Ses yeux (Tiouttchev)

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ses yeux
Traduction par Eugène-Melchior de Vogüé dans Regards historiques et littéraires.
Armand Colin et cie (p. 311).

Ses yeux.

« Je savais des yeux… oh ! ces yeux ! — Combien je les ai aimés, Dieu seul l’a vu ! — De leurs ténèbres enchantées — je ne pouvais retirer mon âme.

« Dans ce regard insaisissable — qui dévoilait la vie jusqu’au fond, — on sentait une telle détresse, — un tel abîme de passion !

« Sous l’ombre épaisse de ces paupières — respirait quelque chose de triste et de profond, — comme la volupté, lassé ; — comme la souffrance, funeste.

« Et dans ces moments étranges — il ne m’est pas arrivé une seule fois — de les rencontrer sans trouble — et de les admirer sans larmes. »