éviter le deuxième degré.

Les succès que nous avons pu obtenir concernent les cas de scolioses bien soignées à cette première période. C’est donc une faute d’appliquer un corset en coutil, même avec tuteurs : car il ne peut en rien s’opposer aux progrès de la déviation. C’est vouloir cacher une difformité qui ne peut qu’augmenter. Nous savons malheureusement que la scoliose parvenue au deuxième degré ne peut être corrigée entièrement, en dépit des appareils les mieux faits. Tout ce que l’on peut obtenir, lorsque la scoliose est arrivée à cette période avancée, c’est de l’empêcher de prendre des proportions plus grandes. On a lu l’opinion motivée par de Saint-Germain au sujet du corset plâtré, dont on a voulu faire une panacée. Nous en donnons une description, pour plus ample informé.

« Ces corsets plâtrés, outre qu’ils sont très lourds, ne présentent pas de points d’appui sérieux et la compression qu’ils exercent sur la poitrine les rend insupportables.

SCOLIOSE AU PREMIER DEGRÉ


CORSET À BARRETTES, MODÈLE DE M. LE PROFESSEUR BERGER


Ce corset (fig. 1907) est en coutil très exactement adapté à la taille, particulièrement aux hanches et à la base de la poitrine, il n’est ouvert et lacé qu’en avant, sur la ligne médiane ; il est baleiné et façonné de manière à ne pas comprimer les seins et à laisser complètement libres l’inspiration et l’expiration.

La charpente de ce corset est constituée par deux arcs métalliques, qui épousent exactement les contours des crêtes iliaques droite et gauche ; l’extrémité antérieure de ces arcs métalliques descend jusqu’au-dessous du niveau des épines iliaques antéro-postérieures ; leur extrémité postérieure arrive jusqu’en arrière du grand trochanter. Deux lames d’acier partent du sommet de la convexité de chaque arc métallique auquel elles sont rivées ; ces


Fig. 1907.
Prix. . . . . . . 260 fr.
Fig. 1861.
Prix. . . . . . . 40 fr.


lames servent d’attelles pour la sustentation latérale du tronc ; elles supportent à leur extrémité supérieure des béquillons rembourrés.

La partie postérieure du tronc est soutenue par deux fortes lames d’acier, placées de chaque côté de la ligne des apophyses épineuses et qui s’étendent de la région trochantérienne postérieure jusqu’au-dessus de l’épine de l’omoplate ; ces attelles postérieures sont trempées en ressort par leur extrémité supérieure de manière à assurer à celles-ci une certaine élasticité et à les faire appliquer d’une manière étroite et constante sur les régions scapulaires.

Le collier (fig. 1861) est souvent nécessaire chez les jeunes filles qui portent la tête en avant, sorte d’excurvation qui se rencontre quelquefois chez les sujets dont le cou est un peu haut et la taille longue. Ce petit appareil consiste en un cercle en aluminium recouvert de velours ou de toute autre étoffe que l’on place autour du cou.

SCOLIOSE AU DEUXIÈME DEGRÉ


CORSET EN CUIR MOULÉ, PLAQUE COMPRESSIVE


Dans bien des cas, on pourrait éviter le deuxième degré de scoliose en appliquant un appareil de soutien au début de cette affection, aussitôt qu’apparaît chez l’enfant une légère courbure de l’épine dorsale, indice d’un système osseux faible.

Sans avoir la prétention de rendre à la colonne vertébrale sa rectitude normale, nous pouvons affirmer que dans la majeure partie des scolioses au deuxième degré, on améliore


Fig. 1441.
Prix. . . . . . . 280 fr.
Fig. 133.
Fig. 1928.
Prix. . . . . . . 300 fr.


ces déviations d’une manière sensible ; certainement, on peut en arrêter les progrès, évitant au moins à ces malades le troisième degré de la scoliose autrement dit l’affaissement complet du torse.

Le corset en cuir moulé (fig. 1441) est basé sur les mêmes principes que les précédents : redressement du buste pendant le moulage, points d’appui pris sur les crêtes iliaques.

Nous avons ajouté à la partie dorsale une tige articulée munie d’une plaque latérale appliquée sur la convexité de la courbure ; la pression, que l’on peut graduer à volonté, est obtenue au moyen d’une vis de rappel agissant sur le levier placé à la base du corset.

Le modèle (fig. 1928), construit sur le même principe que la figure 1441, évite toute saillie sous les vêtements ; il présente une fenêtre correspondant à la convexité dorsale droite et au travers de laquelle une plaque, dont la pression est réglée par le jeu d’une vis, exerce sur celle-ci une pression graduée.

SCOLIOSE AU DEUXIÈME DEGRÉ


CORSET DE REDRESSEMENT ET DE MAINTIEN


Certaines scolioses, chez de grandes jeunes filles par exemple, sans présenter nettement le deuxième degré, nécessitent néanmoins un corset en cuir moulé un peu plus résistant, surtout du côté correspondant à la courbure. La plaque dorsale avec levier du corset précédent étant inutile, on la remplace en pareil cas par de minces lamelles d’acier disposées au niveau de la convexité, qui est le plus souvent la grande courbure de Bouvier.

Ce corset (fig. 1857) bien exécuté sur un moulage bien fait, permet à la jeune fille de s’habiller correctement, sans que l’œil le plus exercé puisse soupçonner l’existence d’un


Fig. 1857.
Prix. . . . . . . 280 fr.
Fig. 133.


appareil quelconque. Ces corsets ne compriment en rien la poitrine, puisque cette dernière est complètement libre et qu’aucun lien ne vient gêner les fonctions respiratoires : c’est un appareil de soutien, et non un appareil compressif.

Quand, à l’aide de moyens rationnels et mis en œuvre de manière à ne pas compromettre la santé, nous avons pu rendre à une jeune fille dont la colonne rachidienne s’affaissait sous le poids de la tête et du tronc, sinon toute sa rectitude, au moins une taille irréprochable pour des yeux non exercés, quand nous avons favorisé sa croissance, n’aurions-nous même obtenu que l’état stationnaire d’une déviation menaçant de prendre d’effrayantes proportions, ne pouvons-nous pas dire que nous avons rendu au sujet et à sa famille un véritable service ?

On a cité quelques cas, assez rares, il est vrai, où la compression sous-axillaire produite par les béquillons avait amené de la rougeur, des excoriations et même des phlegmons.

Pour nous, nous pouvons dire que, dans notre pratique personnelle, nous n’avons jamais rencontré de cas semblables. Nous n’oublions jamais, en effet, que les tuteurs à béquillons sont créés, non pour surélever les épaules et les mettre en porte-manteau, mais uniquement destinés à leur maintien dans une position physiologique.

SCOLIOSE AU TROISIÈME DEGRÉ


CORSET EN CUIR MOULÉ


La figure 142 représente un cas de scoliose type à trois courbures. La courbure dorsale dominante est à convexité gauche : elle s’étend de la deuxième vertèbre dorsale à la douzième inclusivement au centre de la courbure, les vertèbres sont fort atrophiées du côté concave. La courbure lombaire est à convexité droite et comprend toutes les vertèbres lombaires. Le bassin a subi à la fois l’influence de la courbure et de la torsion lombaire.

L’appareil (fig. 141) est en cuir moulé, d’un seul morceau, garni de trois lames d’acier


Fig. 141.
Enfant. . . . . . . 350 fr.
Adulte. . . . . . . 500 fr.
Fig. 142.


et d’un tuteur à crémaillère ; il couvre le tiers supérieur du dos, la face latérale gauche du tronc et forme, en bas, une large ceinture qui embrasse le bassin et le ventre. Il n’a ni plaque thoracique, ni béquillon ; il laisse libre la partie antérieure et supérieure du thorax. L’appareil, ainsi disposé, agit sur le bout du tronc par l’arc métallique et par la crémaillère. Le redressement obtenu est à peu près égal à celui que détermine le décubitus horizontal.

Lorsque l’appareil est appliqué dans la difformité, on élève le tuteur à crémaillère à l’aide d’une clef à pignon. Cette opération ne doit être pratiquée que progressivement, afin d’éviter un contact trop violent, ce qui amènerait des excorations.

TYPE DE LA SCOLIOSE À DEUX COURBURES


MUSÉE DUPUYTREN V 521 A.


La pièce (fig. 654) est destinée à l’étude de la déviation des côtes en arrière et à faire comprendre la gibbosité et la déformation de la partie postérieure du tronc.

Si l’on examine l’épine dorsale de droite à gauche, on voit que l’épaule est plus élevée et plus saillante en arrière ; le scapulum, inégalement repoussé par les côtes, est oblique ; sa pointe est surtout en saillie.

L’angle des côtes répond à la partie la plus saillante de la gibbosité, fuit en avant, tandis que celle-ci se bombe en arrière. La région lombaire offre une disposition inverse.

La gouttière vertébrale correspondante est rétrécie et plus profonde ; la ligne épineuse, peu en rapport avec la déformation de la colonne dorsale ; l’épaule gauche, plus basse et


Fig. 654.
Fig. 133.


fuyant en avant ; les apophyses transverses, dans leur direction normale ; les côtes aplaties et grêles, de telle sorte que ce côté oppose une concavité à la convexité du côté droit. C’est généralement vers l’âge de sept à huit ans que l’on voit apparaître les déviations de la colonne vertébrale chez les enfants des deux sexes, et principalement chez les jeunes filles.

On remarque d’abord que l’épaule droite présente plus d’élévation, qu’elle est plus volumineuse que la gauche. Si l’on compare les deux omoplates et leurs rapports avec l’épine, le bord interne de la droite semble s’éloigner davantage de la colonne vertébrale en se dirigeant obliquement de dedans en dehors et de haut en bas.

MOULAGE EN ORTHOPÉDIE


PROCÉDÉ RAINAL FRÈRES


Le moulage en orthopédie est nécessaire pour la confection de certains appareils. Cette opération peut être faite par le médecin, sans avoir à recourir à un mouleur que l’on ne trouve pas toujours dans les localités éloignées des grandes villes ; du reste, le moulage, si imparfait qu’il soit, est une indication précieuse et vient confirmer en quelque sorte les mesures prises au centimètre.


Fig. 1219.
Notre procédé par les pièces instantanées simplifie considérablement l’opération du moulage.

Il n’y a plus à s’inquiéter si le plâtre est gâché trop clair ou trop serré. Pour éviter des manipulations toujours désagréables, surtout pour les personnes peu habituées à manier le plâtre, nous supprimons le coulage dans la coquille. L’opération du moulage par notre procédé s’opère de la manière suivante :

En supposant que l’on veuille exécuter le moulage du bassin pour un appareil coxalgique ou autre, il suffit de tailler une pièce en linge ou en tarlatane prenant exactement les contours du bassin, faire des pinces si cela est nécessaire, de façon à avoir une ceinture s’adaptant exactement. En nous adressant cette pièce, nous en confectionnons une exactement semblable en tarlatane plâtrée.

Pour appliquer cette pièce, il faut procéder de la manière suivante :

Fig. 1226.
Fig. 1170.
Prix. . . . . . . 20 fr.

1° L’étaler sur une table, et, avec une forte éponge, l’imbiber sur une face ; 2° la retourner et faire la même opération, sur l’autre face (fig. 1219). Lorsque cette pièce présente une consistance molle, on l’applique directement sur la peau ; un aide maintient la pièce plâtrée et le médecin fait un bandage roulé (fig. 1170), en ayant soin d’employer beaucoup de bandes (30 mètres au moins pour un bassin d’enfant). Cette grande quantité peut paraître exagérée, mais elle a l’immense avantage de sécher le plâtre instantanément. Toute la bande étant employée, on laisse l’appareil sécher 20 minutes environ. On déroule ensuite la bande et on enlève la coquille (fig. 1226) qui nous est retournée dans une caisse pour terminer le travail.

MOULAGE


Le moulage est de la plus haute importance pour la parfaite confection de nos appareils. Aussi avons-nous disposé, dans notre maison, depuis quelques années déjà, une salle exclusivement réservée à cet usage. La petite opération est faite, très rapidement, par un personnel expérimenté : elle demande à peine dix minutes.

Fig. 1860.

Si le moulage en plâtre joue un grand rôle pour la confection du corset, c’est à la condition qu’il soit rectifié. Autrement dit, toute déviation sera l’objet d’une atténuation intelligente, au moment où le cuir sera moulé sur le plâtre. D’après ce procédé (qui nous est personnel), il est clair que le sujet fera, par lui-même, son redressement pour entrer dans son appareil et qu’il se maintiendra sans fatigue dans une attitude normale.

Technique. Le sujet est installé sur une table à crémaillère (fig. 1860), dont les plateaux sont destinés à supporter le poids du plâtre. Il est soutenu (et non suspendu) par l’appareil de Sayre : ses pieds reposent sur le sol. Des branches articulées et à coulisses servent à soutenir les bras, afin d’éviter toute fatigue. Dans cette position, qui n’a rien de pénible, nous tâchons d’obtenir la plus grande somme de redressement possible. Un fil, destiné à sectionner le moule en deux parties avant la solidification du plâtre, est disposé sur les parties latérales du tronc et du bassin.

Le plâtre, bien gâché est rapidement appliqué sur le corps, de bas en haut ; lorsqu’il commence à prendre, on pratique la section avec le fil, afin d’obtenir deux valves, l’une antérieure, l’autre postérieure. Ces sortes de coquilles une fois enlevées et rapprochées l’une de l’autre, on coule le plâtre dans leur intérieur ; on a ainsi la reproduction exacte du tronc, avec la déviation en partie redressée.


PHOTOGRAPHIE

Nous avons installé, à côté de notre salle réservée au moulage, un salon spécial de Photographie, qui nous permet de prendre sur le sujet, avant de le mouler, l’état exact de sa déviation. Le médecin peut ainsi se rendre compte, après quelques mois, des résultats obtenus par l’appareil. Il est entendu que pour éviter toute indiscrétion, nous ne photographions que la partie dorsale du malade.

MOULAGE RECTIFIÉ


Nous voilà donc en présence d’un moulage en partie modifié : la déviation est moins apparente que dans la réalité. Cette seconde rectification contribue, pour une large part,


Fig. 2011.
Moulage naturel.
Fig. 2012.
Moulage obtenu pendant la suspension.
Fig. 2010.
Section du moulage passant par le sommet de la courbure lombaire et déplacement de la partie supérieure du moulage.
Fig. 2013.
Moulage rectifié.


à l’efficacité de l’appareil. Il est bien évident que, si le cuir est moulé sur un plâtre donnant la reproduction exacte de la déviation, le corset ainsi construit ne servira qu’à couvrir la difformité sans aucune chance de redressement pour le sujet.

MOULAGE RECTIFIÉ


Les clichés que nous donnons page 54 indiquent bien les différentes phases par lesquelles passe le moulage, avant de servir définitivement à la confection du corset.

La figure 2012 représente la première opération du moulage ; le sujet a été redressé avec l’appareil de Sayre, dans la mesure du possible. On constate encore, néanmoins, une légère trace de déviation (les hanches ne sont pas au même niveau, etc.) ; il nous reste à modifier ce moule, pour lui donner une forme normale, c’est-à-dire effacer la courbure du


Fig. 1963.
Application du cuir sur le moulage.
Fig. 1916.
Corset achevé.
Prix. . . . . . . 260 fr.


rachis, faire en sorte que les crêtes iliaques se présentent sur le même plan, de façon que, le corset, une fois appliqué, une hanche ne se trouve pas plus volumineuse que l’autre.

Pour obtenir ce résultat, nous sectionnons le moulage au niveau des crêtes iliaques, comme l’indique la figure 2010. Les parties trop saillantes sont taillées à la hachette et les parties creuses sont comblées. Le buste est rectifié à l’aide d’un fil à plomb ; toute trace de déviation a disparu. C’est lorsque le redressement est complet (fig. 2013) que le moulage est prêt à recevoir le cuir, qui sera appliqué sur un moule représentant, non pas une scoliose avec ses courbures, mais bien une lésion redressée, rectifiée, très voisine enfin de la forme normale.

Construit d’après cette théorie personnelle, le corset (fig. 1963-1916) devient un adjuvant au traitement médical. Sans vouloir accorder à cet utile appareil plus qu’il ne peut réellement donner, nous pouvons affirmer qu’il arrêtera certainement les progrès de la scoliose au premier degré et consolidera les bons résultats obtenus par les autres méthodes de traitement.

TRACÉ DE LA COLONNE VERTÉBRALE


Avant de mouler le sujet, nous prenons le tracé de la colonne vertébrale. Le sujet reposant bien sur les deux pieds, on suit les apophyses épineuses en les marquant successivement au crayon dermographique, depuis la 7e vertèbre cervicale jusqu’à la vertèbre lombaire correspondant à l’épine iliaque antéro-supérieure : on se rend compte ainsi de la forme de la déviation. On s’assure à nouveau que le trait de crayon correspond très


Fig. 2044.
Tracé de la colonne au crayon dermographique.
Fig. 2045.
Application de la règle en cuivre mou sur le tracé.
Fig. 1989.
Tracés sur le papier graphique.


exactement au centre de l’apophyse (fig. 2044). Il s’agit de reporter d’une façon très exacte ce tracé sur une feuille de papier spécial, qui reproduira scrupuleusement toutes les sinuosités de la scoliose, afin que les parents du malade et le Docteur puissent suivre les progrès du traitement. (Fig. 1989), n° 1, tracé pris le 1er mars 1905 ; n° 2, 6 mois après ; n° 3, un an après.

À l’aide d’une règle en cuivre mou d’une extrême malléabilité, on suit très exactement le tracé dermographique en appliquant la règle directement sur le sujet. Lorsque cette règle est bien en contact avec le tracé, on l’applique sur le papier, et, à l’aide d’un crayon, on en suit exactement le contour, en ayant soin d’indiquer le point correspondant à la crête iliaque et celui correspondant à la 7e cervicale. Tous les 2 mois, il est utile de reprendre ce tracé, afin de constater les progrès réalisés par la cure.

TRAITEMENT DE LA SCOLIOSE


PAR LE DÉCUBITUS DORSAL


Dans les cas de scolioses qui apparaissent en général vers la fin de l’enfance, un peu avant l’établissement de la menstruation, principalement chez les jeunes filles maigres, l’indication à remplir d’après M. le professeur Berger consiste à empêcher les lésions de s’accroître. Le seul moyen prophylactique efficace consiste dans l’interdiction de la station verticale. Au lieu de se borner à maintenir l’enfant couché sur un lit horizontal et dur on emploie le lit de repos (fig. 1846).

Cet appareil joint à la position horizontale l’action de pressions exercées au moyen de pelotes fixées au plan du lit et qui sont actionnées par des vis de pression. Dans certains cas,


Fig. 1846.
Prix. . . . . . . 260 fr.


pour obtenir un résultat plus parfait, il y a avantage à substituer au lit de repos la gouttière en cuir moulé (fig. 2000, page 58), construite comme les corsets orthopédiques sur un moulage du tronc obtenu par le redressement.

Le lit de repos (fig. 1846) ou la gouttière en cuir moulé (fig. 2000) employés (seulement la nuit) sont très utiles pour assurer la régularité de l’attitude et pour maintenir la correction des déviations pendant le sommeil.

Ce lit (fig. 1846) se compose d’une planche surélevée de 15 centimètres sur laquelle est disposé un matelas ferme (et non dur). L’extrémité inférieure est munie d’ailettes pour éviter l’abduction du pied qui se produit fatalement dans le décubitus dorsal.

Deux croissants mollement rembourrés maintiennent le malade sous les aisselles et servent de contre-extension. Au niveau de la convexité de la courbure est disposé une plaque destinée à exercer une pression graduée et constante que le médecin peut régler à volonté.


GOUTTIÈRE EN CUIR MOULÉ POUR LA SCOLIOSE


APPAREIL DE NUIT


La gouttière en cuir moulé (fig. 2000 et 1999) est construite selon les indications de M. le professeur Berger comme les corsets orthopédiques, sur un moulage du tronc, obtenu dans le redressement. Cette gouttière s’étend du sommet de la tête à la partie inférieure du bassin ; elle embrasse les parties latérales de la tête, du cou, du tronc, en dégageant toutes les parties antérieures, et latéralement, en laissant libres les aisselles et la racine des membres supérieurs. Convenablement renforcée de lames d’acier forgées sur le moule et trempées, cette cuirasse est complétée en avant par des sangles bien rembourrées, qui fixent le bassin


Fig. 2000.
Enfant. . . . . . . 400 fr.
Adulte. . . . . . . 500 fr.
Fig. 1999.


et la racine des membres supérieurs au niveau des aisselles, et que l’on serre ou desserre à volonté. Afin d’agir plus énergiquement sur la convexité de la courbure, on place à son niveau, dans la gouttière même, des plaques de feutre amincies sur les bords et recouvertes de molleton, de manière à refouler directement les parties saillantes.

Cette gouttière en cuir moulé, employée la nuit seulement, est très utile pour assurer la régularité de l’attitude et pour maintenir la correction des déviations pendant le sommeil. M. le professeur Berger préfère ce modèle de gouttière en cuir moulé à la pratique qui consiste à laisser l’enfant nuit et jour dans son corset : ce qui a le double inconvénient de fatiguer très rapidement le corset et surtout de gêner la respiration de l’enfant pendant la nuit, qui doit être pour lui une période de détente et de repos.

LORDOSE


CORSET EN CUIR MOULÉ AVEC DEVANT ÉLASTIQUE


Dans le cas de lordose lombo-sacrée, la colonne lombaire décrit un arc plus prononcé que dans l’état normal. Tout le corps présente un certain caractère de rectitude exagérée comme le représente la figure 139.

Le corset (fig. 1925), employé pour corriger la lordose, a pour but de repousser en arrière la partie convexe du rachis et d’exercer, en sens inverse, une pression sur les extrémités de l’axe. Cet appareil se compose d’une ceinture en cuir, moulée exactement sur le bassin. Cette ceinture est munie de deux tuteurs latéraux, terminés par des crosses axillaires, munies à leur partie antérieure de courroies qui contournent les épaules et


Fig. 1925.
Prix. . . . . . . 260 fr.
Fig. 139.


viennent se fixer sur une plaque dorsale fortement rembourrée. Sur chaque tuteur est fixée, en avant, au niveau de l’abdomen, une large bande élastique, qui se lace sur la partie antérieure. Cette pression, exercée sur l’abdomen et la partie thoracique, repousse, d’avant en arrière, la courbure produite, tandis que la pelote dorsale et la ceinture agissent en sens inverse sur l’extrémité de l’axe.

L’exercice de l’échelle, les massages et les électrisations contribuent, avec notre corset en cuir, à la cure de la lordose.

TRAITEMENT DE LA LORDOSE


DANS LE DÉCUBITUS HORIZONTAL


Le repos sur un plan horizontal, pour le cas de lordose, rend de véritables services, en soulageant les vertèbres lombaires du poids des parties supérieures et en faisant cesser les contractions musculaires nécessitées par les besoins de l’équilibre. On diminue ainsi notablement la courbure du rachis. Pour accentuer l’action du décubitus, on emploie avec succès le lit de repos représenté figure 1850 ; il est disposé de la même façon que le lit employé pour la cyphose.

La partie correspondant à la région lombaire est concave au lieu d’être convexe. On élève la tête et surtout le bassin et les membres inférieurs. On fixe dans cette attitude le bassin d’une part, à l’aide d’une ceinture. Un large coussin en peau, peu épais, est fixé


Fig. 1850 — Lit de repos.
Prix. . . . . . . 220 fr.


sur l’abdomen et le bas du thorax, en même temps que la région des épaules et le bassin sont relevés et appliqués sur des plans résistants. La courbure lombaire est ainsi soumise à des efforts perpendiculaires opposés, qui tendent à la redresser.

La disposition de cet appareil ne permet certainement pas d’agir avec beaucoup de force, vu le peu de résistance de son point d’appui antérieur et les graves inconvénients qu’entraînerait une trop forte pression sur l’abdomen ; mais il peut, néanmoins, servir à prévenir des mouvements contraires au but curatif proposé.

La lordose doit toujours être combattue, à cause de ses désagréables conséquences cervicale, elle renverse la tête en arrière ; dorsale, elle empêche les fonctions respiratoires de s’accomplir normalement ; dorso-lombaire, elle donne au ventre la proéminence la plus disgracieuse et rend la démarche ridicule.

CYPHOSE


CORSET EN CUIR MOULÉ AVEC ÉPAULIÈRES


La cyphose juvénile (fig. 137) n’est que l’exagération de la légère voussure dorsale qui s’établit dans la période d’accroissement du corps : c’est ce qu’on a appelé le dos voûté, le dos rond.

Ces symptômes s’observent souvent chez les jeunes filles qui ont pris l’habitude de rester courbées à leur travail.

Dans d’autres cas, à la suite de douleurs rhumatismales, les enfants ont tendance à se


Fig. 1924.
Prix. . . . . . . 220 fr.
Fig. 137.
Fig. 1929.
Prix. . . . . . . 260 fr.


pencher en avant. Ils observent surtout cette mauvaise tenue, lorsqu’ils sont à table ou au piano.

Le corset (fig. 1924) est applicable chez les jeunes filles. La figure 1929 s’emploie de préférence chez les garçons.

Ces corsets ont pour but : 1° de ramener les épaules et le haut du tronc en arrière ; 2° de repousser la voussure dorsale en avant ; 3° de soutenir, à l’aide de deux tuteurs latéraux, les parties supérieures du corps. Les épaulières, embrassant les omoplates, les empêchent de former saillie, grâce à la traction des courroies qui se croisent à la partie dorsale pour venir se fixer sur les tuteurs. La ceinture étant exactement moulée sur le bassin et les aisselles reposant sur les tuteurs, on épargne à la colonne vertébrale le poids des parties supérieures du tronc. Cet appareil n’exerce aucune compression sur la poitrine : il a, au contraire, pour effet d’en développer l’amplitude.

CYPHOSE IDIOPATHIQUE


GYMNASTIQUE DE CHAMBRE


Dans les cas de cyphose ou de légères déviations de l’épine dorsale, outre l’emploi des corsets, qui doivent être portés pendant la station debout, on peut, par certaines manœuvres de flexion de la partie supérieure du tronc, contribuer au succès du traitement.

L’échelle (fig. 1177) est employée dans les cas de cyphose idiopathique ou lorsque les omoplates forment saillie.

Pour se servir de cette échelle, le malade pose les pieds sur les tasseaux fixés à la partie


Fig. 1177.
Prix. . . . . . . 140 fr.


inférieure de l’appareil, jusqu’à ce que les deux mains puissent saisir la barre transversale supérieure. Les pieds quittent ensuite les supports inférieurs, et le malade exécute les mouvements d’arrière en avant. Le coussin dorsal doit être exactement placé entre les dernières cervicales et les premières vertèbres lombaires. Ces exercices rendent de réels services dans les cas de cyphose idiophatique.

La cyphose affecte surtout les enfants et les vieillards, elle est l’expression d’une faiblesse des muscles vertébraux dont le ressort est insuffisant pour lutter contre la pesanteur qui entraîne le corps en avant. La croissance rapide, le défaut d’exercice, le rhumatisme (paysans, vignerons) entraînent souvent cette variété d’incurvation.

MAL DE POTT DORSAL


CORSET EN CUIR MOULÉ


On a vainement essayé les appareils plâtrés dans le but d’obtenir une immobilisation pendant la marche. Ces appareils, n’offrant pas de point d’appui sérieux, ne rendent aucun service dans les cas de mal de Pott.

Le corset en cuir moulé (fig. 1853) prenant un solide point d’appui sur les crêtes iliaques et sous les aisselles, peut seul remplir les conditions. On a bien objecté l’inconvénient des béquillons exerçant une trop forte pression sous l’aisselle et comprimant le plexus brachial.


Fig. 1926.
Enfant. . . . . . . 400 fr.
Fig. 1853.
Prix. . . . . . . 500 fr.


Lorsque les tuteurs sont bien proportionnés à la hauteur du tronc, cet inconvénient est facilement évité.

De Saint-Germain combat vigoureusement l’emploi du corset plâtré. Rien ne peut, dit-il avec raison, remplacer l’immobilité dans la gouttière Bonnet. Dans le mal de Pott il réserve l’application de l’appareil plâtré lorsqu’on veut donner plus de liberté au malade et que l’on n’ose encore le confier à un corset. Encore recommande-t-il beaucoup de précaution, « car, au bout de quelques jours, l’appareil plâtré, devenu trop lâche, agit sur la peau à la façon d’une rape à sucre et peut amener des érosions ».

MAL DE POTT DORSAL


CORSET EN CUIR MOULÉ


Dans le cas de mal de Pott dorsal l’invasion se fait soit par les ligaments intervertébraux, soit par la surface de l’os, soit par l’intérieur de l’os. Quand la maladie fait des progrès, l’inclinaison augmente, la colonne peut décrire un angle droit et même aigu. Chez quelques malades, l’affaissement rachidien est en même temps antérieur et latéral. La gibbosité est plus ou moins courte, suivant qu’un plus ou moins grand nombre de vertèbres sont détruites. Elle est ordinairement anguleuse, elle offre une partie centrale, formant une pointe qui apparaît dès le début de l’affection. Bouvier (dans ses remarquables


Fig. 1775.
Enfant. . . . . . . 300 fr.
Fig. 1774.
Adulte. . . . . . . 400 fr.


« Leçons sur les maladies de l’appareil locomoteur » ) distingue trois cas dans le mal de Pott au sujet du traitement.

Dans le premier cas, il n’existe ni paralysie ni abcès.

Dans le deuxième cas, il y a seulement de la paralysie.

Dans le troisième cas, il existe des abcès visibles.

Il est absolument indiqué d’appliquer tous ses efforts à borner la lésion dans la mesure du possible, on prévient en même temps l’abcès et la paralysie ! L’emploi du corset (fig. 1775-1774) est destiné à aider la nature dans son travail de limitation et de réparation et améliorer l’état général. On agit ainsi dans l’unique but de placer les sujets ou de les maintenir dans les meilleures conditions possibles pour l’accomplissement du travail naturel de la guérison.

Pour le traitement rationnel du Mal de Pott, il faut remplir les indications suivantes : 1° l’immobilisation ; 2° faire supporter dans la station debout le poids de la colonne vertébrale par le corset orthopédique.

MAL DE POTT LOMBAIRE


Cette période, représentée figure 1817, commence au moment où la courbure dorsale, devenant proéminante entraîne le corps à droite et fait pencher sa partie inférieure dans ce sens. C’est alors qu’apparaît la gibbosité, véritable saillie anguleuse.

La déviation est surtout remarquable dans les première, deuxième et troisième vertèbres lombaires, qui se succèdent dans une direction horizontale.

Dans cette déformation du système osseux, le seul appareil véritablement pratique est le modèle de corset en cuir moulé figure 1816. La saillie des crêtes iliaques étant nulle, il


Fig. 1816.
Enfant. . . . . . . 300 fr.
Adulte. . . . . . . 400 fr.
Fig. 1817.
Fig. 481.
Prix. . . . . . . 220 fr.


n’est pas possible de prendre un point d’appui sérieux sur ces dernières ; en conséquence, ils doivent être reportés sur les infractuosités du bassin, et le moulage seul peut nous permettre cette disposition. Nous devons faire remarquer qu’aucune compression n’est exercée sur la poitrine, qui reste entièrement libre. L’appareil (fig. 481) est applicable chez les sujets dont les crêtes iliaques peu apparentes, ne permettent pas de prendre un point d’appui naturel.

Aussi avons-nous remplacé le cercle pelvien en acier par une ceinture en cuir moulé, entourant le bassin tout entier sur une assez grande surface. Les tuteurs latéraux à béquillons sont fixés au niveau des trochanters. Une ouverture est ménagée à la partie postérieure de la ceinture, de façon à loger la saillie anguleuse formée par les vertèbres lombaires ; toute compression est évitée à cet endroit généralement douloureux.

MAL DE POTT


APPAREIL À SUSPENSION DE SAYRE


L’appareil (fig. 460) se compose d’une double fronde embrassant la nuque et venant s’attacher à une branche horizontale, sur laquelle est fixée la poulie servant à l’extension.

Pour la confection de ce corset plâtré, nous avons préparé des bandes de tarlatane imprégnée de plâtre, renfermées dans des boîtes à fermeture hermétique, elles se conservent indéfiniment. Avant de procéder à l’application, il est indispensable d’entourer la


Fig. 460.
Avec trépied. . . . . . . 120 fr.
Sans trépied. . . . . . . 60 fr.

Prix de la boîte renfermant les bandes plâtrées et un paquet d’ouate.
Pour enfant. . . . . . . 15 fr.
15 ans. . . . . . . 18 fr.
Adulte. . . . . . . 20 fr.


gibbosité avec un feutre, en ayant soin de pratiquer une ouverture pour laisser la gibbosité à découvert. On applique ensuite un tricot et une couche d’ouate destinés à protéger la peau contre les rugosités du plâtre. Ce n’est que lorsque toutes les indications préliminaires ont été remplies que l’on procède à la suspension.

Sayre, dans ses leçons cliniques sur la chirurgie orthopédique, donne une description très exacte pour l’application de l’appareil.

MAL DE POTT, CLAIE EN OSIER


L’appareil (fig. 669), sans avoir les avantages de la gouttière de Bonnet, rend cependant quelques services dans le mal de Pott ; il est employé par les malades peu fortunés qui ne peuvent se procurer la gouttière de Bonnet.

Il est composé d’une claie en osier recouverte d’un petit matelas. L’enfant étant placé


Fig. 669.
Prix :
Taille de
70 à 80 c/m 
30 fr.
80 à 90 c/m 
35 fr.
90 à 100 c/m 
40 fr.
100 à 110 c/m 
45 fr.


sur le dos, on glisse sous sa tête un oreiller, puis on rapproche les deux bords de la claie qui sont maintenus au moyen de bandes fixées avec des boucles. De cette façon, on obtient une certaine immobilité qui permet de transporter l’enfant d’un endroit à un autre.


MAL DE POTT, IMMOBILISATION


TRANSPORT DES ENFANTS


Dans les cas de mal de Pott ou de coxalgie aiguë, l’immobilisation absolue est recommandée, mais il est pénible de laisser le petit malade confiné dans sa chambre : la promenade au grand air lui rend de réels services, aussi bien pour son état général que


Fig. 1841.
PRIX
Longueur intérieure.
1m00 
200
fr.
1m10 
220
1m20 
240
1m30 
250
1m40 
260
1m50 
280
1m60 
300
1m70 
340
Poulie en plus. . . . . . . 20 fr.
Poids, le kilog. . . . . . . 1 fr. 50


pour la guérison de sa coxalgie. Même au début, à la période de l’extension, il est facile de faire prendre l’air à l’enfant, à l’aide de la voiture (fig. 1841), disposée de manière à recevoir la gouttière de Bonnet. La partie correspondant aux pieds est munie d’une ouverture permettant le passage des cordes destinées à supporter les poids pour l’extension.

MAL DE POTT, IMMOBILISATION


GOUTTIÈRE RACHIDIENNE


Cet appareil (fig. 1845) enveloppe tout le tronc et laisse libre les membres inférieurs, on évite ainsi les pressions douloureuses, tout en permettant au malade divers mouvements qui ne nuisent en rien à l’immobilisation, cette gouttière est soigneusement matelassée ;


Fig. 1845.
Hauteur
60
cent.
Non garnie 
40 fr.
Garnie 
80 fr.
85
Nogarnie 
50 fr.
Gie 
80 fr.
110
Nogarnie 
60 fr.
Gie 
120 fr.
125
Nogarnie 
70 fr.
Gie 
140 fr.


lassée ; à l’endroit où est placée l’ouverture correspondant au sacrum, la gouttière est recouverte d’une feuille de caoutchouc mince, elle a pour but de protéger la garniture du contact des matières et de l’urine. Un système de mouffles munies de deux poulies permet au malade de se soulever lui-même soit pour changer la literie ou pour satisfaire ses besoins naturels.

Donner la hauteur du sommet de la tête au milieu des cuisses.

Cette gouttière n’est munie de poulies qu’à partir de 1 mètre.

MAL DE POTT, IMMOBILISATION


GOUTTIÈRE DE BONNET


De tous les moyens mis à la disposition de la chirurgie moderne pour favoriser la résorption des abcès par congestion, il n’est pas douteux que le plus puissant soit l’immobilité. C’est à tort qu’on a pu croire que l’immobilisation, en compromettant la santé générale, était peu favorable à la guérison. Bien au contraire, si la région malade de la colonne vertébrale est soigneusement immobilisée au moyen de la gouttière Bonnet, les douleurs sont supprimées, les lésions osseuses tendent à la réparation et par là même


Garnie.
Non Garnie.
55
cent.
à
65
cent.
120 fr.
50 fr.
66
à
75
150 fr.
55 fr.
76
à
85
170 fr.
60 fr.
86
à
95
190 fr.
65 fr.
96
à
105
200 fr.
75 fr.
106
à
115
220 fr.
80 fr.
116
à
125
230 fr.
85 fr.
126
à
140
240 fr.
90 fr.
Cette goutière n’est munie de poulies qu’à partir de 1 mètre.


la résorption de l’abcès est favorisée. S’il s’agit d’un enfant, on peut aisément en le transportant tous les jours à l’aide d’une petite voiture, compenser, par l’exposition à l’air, ce que l’immobilisation absolue a de peu favorable à la santé générale.

On a conseillé de coucher les malades sur un lit dur. Rien n’empêche alors le tronc de s’incliner à droite et à gauche. Rien ne prévient la flexion ou la torsion de la colonne vertébrale, lorsque le malade a besoin de se soulever pour satisfaire à ses besoins ou pour que l’on change les draps sur lesquels il repose. Le tronc également n’est pas soutenu sur les côtés latéraux.

Seule, la gouttière de Bonnet (fig. 1842) peut assurer l’immobilité des articulations de la colonne vertébrale sans exercer de compression sur l’abdomen ni sur la poitrine. Cette gouttière embrasse tout le tronc, depuis la partie inférieure du bassin jusqu’à la partie moyenne du cou et ne laisse libre que la face antérieure. Quoique arrondie en arrière, elle ne peut tourner en aucun sens. Le modèle 1845 (page 68) est applicable dans les cas de mal de Pott siégeant à la région dorsale ou à la région cervicale. La gouttière employée la nuit complète efficacement le traitement par les corsets à tuteurs latéraux employés pendant la station debout.

MAL DE POTT


IMMOBILISATION. EXTENSION


Fig. 1858. — Extension du Docteur Redard.
Prix complet avec poids. . . . . 70 fr.

Le professeur Lannelongue préconise la contre-extension par le poids du corps. L’appareil (fig. 1859) est destiné à l’extension des membres dans la coxalgie, mais il peut aussi être employé pour l’extension du rachis dans la portion lombaire. Cet appareil se compose d’une ceinture thoracique et d’un bandage de corps superposés.

À la ceinture, s’attachent, en arrière, deux lacs assez longs pour être fixés aux barreaux de la tête du lit. Le bandage de corps présente à une certaine distance du milieu une boutonnière suffisamment grande pour permettre d’y faire passer l’extrémité du bandage, dont les extrémités sont attachées sur les parties latérales du lit, à l’aide de courroies. Quatre lacs sont attachés en arrière sur deux lignes verticales : deux au bord supérieur, deux au bord inférieur, les premiers se fixent à la tête du lit, les seconds aux barreaux du pied du lit. Les


Fig. 1859 — Planche de M. le professeur Lannelongue.

1m 
100 fr.
1m50 
150 fr.
1m10 
110 fr.
1m60 
160 fr.
1m20 
120 fr.
1m70 
170 fr.
1m30 
130 fr.
1m80 
180 fr.
1m40 
140 fr.
1m90 
190 fr.


deux ceintures sont donc tenues par six lacs : deux appartenant à la première ceinture, quatre appartenant à la deuxième.

CHARIOT ROULANT


MAL DE POTT, COXALGIE, PARALYSIE, ATAXIE


Lorsque l’enfant commence à marcher, afin d’éviter une trop forte pression au niveau des vertèbres, on emploie avantageusement le chariot (fig. 1807). Le malade n’est


Fig. 1807. — Chariot roulant.
Enfant. . . . . . . 300 fr.
Adulte. . . . . . . 500 fr.


nullement comprimé au niveau du bassin, il est simplement suspendu pendant la marche. Le point d’appui est pris sous les aisselles. Les membres supérieurs trouvent également un solide point d’appui sur les poignées qui sont disposées de manière à pouvoir être abaissées ou remontées à volonté.

APPAREIL POUR LA LUXATION CONGÉNITALE DOUBLE DES FÉMURS


L’indication dans le traitement des luxations congénitales du fémur consiste dans l’application des corsets en cuir moulé avec portion crurale, de façon à embrasser exactement l’articulation coxo-fémorale et à s’opposer aux déplacements de la tête osseuse.

Pour obtenir la contention de l’articulation, aussi bien que pour diminuer ou effacer la lordose qui caractérise les sujets atteints de luxation congénitale de la hanche, la ceinture


Fig. 1852.
Prix. . . . . . . 280 fr.
Fig. 1250.
Fig. 1854.
Prix. . . . . . . 280 fr.


en cuir moulé combinée avec des tuteurs est indispensable. L’appareil (fig. 1852-1854) se compose d’une ceinture en cuir moulé embrassant exactement les deux trochanters et permettant d’exercer une pression constante pour maintenir la tête du fémur dans sa cavité.

Dans la luxation d’un seul côté, l’ensellure est beaucoup moins marquée que dans les cas de luxation des deux fémurs. Dans la luxation simple, la lordose est le plus souvent compliquée de déviation latérale, c’est le résultat d’un raccourcissement du membre inférieur : il est nécessaire alors de faire garnir la bottine d’une partie de liège afin que les jambes reposent sur le même plan.

LUXATION CONGÉNITALE DU FÉMUR D’UN SEUL COTÉ


Dans les cas de luxation de la hanche d’un seul côté, le symptôme saillant c’est le raccourcissement, et par suite la claudication. Quand le malade marche, on voit le tronc en masse s’infléchir du côté de la luxation ; il y a, en même temps, un mouvement de torsion du bassin, qui porte en avant l’épine iliaque du côté sain. Lorsque le raccourcissement présente 5 à 6 centimètres, on voit le malade, pour rétablir l’équilibre, mettre


Fig. 186.
Fig. 187.
Prix. . . . . . . 250 fr.
Fig. 900.
Prix. . . . . . . 200 fr.


son pied en équinisme. Il est obligé, pour rétablir l’équilibre du bassin, de fléchir fortement le membre sain. La position du membre inférieur varie, suivant le siège occupé par la tête fémorale.

Il suffit pour rendre au membre sa longueur normale, d’avoir recours à l’extension continue à l’aide de la gouttière (fig. 1844, page 78).

Plus tard, on maintient le résultat obtenu par le port d’appareils prothétiques, non construits sur le type de la ceinture de Dupuytren, mais bien embrassant la cuisse et le bassin et maintenant le membre dans une position moyenne d’abduction. Ce n’est que lorsque la tête est abaissée au niveau de la cavité cotyloïde qu’on a recours à l’appareil en cuir moulé (fig. 1866, page 77), avec portion crurale, de façon à embrasser exactement l’articulation coxo-fémorale et à s’opposer aux déplacements de la tête osseuse.

LUXATION CONGÉNITALE DU FÉMUR


APPAREIL DU DOCTEUR KIRMISSON


Le docteur Kirmisson recommande de commencer le traitement dès l’âge le plus tendre, soit vers l’âge de 18 mois à 2 ans. En procédant ainsi on n’a besoin d’avoir recours ni à la réduction extemporanée sous le chloroforme, par la méthode non sanglante, ni à la méthode à ciel ouvert. Le déplacement est en effet à ce moment le plus souvent insignifiant. Il suffit pour rendre au membre sa longueur normale, d’avoir recours à l’extension continue à l’aide de la gouttière (fig. 1844).


Fig. 1866.
Fig. 1820.


S’il s’agit d’une luxation d’un seul côté, on peut au début maintenir rigide l’articulation coxo-fémorale. Plus tard, on permet progressivement une certaine quantité de mouvements, en faisant articuler la portion fémorale avec la portion pelvienne.

Ces principes mis en œuvre dans bon nombre de cas, le Docteur Kirmisson a pu en tirer les résultats les plus avantageux et est persuadé que là est l’avenir du traitement de la luxation congénitale. Le but à obtenir consiste à dépister le plus tôt possible les traces de la malformation et à la traiter immédiatement par le repos, joint à l’extension continue, suivi du port d’appareils contentifs immobilisant rigoureusement l’articulation jusqu’à ce qu’on soit assuré qu’il n’y a plus tendance au déplacement. Ce traitement, employé avec persévérance pendant plusieurs années, donnera une proportion considérable de succès.

LUXATION CONGÉNITALE DU FÉMUR


EXTENSION CONTINUE


L’extension continue a été préconisée par Jalade-Lafond, V. Duval et, en 1835, par Humbert. Malgaigne, dans ses Leçons d’orthopédie, dit que l’extension a pour but d’allonger les ligaments qui ne le sont que trop, en général, la laxité de la capsule permettant à la tête fémorale de se mouvoir sur l’iléum et de remonter plus qu’elle, ne le fait jamais dans les luxations traumatiques. Malgaigne a essayé, plusieurs fois, l’extension continue, dans ces cas de luxations congénitales, et n’a jamais rien obtenu.


Fig. 1844.
Mêmes prix que la gouttière 1842, page 69.
En plus 80 francs pour toutes les tailles.


Tous les auteurs qui se sont occupés des luxations de la hanche dans ces dernières années (Schede, Mikulicz, Paci, Lorenz) sont d’accord pour reconnaître la nécessité de placer le membre dans l’abduction.

Grâce à cette disposition, on favorise le contact de l’os iliaque avec la tête fémorale. Mikulicz propose un appareil destiné à immobiliser les membres inférieurs dans l’abduction. Cet appareil se compose d’une large planche, sur laquelle sont articulées deux gouttières auxquelles on peut imprimer à volonté un mouvement d’abduction, combiné à la rotation en dehors.

Kirmisson recommande un modèle de gouttière de Bonnet (fig. 1844), articulé au niveau de la hanche, permettant d’imprimer aux membres inférieurs un mouvement d’abduction suivant un angle de 35 degrés. L’enfant est placé dans cette gouttière et l’extension continue est pratiquée sur le membre inférieur à l’aide de poids qui augmentent avec l’âge du malade, allant, par exemple, de 500 à 1,500 ou 2,000 grammes.

DÉVIATION DU COU ET DE LA TÊTE TORTICOLIS


L’appareil (fig. 172) est une modification du modèle de Delacroix ; il offre l’avantage sur ce dernier de ne pas exercer une compression douloureuse sur les maxillaires. Les déviations les plus fortes, une fois la section du tendon opérée, ne résistent pas à l’action de cet appareil. Ce modèle exécute quatre mouvements, lesquels sont indispensables pour le traitement mécanique du torticolis : 1° mouvement d’inclinaison de la tête de droite à gauche ; 2° mouvement de la tête d’avant en arrière ; 3° extension continue de la tête ; 4° mouvement


Fig. 172.
Prix. . . . . . . 600 fr.


de rotation de la tête de droite à gauche. Cet appareil est composé d’une ceinture prenant son point d’appui sur les crêtes iliaques. À sa partie postérieure est fixé un tuteur dorsal d’une largeur de 4 centimètres se terminant par une plaque embrassant les omoplates. Au centre de cette dernière est fixé une vis sans fin A commandant le tuteur cervical qui est terminé par une roue dentée. Il suffit de faire mouvoir la vis A pour obtenir le mouvement d’inclinaison, soit à droite soit à gauche. Immédiatement au-dessus de cette articulation existe un deuxième engrenage B permettant le mouvement d’avant en arrière. Le tuteur cervical exécute le mouvement d’extension par la crémaillère C. L’appareil se termine par un demi-cercle métallique formé en avant par une courroie. Le point de jonction de la plaque et du tuteur est formé par l’articulation D qui exécute le mouvement de rotation de la tête à droite ou à gauche. Les deux crosses axillaires peuvent monter ou descendre à volonté.

TORTICOLIS PARALYTIQUE


L’appareil 1240 est applicable dans le cas de torticolis paralytique au début. Avec ce modèle on ne peut prétendre redresser un torticolis acquis, il rend certainement de réels services dans les cas légers. Il se compose d’une calotte plâtrée ouverte à sa partie supérieure, sur le côté opposé à la déviation est fixée une agrafe destinée à recevoir le lien extenseur qui est fixé à un bracelet entourant l’épaule du côté sain. Pour éviter tout déplacement,


Fig. 1240.
Fig. 1240.
Complet. . . . . . . 25 fr.


l’appareil est maintenu par une mentonnière. L’application est des plus simples : il suffit d’imbiber la calotte jusqu’à consistance molle, on la fixe ensuite sur la tête, par des tours de bandes ; au bout de trois quarts d’heure la calotte est suffisamment solide pour adapter le lien extenseur. La traction élastique a pour but de soulager les muscles affaiblis. Quelques minutes de traction suffisent pour modifier visiblement l’attitude de la tête.


ARTHRITE CERVICALE


Fig. 474.
Prix. . . . . . . 220 fr.
L’appareil (fig. 474) est applicable dans les cas d’arthrite cervicale au début. Il se compose d’une demi-cuirasse embrassant la nuque, la partie supérieure des épaules, la partie dorsale et la partie lombaire. À l’extrémité supérieure de l’appareil est fixé un demi-cercle d’acier fortement rembourré s’appliquant au-dessous des oreilles et disposé de telle façon que la tête soit constamment maintenue dans sa position normale. Des bandelettes d’acier évitent la déformation du cuir ; des trous pratiqués de part en part allégissent l’appareil et laissent un libre cours à la transpiration. Cet appareil est maintenu par deux épaulettes ; la partie abdominale est formée par un devant de corset en coutil lacé. Pour sa confection le moulage du tronc est indispensable.

MAL DE POTT CERVICAL


Le corset en cuir moulé (fig. 1849) a le grand avantage de prendre son point d’appui en se moulant exactement sur la surface du tronc. Lorsqu’il existe une flexion de la tête


Fig. 1849.
Prix. . . . . . . 600 fr.
Fig. 131.

Avec engrenage 
600 fr.
Avec articulation à genouillère 
250 fr.


sur le sternum, avec complication de scoliose et que la tête a des tendances à fléchir en avant, on emploie l’appareil (fig. 131) qui est muni d’une pièce métallique partant de la 7e cervicale, contournant le cou et venant se terminer sous le menton, pour soutenir le poids de la tête.

Fig. 173.
Fig. 1998.
Prix. . . . . . . 200 fr.

L’appareil (fig. 1998) est en cuir moulé ; il est renforcé de petites bandelettes destinées à éviter la déformation du cuir. Le côté où existe la déviation est plus élevé que le côté sain.

L’appareil prend son point d’appui sur la mâchoire inférieure et sur les épaules ; il est lacé à la partie postérieure. Des bretelles, fixées d’avant en arrière, le maintiennent constamment en place ; une ouverture est pratiquée sur le devant afin de ne pas gêner la respiration.

TORTICOLIS


Fig. 1163.
Enfant. . . . . . . 15 fr.
Adulte. . . . . . . 20 fr.
Fig. 174.
Enfant. . . . . . . 40 fr.
Adulte. . . . . . . 50 fr.

Avec insufflateur.

Le collier plâtré (fig. 1163) est applicable dans certains cas de torticolis rhumatismal ou d’arthrite légère de courte durée, alors qu’un appareil en cuir moulé ne s’impose pas ; il suffit de nous envoyer une pièce de linge s’adaptant exactement au cou du malade. À l’aide de ce patron, nous établissons un collier plâtré prêt à être employé. Pour l’application, il suffit d’imbiber cette pièce jusqu’à consistance molle ; on la maintient par une bande roulée. Pour obtenir une dessiccation rapide, il est important d’employer une certaine quantité de bandes que l’on enlève lorsque l’appareil est sec (ce qui demande vingt minutes environ).

Le collier en caoutchouc (fig. 174) est composé de trois coussins superposés et gonflés d’air. Il prend son point d’appui sous le menton, il a pour but de faire basculer la tête d’avant en arrière et de s’opposer à son inclinaison latérale. Il est fixé à la partie postérieure par un lacet. Cet appareil est recouvert de soie simulant une cravate ; il se gonfle à l’aide d’un insufflateur. Il faut avoir soin de ne pas trop distendre ces coussins par une insufflation exagérée.

Fig. 476.
Prix. . . . . . . 20 fr.
Fig. 870.
Prix. . . . . . . 260 fr.

L’appareil (fig. 476) est destiné à corriger la flexion de la tête en avant ; il se compose d’un collier en cuir moulé divisé en deux parties. La partie inférieure prend un solide point d’appui sur les épaules, la partie supérieure est articulée au moyen d’une vis de rappel qui permet de ramener progressivement la tête dans sa position normale. Le collier à extension (fig. 870) se compose de deux pièces en cuir moulé garnies de bandelettes d’acier, sur lesquelles sont pris les points d’appui nécessaires à l’extension et à la contre-extension. Les deux pièces sont reliées par quatre tiges verticales munies de ressorts à boudin. L’action de ces ressorts produit l’écartement régulier des valves et réalise ainsi l’extension continue.

ARTHRITE CERVICALE


Fig. 2349.
Fig. 2348.
Prix. . . . . . . 250 fr.

L’appareil (fig. 2348) a été établi sur les indications du Dr Warin pour l’un de ses malades atteint d’arthrite cervicale à la suite de mal de Pott. Le malade présentait une flexion exagérée de la tête en avant. Nous avons hésité à confectionner cet appareil craignant que le malade ne puisse le supporter. Nous nous félicitons d’avoir suivi les conseils du Dr Warin en l’exécutant, car cet appareil rend de réels services au malade.

La fig. 2349 représente le moulage naturel. La fig. 2348 représente l’appareil, qui se compose d’une pièce en cuir moulé prenant un solide point d’appui sur les épaules. Une deuxième pièce formant mentonnière est reliée à la précédente par un arc métallique muni d’une vis permettant de relever progressivement la tête et la porter en arrière.


COLLIER À VIS DE PRESSION EN CUIR MOULÉ


TORTICOLIS


Fig. 130.
Prix. . . . . . . 300 fr.
Fig. 1246.

L’appareil (fig. 130) est composé d’un collier en cuir moulé ; à sa partie postérieure sont fixées deux valves supportées par quatre vis susceptibles de s’allonger à volonté. La partie inférieure de ces vis glisse dans une coulisse ; elles peuvent décrire un arc de cercle et facilitent ainsi l’application.

TRAITEMENT DU TORTICOLIS PAR LES MANIPULATIONS


APPAREIL DU DOCTEUR RICHARD


Fig. 475.
Prix. . . . . . . 250 fr.

L’appareil (fig. 475) est applicable dans le cas de torticolis symptomatique d’un mal sous-occipital ou pour imprimer les mouvements dans les cas de torticolis musculaire. Les muscles ne sont soumis qu’à un exercice très lent au début pour aller plus tard en croissant lentement et progressivement. En répétant chaque jour la manœuvre et en cherchant à augmenter successivement l’étendue des mouvements, on arrive dans certains cas à vaincre la rétraction. L’appareil se compose d’une ceinture entourant le bassin et prenant un solide point d’appui sur les crêtes iliaques. Deux tuteurs latéraux fixés sur les côtés de la ceinture sont disposés de manière à pouvoir être allongés ou raccourcis à volonté. Le tuteur dorsal est réuni à sa partie supérieure à une barrette transversale, venant se fixer sur les tuteurs latéraux. La partie supérieure du tuteur dorsal est munie d’une articulation à genouillère disposée au niveau des vertèbres cervicales, la tête est solidement maintenue dans la partie céphalique de l’appareil à laquelle on a ménagé deux ouvertures pour les oreilles. Pour faire fonctionner l’appareil il faut desserrer la vis destinée à immobiliser la tête. On adapte ensuite la clef dans l’ouverture placée au-dessus de l’articulation, on imprime ainsi graduellement les mouvements d’inclinaison de droite à gauche et d’avant en arrière. Après chaque opération, il est important de maintenir la tête dans la bonne position. À cet effet, on serre les vis destinées à immobiliser l’articulation.


COLLIER EN CUIR MOULÉ


ARTHRITE CERVICALE


Fig. 47.
Prix. . . . . . . 180 fr.

L’appareil (fig. 47) est en cuir moulé ; il est renforcé de petites bandelettes destinées à éviter la déformation du cuir. Le côté où existe la déviation est plus élevé que le côté sain.

L’appareil prend son point d’appui sur la mâchoire inférieure et sur les épaules ; il est lacé à la partie postérieure. Des bretelles, fixées d’avant en arrière, le maintiennent constamment en place ; une ouverture est pratiquée sur le devant afin de ne pas gêner la respiration. Cet appareil a pour but d’éviter l’action de pesanteur de la tête sur l’articulation occipito-altoïdienne.

Pour que cet appareil remplisse toutes les conditions, il faut que le moulage soit exécuté le sujet ayant la tête penchée en arrière et légèrement inclinée du côté opposé à la déviation.

Dans la majorité des cas, le muscle cléido-mastoïdien est tellement rétracté qu’il est impossible de donner une position avantageuse au sujet.
page
A
Allaitement 12
Affection cardiaque . 9
Affection de l'estomac . 8
Appareil pour la lordose (décubitus) . 60
Appareil de gymnastique de chambre . 62
Appareil à suspension de Sayre . 66
Appareil pour la luxation des fémurs . 75
Appareil du Dr Kirmisson, luxation . 77
Appareil en cuir moulé, torticolis . 84
Appendicite . 15
Arsenal de chirurgie . . 3
Attitude . 19
Arthrite cervicale (appareil cuir moulé) . 82
Arthrite cervicale, appareil du Dr Varin . 85
Appareil pour la luxation du fémur . 73
Appareil pour la scoliose (décubitus dorsal) 57
B
Borborygmes 16
C
Corset en coutil . . . 5
Corset physiologique (forme droite) . 7
Corset pour l'entéroptose . 8
Corset pour affection de l'estomac . 8
Corselet de sport . . . 10
Corset pour affection cardiaque . 9
Corset ceinture . 11
Corset pour l'équitation . 9
Corset de grossesse . . . 12
Corset pour rein mobile . 14
Corset pour allaitement . 12
Corset compressif . 13
Corset sangle 13
Corset ceinture (Rein mobile) . 14
Corset pour appendicite . 15
Corset pour borborygmes . 16
Corset scolaire . . . 17
Corset de maintien . 18
Corset d'attitude . 19
Corset préventif contre la. scoliose . 20
 
page
Corset dissimulant . . . 21
Corset pour homme . . . 22
Corsets orthopédiques . . . 25
Corset à plaque compressive . . . 30
Corset pour déviations du rachis . . . 30
Corset de M. le professeur Lannelongue 33
Corset à levier . . . 34
Corsets à pressions élastiques . . . 34
Corset du professeur Panas . . . 35
Corset tuteurs à engrenages . . . 35
Corset pour cyphose 36
Corset pour la lordose . . . 36
Corset pour Mal de Pott . . . 38, 39
Corset pour Mal de Pott . . . 37
Corset préventif de la scoliose . . . 20
Corset Mal de Pott . . . 38
Corset Mal de Pott lombaire . . . 39
Corset Mal de Pott pour nouveau-né . . . 39
Corset pour gibbosité costale . . . 40
Corsets en cuir moulé . . . 43
Corset à barrettes de M. le professeur Berger 47
Corset cuir moulé scoliose 1 er degré 45, 46, 47
Corset cuir moulé scoliose 2e degré 48, 49
Corset cuir moulé scoliose 3e degré 50
Corset cuir moulé à plaque compressive 48
Corset de maintien en cuir moulé . . . 49
Corset cuir moulé devant élastique (Lordose) 59
Corset en cuir moulé pour la cyphose . . . 61
Corset cuir moulé à plaque compressive pour
la cyphose . . .
61
Corset cuir moulé pour Mal de Pott dorsal. 63, 64
Corset cuir moulé pour Mal de Pott lombaire 65
Collier aluminium . . . 47
Collier en caoutchouc pour torticolis . . . 84
Collier à extension du Dr Bilhaut . . . 84
Collier plâtré pour torticolis . . . 84
Cyphose idiopathique . . . 36
Cyphose 61, 62
Claie en osier pour Mal de Pott . . . 67
Chariot roulant pour Mal de Pott . . . 71
Collier à vis de pression en cuir moulé 85
88
Pages.


D
Déviation du rachis 30
Déviation de la taille . 31
Décubitus dorsal (scoliose) . 57
Décubitus horizontal (Lordose) . 60
E
Extension pr luxation congénitale du fémur 78
Entéroptose 8
Eq uitation 9
Epaulières 19, 29
Extension (Mal de Pott), appareil du docteur Redard 70
F
Flexion de la tête en avant 85
G
Grossesse 12
Gibbosité costale. 40
Gouttière en cuir moulé pour la nuit . 58
Gouttière pour Mal de Pott 68
Gouttière de Bonnet. . 69
Gymnastique de chambre Cyphose 62
Inflexion de l'épine dorsale 18
Immobilisation du Mal de Pott 70
L
Lordose lombaire " 36
Lordose . 59
Luxation congénitale du fémur. 73, 75 à 78
M
Mal de Pott, voiture pour immobilisation. 67
Mal de Pott, période inflammatoire . 37
Mal de Pott, partie supérieure . 37
Mal de Pott lombaire. . 39 et 65
Mal de Pott cervical 83
Mal de Pott dorsal . 38
Mal de Pott dorsal . 63
Mesures à prendre pr corsets orthopédiques 41


Mal de Pott, gouttière 68, 69


Pages.
Mesures à prendre pour corset en coutil . 23
Moulage en orthopédie. . 52
Moulage . 53
Moulage rectifié 54
p
Ptose 16
Position vicieuse 27
Pupitre 27, 28
Planche de M. le professeur Lannelongue 70
R
Rein mobile 14
Relâchement des ligaments . . 33
S
Sport 10
Soutien-gorge 13
Scolaire 17
Saillie des omoplates 19
Scoliose corset préventif . 20
Scoliose acquise 21
Saillie des omoplates (garçon) 29
Saillie des omoplates 30
Scoliose 1er degré 31, 45, 46, 47
Scoliose 2e degré 48, 49
Scoliose, 3e degré . 50
Scoliose type à deux courbures 51
T
Tennis (corset). 10
Table de redressement 27
Tracé de la colonne vertébrale . 56
Torticolis 79
Torticolis minerve de Bouvier. 81
Torticolis paralytique . 82
Torticolis, appareil en cuir moulé . 83
Torticolis, appareil à vis de pression 85
Torticolis, appareil en cuir moulé 86
Torticolis, appareil à manipulation 86
V


Voiture pour immobilisation dans le Mal de Pott 67
RAINAL FRERES

R

PARIS