Boileau - Œuvres poétiques/Satires/Satire IX (2)

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
SatiresImprimerie généraleVolumes 1 et 2 (pp. 147-148).

AU LECTEUR,

Voici enfin la satire qu’on me demande depuis si longtemps. Si j’ai tant tardé à la mettre au jour, c’est que j’ai été bien aise qu’elle ne parût qu’avec la nouvelle édition qu’on faisoit de mon livre[1], où je voulois qu’elle fût insérée. Plusieurs de mes amis, à qui je l’ai lue, en ont parlé dans le monde avec de grands éloges, et ont publié que c’étoit la meilleure de mes satires[2]. Ils ne m’ont pas en cela fait plaisir. Je connois le public : je sais que naturellement il se révolte contre ces louanges outrées qu’on donne aux ouvrages avant qu’ils aient paru, et que la plupart des lecteurs ne lisent ce qu’on leur a élevé si haut qu’avec un dessein formé de le rabaisser. Je déclare donc que je ne veux point profiter de ces discours avantageux ; et non-seulement je laisse au public son jugement libre, mais je donne plein pouvoir à tous ceux qui ont tant critiqué mon ode sur Namur d’exercer aussi contre ma satire toute la rigueur de leur critique. J’espère qu’ils le feront avec le même succès ; et je puis les assurer que tous leurs discours ne m’obligeront point à rompre l’espèce de vœu que j’ai fait de ne jamais défendre mes ouvrages, quand on n’en attaquera que les mots et les syllabes. Je saurai fort bien soutenir contre ces censeurs Homère, Horace, Virgile, et tous ces autres grands personnages dont j’admire les écrits ; mais pour mes écrits, que je n’admire point, c’est à ceu ; qui les approuveront à trouver des raisons pour les défendre. C’est tout l’avis que j’ai à donner ici au lecteur.

La bienséance néanmoins voudroit, ce me semble, que je fisse quelque excuse au beau sexe de la liberté que je me suis donnée de peindre ses vices ; mais, au fond, toutes les peintures que je fais dans ma satire sont si générales, que, bien loin d’appréhender que les femmes s’en offensent, c’est sur leur approbation et sur leur curiosité que je fonde la plus grande espérance du succès de mon ouvrage. Une cbose au moins dont je suis certain qu’elles me loueront, c’est d’avoir trouvé moyen, dans une matière aussi délicate que celle que j’y traite, de ne pas laisser échapper un seul mot qui pût le moins du monde blesser la pudeur. J’espère donc que j’obtiendrai aisément ma grâce, et qu’elles ne seront pas plus choquées des prédications que je fais contre leurs défauts dans cette satire, que des satires que les prédicateurs font tous les jours en chaire contre ces mêmes défauts.

  1. En 1694.
  2. Un s’accorde plus volontiers aujourd’hui à reconnaître que cet éloge conviendrait mieux à la neuvième Satire.