Sonnet cinq de vingt neuf

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Sonnet précédent Étienne de La BoétieSonnets
Sonnet cinq de vingt neuf
Sonnet suivant



Sonnet5de29.jpg

J’ai vu ses yeux perçants, j’ai vu sa face claire :
(Nul jamais sans son dam ne regarde les dieux)
Froid, sans cœur me laissa son œil victorieux,
Tout étourdi du coup de sa forte lumière.

Comme un surpris de nuit aux champs quand il éclaire,
Étonné, se pâlit si la flèche des cieux
Sifflant lui passe contre, et lui serre les yeux :
Il tremble, et voit, transi, Jupiter en colère.

Dis-moi Madame, au vrai, dis-moi si tes yeux verts
Ne sont pas ceux qu’on dit que l’amour tient couverts ?
Tu les avais, je crois, la fois que je t’ai vue,

Au moins il me souvient, qu’il me fut lors avis
Qu’amour, tout à un coup, quand premier je te vis,
Débanda dessus moi, et son arc, et sa vue.